Louis-Henri De La Rochefoucauld

Louis-Henri De La Rochefoucauld

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Articles (1)

Avis (6)

  • add_box
    Couverture du livre « La prophétie de John Lennon » de Louis-Henri De La Rochefoucauld aux éditions Stock

    Stéphanie Drouette sur La prophétie de John Lennon de Louis-Henri De La Rochefoucauld

    Un roman surprenant, instructif et drôle !
    Merci aux éditions Stock et à NetGalley qui m'ont permis de découvrir ce roman sur la musique : le rock et la pop.
    Le personnage principal, Louis de Calville , 32 ans qui porte un regard cynique sur la société de la musique, raconte sa...
    Voir plus

    Un roman surprenant, instructif et drôle !
    Merci aux éditions Stock et à NetGalley qui m'ont permis de découvrir ce roman sur la musique : le rock et la pop.
    Le personnage principal, Louis de Calville , 32 ans qui porte un regard cynique sur la société de la musique, raconte sa quête : quête d'une inspiration pour écrire et produire un album de musique qui lui permettrait de rebondir, quête d'un son nouveau parmi ces sons actuels, cette pop universelle, quête d'une musique qui se devrait selon lui être mystique, une musique qui célébrerait la religion.
    Un récit surprenant pour moi : au début j'ai été déboussolée, ne me sentant pas assez de culture du rock pour continuer la lecture, puis peu à peu j'ai été emportée par l'humour et j'ai suivi les péripéties du personnage, Louis, et sa vision cynique du monde du spectacle et de la musique…
    Un récit instructif à l'humour décapant.
    passeuredelivres.over-blog.com/2019/01/la-prophetie-selon-john-lennon-stock.html

  • add_box
    Couverture du livre « La Révolution francaise » de Louis-Henri De La Rochefoucauld aux éditions Gallimard

    Michèle FINANCE sur La Révolution francaise de Louis-Henri De La Rochefoucauld

    Livre drôle, un rien subversif, distrayant, qui nous permet d'échapper un instant au quotidien de nos vies mélancoliques. Ou comment revisiter l'Histoire avec humour et faire sourire au sujet d'événements pourtant bien graves et très sérieux tout en jouant de sa propre histoire familiale ......
    Voir plus

    Livre drôle, un rien subversif, distrayant, qui nous permet d'échapper un instant au quotidien de nos vies mélancoliques. Ou comment revisiter l'Histoire avec humour et faire sourire au sujet d'événements pourtant bien graves et très sérieux tout en jouant de sa propre histoire familiale ...
    Allez savoir pourquoi à un moment donné j'ai décroché ... et abandonné cette lecture ... gavée, disent les ados !

  • add_box
    Couverture du livre « La Révolution francaise » de Louis-Henri De La Rochefoucauld aux éditions Gallimard

    Sandrine Fernandez sur La Révolution francaise de Louis-Henri De La Rochefoucauld

    La Rochefoucauld, un nom à particule qui évoque la vieille noblesse française et ses privilèges, une famille qui vit dans l'or et dans la soie, qui écrit l'Histoire de France depuis des siècles, qui use ses guêtres à la cour des rois, bref le haut du panier conquérant et dominant. Que nenni !...
    Voir plus

    La Rochefoucauld, un nom à particule qui évoque la vieille noblesse française et ses privilèges, une famille qui vit dans l'or et dans la soie, qui écrit l'Histoire de France depuis des siècles, qui use ses guêtres à la cour des rois, bref le haut du panier conquérant et dominant. Que nenni ! répond le jeune Louis-Henri, son dernier descendant. Halte aux préjugés! Les La Rochefoucauld ont de tout temps été brimés par l'Histoire, malchanceux et décriés. Et si la révolution française leur a donné le coup de grâce, cette déveine et bien antérieure ! Sous Louis IX déjà, François de La Rochefoucauld, pourtant proche du roi, fut assassiné le soir de la Saint-Barthélémy pour avoir fait pencher son coeur du côté des huguenots. Et les exemples sont légion de La Rochefoucauld, raillés, critiqués, tués, guillotinés, toujours du côté des perdants. Avec une telle ascendance, on ne sera pas surpris si Louis-Henri est si peu adapté à la France du XXIè siècle. Comment vivre sereinement quand on se doit de défendre des valeurs dénigrées par le Citoyen et que, sans cesse, on sent le souffle froid de la guillotine sur sa nuque ?!

    Belle surprise que cette Révolution française qui offre un moment de détente bienvenu dans la morosité de la littérature française. Le ton est lyrique, enjoué, le second degré est de mise et le tout est savoureux. Louis-Henri de LA ROCHEFOUCAULD s'essaie à l'auto-fiction mais avec les armes de la noblesse et c'est donc jusque dans les livres d'Histoire qu'il peut dénicher ses fines anecdotes. Mais malgré les élucubrations les plus farfelues, les comparaisons qui vont parfois se nicher du côté du troisième degré et l'humour grinçant, on trouve aussi dans ce roman les failles, les blessures d'un jeune homme qui a été élevé comme un anachronisme, peinant à s'intégrer, écartelé entre une éducation rigide et communautaire et l'envie d'être tout simplement "comme les autres". L'auteur en profite aussi pour régler quelques comptes avec la République née de la révolution de 1789 en faisant valoir le fait que ce n'est pas le peuple qui a décidé de liquider la monarchie mais bien les nobles qui, dans un élan libertaire, votèrent l'abolition des privilèges. Un roman loufoque et irrévérencieux qui donne le sourire.

  • add_box
    Couverture du livre « Les vies Lewis » de Louis-Henri De La Rochefoucauld aux éditions Leo Scheer

    Sophie Adriansen sur Les vies Lewis de Louis-Henri De La Rochefoucauld

    J’ai lu dans la presse une critique disant notamment : « Louis-Henri de la Rochefoucauld contourne habilement tous les écueils du genre, et évite les facilités et les clichés qui y sont parfois attachés. » (Le Monde, 14 janvier 2010). Je ne suis pas tout à fait en phase : l’auteur de me semble...
    Voir plus

    J’ai lu dans la presse une critique disant notamment : « Louis-Henri de la Rochefoucauld contourne habilement tous les écueils du genre, et évite les facilités et les clichés qui y sont parfois attachés. » (Le Monde, 14 janvier 2010). Je ne suis pas tout à fait en phase : l’auteur de me semble pas les éviter tous, ni sur la forme, ni sur le fond. Il s’essaye très régulièrement à des jeux de mots qui ratent plus souvent leur effet (« Les roues rouillées grinçaient, il pleuvait et malgré mon haut de forme je n’étais pas à fond la forme », page 105) qu’ils ne le réussissent (« Ils prenaient sagement de la bouteille quand je continuais bêtement à boire », page 126. Et surtout, il y a un problème de structure dans l’ouvrage. Les vies de Lewis mériteraient un roman à elles seules ; mais ce n’est pas là l’objet. Le thème central est bien les questions existentielles du narrateur sur sa destinée et son héritage familial. Et là, Louis-Henri de La Rochefoucauld passe à côté du sujet, le survolant sans jamais aller au fond des choses, pour un résultat bancal – inachevé ?

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !