Leo Perutz

Leo Perutz
Léo Perutz est né à Prague en 1882. Il quitte la Bohème à l'âge de 17 ans pour Vienne où il étudie les mathématiques et la littérature. Il s'intéresse à la théorie des jeux de hasard et commence par travailler dans une compagnie d'assurances. Il est appelé au combat pendant la Première Guerre mon... Voir plus
Léo Perutz est né à Prague en 1882. Il quitte la Bohème à l'âge de 17 ans pour Vienne où il étudie les mathématiques et la littérature. Il s'intéresse à la théorie des jeux de hasard et commence par travailler dans une compagnie d'assurances. Il est appelé au combat pendant la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il est blessé. De retour à Vienne, il publie son premier ouvrage, La Troisième balle, et entreprend de nombreux voyages. C'est en 1918 que paraît Le Tour du cadran, son troisième roman. En 1933, La Neige de Saint Pierre est interdit par les nazis. Il quitte l'Autriche pour la Palestine en 1938, au moment de l'Anschluss. Borges contribue à le sauver de l'oubli en préfaçant trois de ses livres pendant la Seconde Guerre mondiale. Léo Perutz meurt en 1957. En 1962, à l'initiative de Jean Paulhan et Roger Caillois il reçoit, à titre posthume, le Prix Nocturne créé par Roland Stagliati, un des contributeurs de la revue Fiction.

Avis (4)

  • Couverture du livre « Le maître du jugement dernier » de Leo Perutz aux éditions Zulma

    Anita Millot sur Le maître du jugement dernier de Leo Perutz

    Un zest d’Agatha Christie, une pincée de la damnation de Faust, un souffle du portrait de Dorian Gray : vous obtenez ce roman surréaliste que j’ai adoré !

    Un zest d’Agatha Christie, une pincée de la damnation de Faust, un souffle du portrait de Dorian Gray : vous obtenez ce roman surréaliste que j’ai adoré !

  • Couverture du livre « Où roules-tu, petite pomme ? » de Leo Perutz aux éditions Lgf

    Patrice LAURENT sur Où roules-tu, petite pomme ? de Leo Perutz

    https://evabouquine.wordpress.com/2017/01/27/leo-perutz-ou-roules-tu-petite-pomme/

    L'auteur nous transporte dans l’Europe de la fin de la 1ère guerre mondiale à travers la quête de vengeance du « héros », Georg Vittorin…
    Si j’ai été plus sensible aux mystères de La nuit sous le pont de...
    Voir plus

    https://evabouquine.wordpress.com/2017/01/27/leo-perutz-ou-roules-tu-petite-pomme/

    L'auteur nous transporte dans l’Europe de la fin de la 1ère guerre mondiale à travers la quête de vengeance du « héros », Georg Vittorin…
    Si j’ai été plus sensible aux mystères de La nuit sous le pont de pierre, je garderai un bon souvenir de ce livre, qui rencontra dès sa parution en 1928 un grand succès, et qui invite à s’interroger sur l’Homme et ses motivations…

  • Couverture du livre « La neige de Saint-Pierre » de Leo Perutz aux éditions Lgf

    Yves Mabon sur La neige de Saint-Pierre de Leo Perutz

    Je me dois ici de faire une confession : longtemps j'ai dit que je n'aimais pas Leo Perutz, car je n'avais pas réussi à lire Le cavalier suédois. Eh bien me voilà bien puni -et quelle agréable punition- parce que La neige de saint Pierre est un roman captivant que je n'ai pas pu lâcher avant sa...
    Voir plus

    Je me dois ici de faire une confession : longtemps j'ai dit que je n'aimais pas Leo Perutz, car je n'avais pas réussi à lire Le cavalier suédois. Eh bien me voilà bien puni -et quelle agréable punition- parce que La neige de saint Pierre est un roman captivant que je n'ai pas pu lâcher avant sa toute fin. Écrit en 1933, il distille une ambiance toute particulière qui joue sur le suspense, l'angoisse, la peur et l'opposition réalité/rêve, car on ne sait jamais trop si le héros est dans la réalité ou dans un rêve. Lui-même ne le sait pas.

    Le récit est vif et possède le charme de l'écriture du début du vingtième siècle qui donne une sorte d'intemporalité. On ne retrouve que très peu dans l'écriture contemporaine ce style particulier et ce type de roman pourtant si agréable à lire. Beaucoup de références aux romanciers fantastiques du siècle précédant Leo Perutz : Jules Verne, Edgar Allan Poe entre autres (bon, je dis entre autres, parce que je n'en connais pas beaucoup, mais j'ai eu tout au long de ma lecture cette sensation de lire un roman des deux auteurs précités. Peut-être me trompé-je, mais je m'en fiche, c'est moi et moi seul qui ai eu cette sensation et moi et moi seul qui écrit sur ce blog, donc, je dis ce que je veux. Non mais...).

    Bon, revenons à cet excellent roman de Leo Perutz, qui fut interdit en Allemagne, en pleine montée du nazisme. Le rater serait vraiment dommage, et Zulma a la bienheureuse idée de le rééditer en poche. J'avais envie de dire pas mal de trucs en plus sur la théorie développée à l'intérieur, mais je vais m'abstenir pour laisser à chacun d'entre vous le plaisir de la découverte (à ce propos, faites-moi confiance et ne lisez pas la quatrième de couverture).

    Leo Perutz, en 1938, après l'annexion de l'Autriche s'exila à Tel-Aviv et cessera d'écrire jusqu'en 1953. Il meurt en 1957.

    Promis, je ne dirai plus je n'aime pas Leo Perutz !

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com