Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Lauren Oliver

Lauren Oliver

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (37)

  • add_box
    Couverture du livre « Panic ; le jeu de la peur » de Lauren Oliver aux éditions Hachette Jeunesse

    Fantasybooksaddict sur Panic ; le jeu de la peur de Lauren Oliver

    https://fantasybooksaddict.blogspot.com/2020/01/panic-lauren-oliver.html?m=1

    Je n'en suis pas à ma première lecture de Lauren Oliver car j'ai auparavant découvert Délirium ainsi que Le dernier jour de ma vie. Bien que je sois sortie assez mitigée de ces derniers, le résumé de Panic m'a tout...
    Voir plus

    https://fantasybooksaddict.blogspot.com/2020/01/panic-lauren-oliver.html?m=1

    Je n'en suis pas à ma première lecture de Lauren Oliver car j'ai auparavant découvert Délirium ainsi que Le dernier jour de ma vie. Bien que je sois sortie assez mitigée de ces derniers, le résumé de Panic m'a tout de suite donné envie de lui laisser une nouvelle chance.

    Nous côtoyons donc principalement deux personnages à travers l'alternance des points de vue : Heather et Dodge. Ils sont aux antipodes l'un de l'autre, et la dynamique qu'ils nous opposent est très intéressante à suivre.
    D'un côté, on a Heather, une jeune femme un peu pommée. En effet, entre une rupture amoureuse, une mère quasiment absente qui ne pense qu'à boire, une petite sœur qui a besoin d'elle et ses sentiments pour son meilleur ami, elle s'inscrit à Panic sur un coup de tête. J'ai eu de la compassion pour elle
    D'un autre côté, on découvre Dodge, qui participe à Panic pour une seule raison : venger sa sœur qui s'est retrouvée paralysée suite à sa participation quelques années plus tôt.
    Même si ces deux-là méritaient parfois des claques, j'ai beaucoup apprécié leur sens du sacrifice envers leurs proches, leur point commun : leurs sœurs.
    Les personnages secondaires qui gravitent autour d'eux sont tout aussi complexes. Je pense notamment à Bishop et son humour, qui cache plus de choses qu'on ne pourrait le penser au premier abord ; Ainsi que Nat. Pour elle, c'est l'inverse. Elle m'a complètement agacé avec son désir de reconnaissance. Tout semble lui être dû.

    Par ailleurs, Panic n'est finalement qu'un prétexte alors que je m'attendais à ce que le concept de ce jeu clandestin soit assez poussé étant donné que c'est ce qu'on nous vend dans le résumé. En fait, non pas du tout. C'est donc une grosse déception pour moi car au final, hormis l'un des juges qui est démasqué et l'autre que nous suspectons, nous n'avons rien sur son commencement, sur qui recrute ces fameux juges...
    En définitive, la seule chose qui nous tient en haleine est la teneur des épreuves ainsi que l'issue finale.

    Pour conclure, le concept avait tout pour plaire mais n'a quasiment pas été exploité. Le jeu Panic n'est donc qu'une occasion pour développer des personnages complexes aussi attachants qu'agaçants.

  • add_box
    Couverture du livre « Replica » de Delarbre-A et Lauren Oliver aux éditions Hachette Romans

    April the seven sur Replica de Delarbre-A - Lauren Oliver

    C’est le concept initial de Replica qui m’a donné envie de le lire en premier lieu. Deux sens pour un seul ouvrage, deux voix différentes qui peuvent se lire indépendamment ou alternativement. La possibilité de découvrir cette histoire au travers de schémas différents m’a bien plu, et l’idée...
    Voir plus

    C’est le concept initial de Replica qui m’a donné envie de le lire en premier lieu. Deux sens pour un seul ouvrage, deux voix différentes qui peuvent se lire indépendamment ou alternativement. La possibilité de découvrir cette histoire au travers de schémas différents m’a bien plu, et l’idée était suffisamment originale pour que je me lance.

