Louis Guilloux

Louis Guilloux

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Ma Bretagne » de Louis Guilloux aux éditions Folle Avoine

    LeCrayonDansLaMain sur Ma Bretagne de Louis Guilloux

    " Aujourd'hui on "protège" les paysages, mais on ne protège pas les hommes. Ils ne se protègent pas eux-mêmes. Ils se laissent tirer à hue et à dia comme des chevaux aveugles, sans s'interroger sur le prix de la trop lourde charge qu'ils traînent et qui les entraîne."

    Louis Guilloux nous...
    Voir plus

    " Aujourd'hui on "protège" les paysages, mais on ne protège pas les hommes. Ils ne se protègent pas eux-mêmes. Ils se laissent tirer à hue et à dia comme des chevaux aveugles, sans s'interroger sur le prix de la trop lourde charge qu'ils traînent et qui les entraîne."

    Louis Guilloux nous emmène dans ses souvenirs d'enfance, parsemés de quelques moments d'Histoire. Il porte un regard ( en 1973) sur la société et son évolution. Il nous fait part de ses regrets de voir changer le monde.

    Je l'avoue, ce livre ne m'a pas passionné. Je suis bretonne, costarmoricaine. J'habite à quelques kilomètres de Saint Brieuc, ville dont il fait l'éloge. Et pourtant je n'ai pas vraiment senti l'air de la Bretagne au fil des pages. Peut être qu'il est difficile de traiter à la fois les souvenirs, l'Histoire et les phénomènes de société en 61 pages.

    Texte publié une première fois en 1973 sous le titre " La Bretagne que j'aime"

  • add_box
    Couverture du livre « Le pain des reves » de Louis Guilloux aux éditions Gallimard

    Elizabeth Neef-Pianon sur Le pain des reves de Louis Guilloux

    Louis Guilloux livre ses souvenirs d’enfance à travers deux personnages de sa famille
    - son grand-père
    - la cousine Zabelle
    Enfance pauvre où le grand-père s’échinait du matin au soir à son métier de tailleur.
    Cette première partie est émouvante, même si le style est simple et désuet.
    La...
    Voir plus

    Louis Guilloux livre ses souvenirs d’enfance à travers deux personnages de sa famille
    - son grand-père
    - la cousine Zabelle
    Enfance pauvre où le grand-père s’échinait du matin au soir à son métier de tailleur.
    Cette première partie est émouvante, même si le style est simple et désuet.
    La seconde partie, dédiée à l’extravagante cousine Zabelle ; flanquée de son mari, « le pauvre Michel », et de son amant apathique, est beaucoup plus vivante et attrayante.
    Certes, le texte a un peu vieilli, mais il n’est pas lassant pour autant et se lit sans déplaisir.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !