Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Leo Malet

Leo Malet

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Leo Malet (1)

Avis sur cet auteur (5)

  • add_box
    Couverture du livre « Mon vieux Guérif ; lettres et dédicaces pour

    fflo sur Mon vieux Guérif ; lettres et dédicaces pour "collectionneur" de Leo Malet

    Léo Malet, pour moi c’était, avant tout, Nestor Burma. Et Nestor Burma c’était Guy Marchand! Alors quand je vois le nom de Leo Malet, impossible de ne pas y superposer l’image du célèbre comédien, du chanteur de La passionata, le désinvolte dragueur, un peu ringard, désabusé mais si sympathique....
    Voir plus

    Léo Malet, pour moi c’était, avant tout, Nestor Burma. Et Nestor Burma c’était Guy Marchand! Alors quand je vois le nom de Leo Malet, impossible de ne pas y superposer l’image du célèbre comédien, du chanteur de La passionata, le désinvolte dragueur, un peu ringard, désabusé mais si sympathique. Grace à cet ouvrage regroupant la correspondance de Leo Malet à François Guérif, j’ai une meilleure idée de qui il fut.
    La transcription des lettres, souvent sibyllines, est généralement accompagnée de leurs fac-similés, certains illustrés par l’auteur. C’est plein d’humour, un peu coquin, avec des jeux de mots. Léo Malet n’a rien perdu sa verve de vieil anar, il a écrit ces lettres entre 1972 et 1989, de ses 63 à 80 ans. On y ressent la complicité croissante qui l’unissait à son jeune éditeur.
    Les 80 dernières pages sont consacrées à une compilation des dédicaces écrites pour François Guerif. Ce dernier nous les présente en regard des couvertures des livres. Les premières, couvertures et dédicaces, étaient assez sobres mais dans les années 1980 elles sont devenues de plus en plus licencieuses, Léo Malet aimait les orner de collages érotiques. C’était un vieux monsieur!
    Entre ces deux parties de très intéressantes interviews m’ont fait découvrir un Léo Malet désabusé comme son Nestor Burma mais malicieux, toujours anar et ragaillardi par la redécouverte, grâce à François Guerif, de ses nombreux romans.
    L’édition de ces textes et images est très soignée. C’est une façon insolite et savoureuse de rencontrer Léo Malet.
    Merci aux éditions La Grange Batelière, à Grégoire Courtois de la librairie Obliques à Auxerre et à lecteurs.com

  • add_box
    Couverture du livre « Micmac moche au Boul'mich' » de Leo Malet aux éditions Pocket

    casimircas sur Micmac moche au Boul'mich' de Leo Malet

    "On a dit que le génie n'est qu'une longue affaire de patience, ce n'est pas tout à fait exact, mais cela s'applique assez bien au métier de détective." Conan Doyle.


    Qui a suicidé Paul Leverrier? un suicide ou un meurtre et pourquoi ? Il s'était drogué et on a trouvé un...
    Voir plus

    "On a dit que le génie n'est qu'une longue affaire de patience, ce n'est pas tout à fait exact, mais cela s'applique assez bien au métier de détective." Conan Doyle.


    Qui a suicidé Paul Leverrier? un suicide ou un meurtre et pourquoi ? Il s'était drogué et on a trouvé un revolver...


    Jacqueline Carrier, sa petite amie, effeuilleuse dans un cabaret à St Michel, qui voulait se marier, et qui vient solliciter l'aide du privé Nestor Burma ?

    Nestor Burma: le privé gouailleur et désabusé, spécialiste des affaires tordues, dans un épisode des " Nouveaux Mystères de Paris"..

    La fiancée ou...
    Papa Leverrier qui ne souhaitait pas le mariage et qui n'a pu sauver sa femme de la thypoïde?
    Von Straeten, mage et maître chanteur qui a procuré de l'opium, à Paul?
    Mauguio, un étudiant en médecine qui s'était introduit dans la chambre de Jacqueline?
    Toussaint Lanouvelle, un ami de l'amie de Jacqueline?
    Ou, l'inspecteur Masouldre qui démontre qu'il n'y a... aucune explication au suicide de Paul?
    Il y aura 3 ou 4 autres morts...



    Nestor Burma promène sa gabardine et sa pipe ( oui, son imperméable et sa pipe, ça vous rappelle quelqu'un?) dans le cinquième arrondissement de Paris, de la place Monge au Quai Saint Bernard...
    Il a la tête dure, ce privé... Et, une certaine des contraction, plus un charme certain qui me fait penser à un privé américain, ( sans oublier la bouteille de Scotch..)

    Nestor Burma a été créé bien avant Marlowe de Chandler...
    "Sous les ponts de Paris, hm hm hm, "

  • add_box
    Couverture du livre « Nestor Burma T.2 ; 120, rue de la gare » de Leo Malet et Jacques Tardi aux éditions Casterman

    Lalo65 sur Nestor Burma T.2 ; 120, rue de la gare de Leo Malet - Jacques Tardi

    Superbe! J'adore l'intrigue, l'ambiance, Paris, le graphisme, l'humour noir...

    Superbe! J'adore l'intrigue, l'ambiance, Paris, le graphisme, l'humour noir...

  • add_box
    Couverture du livre « Nestor Burma T.8 ; boulevard... ossements » de Nicolas Barral et Leo Malet et Jacques Tardi aux éditions Casterman

    Claude Stas sur Nestor Burma T.8 ; boulevard... ossements de Nicolas Barral - Leo Malet - Jacques Tardi

    La rencontre entre l’univers de l’écrivain Léo Malet et celui du dessinateur Tardi m’a depuis longtemps conquis. Le premier, père de Nestor Burma, a écrit quelques-uns des meilleurs romans policiers ayant Paris pour toile de fond. Oui, avec ceux de Georges Simenon ou de Fred Vargas, pour ne...
    Voir plus

    La rencontre entre l’univers de l’écrivain Léo Malet et celui du dessinateur Tardi m’a depuis longtemps conquis. Le premier, père de Nestor Burma, a écrit quelques-uns des meilleurs romans policiers ayant Paris pour toile de fond. Oui, avec ceux de Georges Simenon ou de Fred Vargas, pour ne citer que ces deux auteurs-là. Le second, artiste émérite, père d’une autre icône, à savoir Adèle Blanc-Sec, a mis son style en noir et blanc, aux accents expressionnistes, au service des intrigues du romancier. Tardi, reconnu comme un grand de la bande dessinée, refuse les hommages convenus et les honneurs. Mais voilà ! Pour cette aventure, sur le boulevard Haussmann (à travers les 8° et 9° arrondissements), c’est le Français Nicolas Barral qui anime ces êtres de papier créés par Tardi, en mode Tardi, avec un graphisme Tardi. Et j’avoue que c’est avec succès qu’il parvient à se fondre dans les pas de son prédécesseur. C’est si bluffant qu’on en voit pas à la première lecture les différences de style entre les deux dessinateurs. Et même si l’histoire est emplie de fausses pistes et d’impasses, et peut sembler tarabiscotée à certains lecteurs, je l’ai dévorée avec un plaisir évident.