    Replica nous conte l’histoire de Gemma et Lyra. Gemma, jeune fille solitaire à la santé fragile, n’est pas une adolescente très épanouie. Elle trouve néanmoins un peu de réconfort auprès d’April, sa meilleure amie. Un jour, elle découvre que son père est associé à un institut de recherche qui s’adonne à de mystérieuses expériences sur l’île d’Haven, là où résident tous les secrets scientifiques. Lyra, quant à elle, n’est pas une adolescente comme les autres. Toute sa vie, elle n’a connu que confinement et examens divers. À ses yeux, c’est la vie à laquelle elle est destinée, et elle n’en imagine pas d’autres. Pourtant, son petit univers bien huilé vole en éclats le jour où un incident survient. Lyra va alors croiser la route de Gemma, ce qui risque de changer le cours de leur vie à jamais…

    La particularité de ce livre, c’est que chacune de ses faces nous permet de découvrir l’histoire d’un point de vue différent. Gemma a la parole au recto, Lyra au verso. Le roman peut donc se lire suivant les goûts personnels du lecteur, lui offrant ainsi quelques perspectives intéressantes. Une amie m’a conseillé d’alterner les chapitres en commençant par Gemma. Il faut savoir que l’histoire est sensiblement la même, mais que la différence de point de vue apporte une saveur toute particulière à l’intrigue, puisque chaque héroïne possède sa façon de voir les choses et de vivre la situation. Du coup, il n’y a aucune impression de redondance, et même si les événements se ressemblent (puisqu’ils sont identiques), ils ne sont pas abordés sous le même angle.

    Lauren Oliver nous brosse deux tableaux bien différents au travers de Gemma et Lyra. Gemma est une adolescente mal dans sa peau, qui souffre de surpoids et d’une santé fragile. Elle n’a rien d’une héroïne sans peur et irréprochable, mais elle est touchante à sa façon. Lyra est celle que j’ai préférée. Toute sa vie n’a été qu’une succession d’expériences. Elle n’a jamais vraiment vécu et ne connaît rien du monde extérieur. Sa candeur et sa naïveté font d’elle un de ces personnages que l’on a envie de protéger envers et contre tout.

    Certaines choses m’ont tout de même chiffonnée. Pour commencer, j’ai trouvé la romance inutile et prévisible. Elle n’apporte rien de particulier à l’intrigue. À croire que dans tous les romans jeunesse/young-adult, il est primordial d’intégrer une histoire d’amour, même lorsque celle-ci est superflue. À mes yeux, c’est tomber dans la facilité et le cliché. J’ai également été déroutée par le rythme de l’histoire. Ça se lit relativement vite, mais Lauren Oliver mise sur l’aspect psychologique plutôt que l’action pure et dure. De fait, certaines longueurs sont à déplorer.

    En résumé, Replica est une histoire plutôt chouette, qui se distingue des autres par la construction du livre en lui-même. Lauren Oliver nous confronte à deux voix, deux histoires, deux vécus, qui peuvent se lire indépendamment ou étroitement entremêlés, au choix. C’est ce format qui m’a beaucoup séduite. L’histoire n’est pas vraiment inédite, mais elle se lit bien et permet de passer un agréable moment.

    Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/science-fiction/replica-lauren-oliver

  • add_box
    Couverture du livre « Delirium t.2 » de Lauren Oliver aux éditions Hachette Jeunesse

    Melicia P sur Delirium t.2 de Lauren Oliver

    Je n'avais déjà pas accrochée plus que ça au premier tome et c'est de nouveau pareil avec ce deuxième tome. Pourtant la base d'histoire me plaît beaucoup mais il me manque un rythme ou des péripéties dans l'histoire qui me ferait vibrer et lire toujours un chapitre de plus. C'est un livre qui...
    Voir plus

    Je n'avais déjà pas accrochée plus que ça au premier tome et c'est de nouveau pareil avec ce deuxième tome. Pourtant la base d'histoire me plaît beaucoup mais il me manque un rythme ou des péripéties dans l'histoire qui me ferait vibrer et lire toujours un chapitre de plus. C'est un livre qui s'est laissé lire une fois mais sans plus.


    J'aime bien la couverture qui est intrigante et j'adore ce concept de base d'un monde où l'amour est considéré comme une maladie qui se soigne. Dans le premier tome on découvre les règles de cet univers dystopiques et on suit un amour interdit qui remet tout en question, dans ce deuxième tome on part dans une aventure ou l'héroïne découvre des univers différents, elle grandit et comprend des choses qui s'expliquent peu à peu.


    Une histoire qui se laisse lire mais qui pourra être beaucoup mieux développée pour nous envouter dans son univers original. Je ne sais pas encore si je lirais le dernier tome car la fin de celui-ci me laisse encore plus sceptique et sans réelle surprise !

