Lionel Duroy

Lionel Duroy
Lionel Duroy est l'auteur d'une douzaine de livres dont Écrire, Le Cahier de Turin, Des hommes éblouissants, Trois couples en quête d'orages et Priez pour nous, ces deux derniers ayant été adaptés pour le grand écran. En 2010, le succès de son roman Le Chagrin lui apporte une reconnaissance à la ... Voir plus
Lionel Duroy est l'auteur d'une douzaine de livres dont Écrire, Le Cahier de Turin, Des hommes éblouissants, Trois couples en quête d'orages et Priez pour nous, ces deux derniers ayant été adaptés pour le grand écran. En 2010, le succès de son roman Le Chagrin lui apporte une reconnaissance à la mesure de son talent. Depuis il a publié Colères et L'Hiver des hommes, deux nouveaux succès de librairie.

Articles (2)

Avis (82)

  • add_box
    Couverture du livre « Vertiges » de Lionel Duroy aux éditions Julliard

    christine claude sur Vertiges de Lionel Duroy

    Désastres et effondrement

    Augustin est un grand romantique, un amoureux et un homme profondément gentil. IL est aussi un écrivain jusqu'au bout des ongles. Il n'aura de cesse de décortiquer sa vie, d'essayer de la comprendre, pour mieux l'accomplir, et peut-être guérir ses démons. Il remonte...
    Voir plus

    Désastres et effondrement

    Augustin est un grand romantique, un amoureux et un homme profondément gentil. IL est aussi un écrivain jusqu'au bout des ongles. Il n'aura de cesse de décortiquer sa vie, d'essayer de la comprendre, pour mieux l'accomplir, et peut-être guérir ses démons. Il remonte le temps, depuis son enfance douloureuse et pesante, acharné à reconstituer tous les instants, les revisitant au compte-fils et à plusieurs reprises au travers de ses écrits, obsession permanente sans laquelle peut-être il n'aurait pas survécu.

    Le roman démarre sur la fin de son histoire avec Cécile, sa première femme et mère de ses deux premiers enfants. Se superpose la rencontre avec Esther qui deviendra la suivante et la mère de deux autres enfants. Deux femmes adorées, belles et brillantes. Il les chérira chacune dans leurs différences, deviendra bâtisseur, bûcheron, voyageur, organisera et inventera leurs vies, prêt à tout pour qu'une famille existe, une vraie et belle famille auréolée d'amour et de bonheur.

    Mais Augustin, comme il le dit lui même est incapable de saisir le présent. Tout repose sur un mélange de leurres et de vérités. Tout repose aussi sur son enfance. Quatrième d'une fratrie de onze enfants, issu d'une famille aux principes d'extrême droite, un père irresponsable en totale dévotion pour sa femme acariâtre et mal aimante. Après les fastes et les beaux quartier, quelques miettes de souvenirs heureux de la petite enfance à Bizerte en Tunisie, le destin de cette famille basculera dans la précarité la folie et la haine de cette mère pour ses enfants. « Je ne peux quand même pas les mettre à la poubelle  quand ils arrivent ».

    Le passé et le présent sont imbriqués. Terrorisé à l'idée de marcher sur les traces de son père, Augustin serait-il lui aussi la proie de femmes destructrices ? Il acceptera tout d'elles, jusqu'à en tomber malade, jusqu'à friser la démence. Il écrit des livres sur sa vie, dont certains feront scandale. Il en sortira banni par sa propre famille. Il règle ses comptes, et pourtant continue à souffrir, rongé de l'intérieur, frappé par l'évidence des similitudes entre le père et lui dans leur soumission et leur docilité. Chapitre après chapitre, l'auteur livre ses doutes, ses joies ses peines, les trahisons, les lâchetés, les mots d'amour, son intimité sans concession ni pudeur. Il nous raconte ses maisons valeurs refuges, indispensables pour fédérer sa famille bonheur, il cisèle des portraits de femmes, les siennes et les autres dont il croisera le chemin. IL nous parle d'opéra, de pays lointains. Il nous relate ses conversations avec son éditeur, puis les biographies qu'il réalisera sur des gens célèbres, cantatrices meurtries ou dictateurs qui lui vaudront un peu de richesse financière, mais n'empêcheront pas sa descente aux enfers.

    Je t'aime mais je te quitte, ou je ne t'aime plus mais je reste, le voici manipulé, baladé malgré lui, malgré sa conscience du mal entendu, du mal adressé. Les portes ne claquent jamais avec Augustin, trop respectueux, trop bon trop doux. Mais les dés sont pipés depuis le début et il le sait.

    Dense, sincère et bouleversant, « Vertiges « mérite bien son titre. On peut en être saisi dès l'ouverture du livre, ne pas supporter et vouloir redescendre sur la terre ferme. On peut aussi décider de rester, d'accompagner Augustin, de partager ses hauts le cœurs, ses terreurs et ses frissons, touchés au vif par ce destin qu'il nous délivre avec courage et élégance.

  • add_box
    Couverture du livre « L'hiver des hommes » de Lionel Duroy aux éditions J'ai Lu

    Isabelle PAGES sur L'hiver des hommes de Lionel Duroy

    livre qui relate le devenir de quelques enfants de grands criminels de guerre mais il apporte surtout le point de vue des serbes de Bosnies sur la guerre qui n'est pas le même pour tous les autres. livre qui m'a donné envie de m'informer un peu plus.

    livre qui relate le devenir de quelques enfants de grands criminels de guerre mais il apporte surtout le point de vue des serbes de Bosnies sur la guerre qui n'est pas le même pour tous les autres. livre qui m'a donné envie de m'informer un peu plus.

  • add_box
    Couverture du livre « Colères » de Lionel Duroy aux éditions Julliard

    Marie Letellier sur Colères de Lionel Duroy

    Ce livre est empreint d'un profond désespoir, de l'impression d'une solitude inexorable, comme si ce qu'il avait vécu dans son enfance ne pouvait que l'aspirer vers le fond. J'avais lu 'Le chagrin' juste avant, donc j'avais l'impression de déjà bien le connaitre en démarrant ma lecture.

    Ce livre est empreint d'un profond désespoir, de l'impression d'une solitude inexorable, comme si ce qu'il avait vécu dans son enfance ne pouvait que l'aspirer vers le fond. J'avais lu 'Le chagrin' juste avant, donc j'avais l'impression de déjà bien le connaitre en démarrant ma lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Le chagrin » de Lionel Duroy aux éditions J'ai Lu

    Marie Letellier sur Le chagrin de Lionel Duroy

    C'est un livre très prenant, malgré un style journalistique, tout en détails. Une partie des souvenirs est tirée de photos étudiées à la loupe. Au delà de l'histoire qui fait penser à quelqu'un d'un peu ennuyeux qui vous parle sans que vous puissiez l'arrêter, ce livre donne à réfléchir sur le...
    Voir plus

    C'est un livre très prenant, malgré un style journalistique, tout en détails. Une partie des souvenirs est tirée de photos étudiées à la loupe. Au delà de l'histoire qui fait penser à quelqu'un d'un peu ennuyeux qui vous parle sans que vous puissiez l'arrêter, ce livre donne à réfléchir sur le poids du passé, sur les relations familiales, sur la manière dont on peut vivre sa vie, avec ou sans sa famille. Il fait avancer. J'ai enchainé avec 'Colère' ... toujours sur le même thème. C'est presque désolant de voir ce personnage s'enfoncer toujours plus, comme s'il n'avait aucune prise sur les événements familiaux qui l'entourent.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !