Laure Manel

Laure Manel

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (30)

  • add_box
    Couverture du livre « La mélancolie du kangourou » de Laure Manel aux éditions Michel Lafon

    Nath Bertrand sur La mélancolie du kangourou de Laure Manel

    « La nuit n’est jamais complète
    Il y a toujours puisque je le dis
    Puisque je l’affirme
    Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
    Une fenêtre éclairée. » (Paul Éluard)

    Pour Antoine, le jour de la naissance de sa fille est aussi le plus sombre de sa vie, puisque Raphaëlle, son grand et bel...
    Voir plus

    « La nuit n’est jamais complète
    Il y a toujours puisque je le dis
    Puisque je l’affirme
    Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
    Une fenêtre éclairée. » (Paul Éluard)

    Pour Antoine, le jour de la naissance de sa fille est aussi le plus sombre de sa vie, puisque Raphaëlle, son grand et bel Amour, décède lors de l’accouchement.

    Désemparé, démuni, écrasé par un incommensurable chagrin, il va se plonger à corps perdu dans le travail, pour oublier le poids de sa douleur , pour oublier aussi l’existence de Lou, l’enfant qu’il ne parvient pas à aimer.

    L’arrivée de Rose, une étudiante embauchée pour veiller sur le bébé, va adoucir peu à peu la noirceur du quotidien. La jeune fille parviendra à communiquer à cet homme blessé au plus profond de son coeur la joie de savourer les moments simples, ceux qui mènent à l’apaisement, à la sérénité, au bonheur. Elle sera le ciment qui liera un papa amputé d’amour et une enfant sans maman.

    « Elle va devoir veiller sur le père et s’assurer qu’un jour il trouve le chemin du coeur de sa fille »

    La mélancolie du kangourou est un roman qui fait du bien. Tout en douceur et délicatesse, il aborde le sujet douloureux du deuil, de la résilience, et de la monoparentalité masculine (ce qui est plutôt rare).

    L’écriture de Laure Manel est lumineuse, solaire, tendre et emplie d’amour. J’ai immédiatement éprouvé une immense empathie pour la plupart des personnages (les autres ne la méritant pas). L’autrice a su se glisser dans la peau de chacun d’eux, rendant la lecture réellement plaisante. J’ai passé un très très agréable moment . La joie de vivre de Rose est communicative, et fait oublier la grisaille presqu'estivale.

  • add_box
    Couverture du livre « L'ivresse des libellules » de Laure Manel aux éditions Michel Lafon

    Stéphanie Lyon sur L'ivresse des libellules de Laure Manel

    On a tous envie, en tant que parents, de partir quelques jours en vacances sans nos chers bambins, non sans culpabilité... pas de contraintes horaires, pas de temps à passer à râler... bref, un peu de répit quelques jours.. mais les vacances entre potes sans enfants c'est aussi faire face à...
    Voir plus

    On a tous envie, en tant que parents, de partir quelques jours en vacances sans nos chers bambins, non sans culpabilité... pas de contraintes horaires, pas de temps à passer à râler... bref, un peu de répit quelques jours.. mais les vacances entre potes sans enfants c'est aussi faire face à quelques réalités..
    On se retrouve tous à travers l'un ou même plusieurs personnages et peut nous faire déculpabiliser en se disant "Je ne suis pas toute seule"...
    Une histoire qui peut être partagée par chacun d'entre nous.

  • add_box
    Couverture du livre « L'ivresse des libellules » de Laure Manel aux éditions Michel Lafon

    Un brin de Syboulette sur L'ivresse des libellules de Laure Manel

    Vous voulez avoir un avant goût de vacances d’été, de villa magnifique? Lisez « L’ivresse les libellules » mais attention, tout n’est pas paradisiaque car Laure Manel nous livre des tranches de vie dans son dernier roman. Évidemment, j’étais très curieuse de découvrir le personnage de Sybil, de...
    Voir plus

    Vous voulez avoir un avant goût de vacances d’été, de villa magnifique? Lisez « L’ivresse les libellules » mais attention, tout n’est pas paradisiaque car Laure Manel nous livre des tranches de vie dans son dernier roman. Évidemment, j’étais très curieuse de découvrir le personnage de Sybil, de voir comment Laure l’a imaginée et je l’ai beaucoup aimée cette Sybil avec son caractère bien trempé mais si généreuse et attachante (« Énergique, indocile, capricieuse, mais tellement attachante! Une fille à part… qui gagne à être connue. » un peu tout moi en fait!!)!