  • add_box
    Couverture du livre « Le Dernier jour de ma vie » de Lauren Oliver aux éditions Hachette Jeunesse

    Rêver de bouquins en livres sur Le Dernier jour de ma vie de Lauren Oliver

    Nous découvrons Samantha Kingston, surnommée Sam, à son réveil de la Saint-Valentin. La journée se déroule parfaitement jusqu'au moment où tout bascule : elle meurt dans un accident de voiture et elle va comprendre qu'elle va revivre plusieurs fois le dernier jour de sa vie, dans l'espoir de...
    Voir plus

    Nous découvrons Samantha Kingston, surnommée Sam, à son réveil de la Saint-Valentin. La journée se déroule parfaitement jusqu'au moment où tout bascule : elle meurt dans un accident de voiture et elle va comprendre qu'elle va revivre plusieurs fois le dernier jour de sa vie, dans l'espoir de peut-être changer le destin.

    L'histoire est découpée selon les différents jours que vit Sam. Chaque jour est le même, celui du 14 février, et certains se ressembleront, tandis que d'autres seront totalement différents. Sam cherche à réparer ce qu'il s'est passé, elle veut à tout prix vivre, et ce, en essayant d'éviter l'accident.
    On la suit alors dans ce but premier, au fil de ces jours qu'elle revit. On se demande à chaque fois qu'elle sera son comportement lors de chaque nouvelle journée, ce que cette dernière lui réserve en fonction des choix qu'elle fera. Des questionnements qui nous mène au fil de l'histoire de cette jeune fille.

    Au départ, Sam est un personnage plutôt détestable, tout comme ses amies. Elles se moquent et humilient souvent des gens, se comportent comme des pestes, et j'avais vraiment du mal à apprécier les personnages, faisant que je n'accrochais pas au début du roman. Néanmoins, au fil des pages, on découvre plus la personnalité de Sam, et surtout, on suit son évolution par rapport à ce qu'elle vit et comprend. Une évolution importante et touchante dans ce roman, qui nous permet de comprendre de nombreuses choses sur la vie qui nous entourent.
    Chaque personnage, plus ou moins attachants le long du récit, ont tous leurs failles et leurs forces, et ce qui permettait à chacun d'être unique et de prendre part à l'intrigue que nous suivions au côté de Sam. Que cela soit Kent, Lindsay, Elody ou encore Ally, on comprend les différents choses qui les construisent, l'importance que certains événements ont sur la construction de notre personnalité, sur ce que nous sommes en grandissant. De même, avec le personnage de Juliet, dont l'on ressent la détresse à chaque instant, on comprend les conséquences parfois dévastatrices de certains de nos actes ou paroles, sans même que nous nous en rendions compte. Juliet est le personnage qui le reflète le plus, mais ce n'est pas la seule à le montrer, l'autrice montre que cela peut arriver pour tous le monde, même pour les personnes que nous soupçonnons le moins d'être victimes des autres.

    L'histoire change peu dans la première moitié du roman, il faut attendre la deuxième partie pour enfin sentir les changements arriver. A partir de là, on ne lâche plus le roman, on veut savoir ce que fera Sam, ses pensées, ses chois mais surtout leurs conséquences, qui sont le point essentiel de l'histoire.
    Cette dernière nous livre un message et une conclusion touchante et nous fait réfléchir à nos propres vies : que ferions-nous à la place de Sam ? Que voudrions-nous faire de notre dernière journée de vie ? On se pose des questions sur notre propre comportement et sur les conséquences qu'il peut avoir, notamment à travers le personnage de Juliet. Les bonus ajoutés suite à l'adaptation cinématographique du roman nous permettent d'autant plus cette remise en question sur nous-même et sur les autres. La fin m'a particulièrement touchée, les paroles de Sam étaient justes, et à vrai dire, je ne m'y attendais pas. Et pourtant, elle me semble finalement être la seule possible comme conclusion de cette histoire.


    En conclusion, après une première partie du roman qui ne m'a pas convaincue, la seconde a su me transporter dans l'évolution du personnage de Sam, que j'ai trouvé touchante et pleine de signification. L'autrice a su retranscrire l'importance de chaque instant et sur nos choix quotidiens, sur notre façon de se comporter avec autrui et sur encore bien d'autres choses. Les personnages, particulièrement Sam, ont su me transmettre leurs émotions, que cela soit la joie, la détresse, le bonheur, le doute. Les dernières pages du roman m'ont particulièrement emportées dans le récit que je ne voulais alors plus lâcher pour découvrir la conclusion du récit. Cette dernière remplie d'émotions a su clore parfaitement l'histoire que nous avons vécu durant quelques instants et nous laisse avec plusieurs réflexions et un message simple mais pas moindre : La vie est importante, et ce dans toutes ces facettes et mérite d'être vécue.