    « L’ivresse des libellules » est un roman sur l’amitié, sur les couples, sur l’amour en général. Partir en vacances à plusieurs est toujours source de petits conflits sur les horaires, les repas, les activités, et cela est normal, c’est la vie en groupe qui veut cela. Laure Manel nous livre des personnages tous attachants et dans lesquels nous pouvons tous se retrouver. L’auteure exploite comme il faut la psychologie des personnages et cela pour chacun des personnages. Dans « L’ivresse des libellules », il n’y a pas de personnage principal car ce sont les personnages ensemble qui créent l’histoire. C’est avec eux que chaque couple va en révéler un peu plus. C’est avec eux que la crise de la quarantaine est évoquée. C’est avec eux que la place de la femme en tant que mère et en tant que femme est abordée. C’est avec eux que leur amitié est très importante et leur permet de faire face aux difficultés de la vie, de l’amour, de l’âge.

    Laure Manel fait entrer son lecteur avec finesse, avec douceur dans son roman. J’ai eu le sentiment, pendant ma lecture, d’être la confidente de tous ces amis, de les écouter, de les accompagner. J’avais envie de dire à Caroline de faire attention, à Vincent d’être plus attentif à Émilie, à Émilie de dire vraiment les choses, à Sybil d’être moins dans la planification. Et la villa, l’Ardèche décrites par Laure donnent trop envie de s’y retrouver, de lire un livre au bord de la piscine, de découvrir les superbes paysages de cette région. J’ai senti le soleil sur ma peau. J’ai senti la bonne odeur du barbecue. Je me suis vue allongée sur un transat. Et j’ai ressenti tout l’amour que Laure a mis dans ses libellules! Un roman d’amitié et d’amour à déguster en toute saison!

  • add_box
    Couverture du livre « L'ivresse des libellules » de Laure Manel aux éditions Michel Lafon

    Violaine belouard sur L'ivresse des libellules de Laure Manel

    Partir en vacances sans enfants, savourer les longues soirées d'été à refaire le monde entre potes, ne pas rouspéter, ne pas imaginer un programme spécial "jeunes", laisser de côté les responsabilités le temps de la pause estivale…

    Programme alléchant ou programme angoissant pour...
    Voir plus

    Partir en vacances sans enfants, savourer les longues soirées d'été à refaire le monde entre potes, ne pas rouspéter, ne pas imaginer un programme spécial "jeunes", laisser de côté les responsabilités le temps de la pause estivale…

    Programme alléchant ou programme angoissant pour certains.

    En tout cas, c'est en Ardèche que Laure Manel nous propose de partir et suivre cette bande d'amis qui compte bien profiter de ces congés pour se reposer, faire la fête et buller au bord de la piscine. A cela près que si aucun grain de sable ne venait les embêter cela serait moins drôle.

    Au début de ma lecture je pensais que les quatre couples étaient amis depuis de nombreuses années mais finalement ce n'est pas le cas. Les uns ont été remplacés par les autres et lorsque nous arrivons dans l'histoire, deux nouvelles personnes font leur apparition.

    Au fur et à mesure que l'on tourne les pages on sent aussi la tension monter d'un cran. La première partie est une mise en appétit relativement calme mais elle permet de poser les personnages car étant donné le nombre il n'est pas toujours aisé de bien positionner tout le monde (mais ça c'est particulier à moi et mon défaut de ne pas retenir les prénoms).

    Puis les rebondissements arrivent et remettent du piment dans les journées. La belle Valentine arrive pour passer le reste des vacances avec la grande équipe et assez facilement on imagine qu'elle sera le pivot central pour la deuxième partie. Finalement le grain de sable n'est pas si microscopique que ça …

    La fin est plutôt rapide car les événements s'enchaînent et le rythme s'accélère presque d'un seul coup car tout le monde va être bousculé dans ses opinions, ses habitudes, ses croyances.

    J'ai retrouvé l'écriture fluide et très agréable de Laure. J'ai beaucoup aimé les descriptions de l'environnement de nos vacanciers. J'ai eu peur en canoé, j'ai entendu le clapotis de l'eau, les plongeons, j'ai senti les odeurs de cuisine estivale.

    Toutes ces sensations m'ont un peu quitté dans la deuxième partie pour laisser place aux rebondissements.

    Ce n'est pas un roman où mes sensations ont été mises à rude épreuve et je ne crois pas que c'était l'objectif non plus. C'est une histoire qui est agréable, une scène de la vie qui met en avant l'amitié surtout. Rien d'exceptionnel en soi, c'est un livre tout doux qui raconte la vie en toute simplicité, le mélange des caractères, l'affirmation de soi, les choix de vie arrivé à la quarantaine etc !


    C'est un livre qui est à mettre dans vos valises cet été pour vous détendre, passer un bon moment sans prise de tête et plutôt à sourire d'ailleurs, si vous vous reconnaissez dans les personnages et / ou si vous avez déjà vécu ce style de vacances.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com