Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Larry Mcmurtry

Larry Mcmurtry

Larry McMurtry est né le 3 juin 1936 à Archer City au Texas. Six de ses best-sellers ont été adaptés à l'écran, notamment La Dernière Séance et Tendres passions.

Son roman Lonesome Dove a obtenu le prix Pulitzer en 1986 et l'auteur a reçu un Oscar pour le scénario du Secret de Brokeback Mountain...

Voir plus

Larry McMurtry est né le 3 juin 1936 à Archer City au Texas. Six de ses best-sellers ont été adaptés à l'écran, notamment La Dernière Séance et Tendres passions.

Son roman Lonesome Dove a obtenu le prix Pulitzer en 1986 et l'auteur a reçu un Oscar pour le scénario du Secret de Brokeback Mountain en 2006. Larry McMurtry vit à Archer City, au Texas, où il a ouvert une des plus grandes librairies indépendantes des États-Unis.

Articles en lien avec Larry Mcmurtry (2)

  • Evénement Peter Bogdanovich : gagnez des DVD et des livres !
    Evénement Peter Bogdanovich : gagnez des DVD et des livres !

    Le mythique réalisateur américain est invité d’honneur au Festival Lumière 2018

  • "Duane est amoureux" de Larry McMurtry - la chronique #19 du Club des Explorateurs

    Cette semaine, Bernard a choisi Olivier pour partager sa lecture et son avis sur le livre Duane est amoureux de Larry McMurtry (Sonatine), pour le Club des Explorateurs de lecteurs.com

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « Lonesome Dove ; les origines ; la marche du mort » de Larry Mcmurtry aux éditions Gallmeister

    Marie Kirzy sur Lonesome Dove ; les origines ; la marche du mort de Larry Mcmurtry

    Yes, un vrai western pour un livre total régalade !

    Dès les premières pages, ce roman surprend par son ambiance immersive, au plus proche de ce que devait être le Far West au XIXème siècle. On y suit Woodrow et Augustus, même pas la vingtaine, dans leurs premiers pas de rangers, du Texas au...
    Voir plus

    Yes, un vrai western pour un livre total régalade !

    Dès les premières pages, ce roman surprend par son ambiance immersive, au plus proche de ce que devait être le Far West au XIXème siècle. On y suit Woodrow et Augustus, même pas la vingtaine, dans leurs premiers pas de rangers, du Texas au Nouveau-Mexique. L'intrigue est homérique : une odyssée de survie remplie d'adversité, de malchance et de désastre prévisible tellement cette bande de Rangers fait office de bras cassés sous-équipés dirigés par des chefs catastrophiquement mauvais.

    Tout est brut dans ce roman, tout est hostile. Animaux, nature, hommes, tout y dangereux, cruel, ouverts à tous les possibles, sans aucune contrainte ou règles ou civilité. La violence fait partie de la couleur du paysage. Chez les Rangers, personne ne sait vraiment où il va ni pourquoi. Chacun est mu par ses désirs les plus élémentaires ( la faim, la soif, la luxure, la cupidité, l'amour même ), menés par des pulsions primaires qui peuvent aussi bien pousser à violer qu'à faire la cour à une jeune fille séduisante.

    Personne n'est très doué dans cette Marche de la mort. Personne sauf les Indiens. J'ai rarement lu un roman les présentant ainsi, dans une vitalité extraordinaire, les maitres absolus de leur royaume. Dans une verve très politiquement incorrecte, les Indiens y sont des prédateurs prêts à fondre sur les minables Rangers. Que j'ai aimé ce personnage de Buffalo Hump, le chef de guerre comanche à la bosse de bison dans le dos, virevoltant et scalpant à tour de bras tel un prestidigitateur génial !

    Mais bizarrement, ce que je retiens de ce western brut et brutal bien testostéroné à l'énergie, ce sont les incroyables figures féminines : Mattie, la prostituée qui accompagne l'expédition que l'on découvre dans la scène d'ouverture en train de chasser une tortue serpentine pour la barbecuter ; et Lady Carey, noble anglaise ravagée par la lèpre dans sa chevauchée nue face aux Comanches : sa scène de bravoure est juste hallucinante.

    Larry McMurtry est un conteur hors-pair et sait insuffler l'ironie et l'humour ad hoc dans ce divertissement haut de gamme aux truculents dialogues. L'éclate totale ! Et ça tombe bien, Lonesome Dove est une série. Celui-ci est la genèse présentant la jeunesse du duo Call ( le sérieux pragmatique mais explosif ) et Call ( l'écervelé obsédé par les femmes ). Je m'attaque très bientôt au Lonesome Dove qui a obtenu le Prix Pulitzer.

  • add_box
    Couverture du livre « Lonesome Dove T.1 » de Larry Mcmurtry aux éditions Gallmeister

    Chantal YVENOU sur Lonesome Dove T.1 de Larry Mcmurtry

    Avant de commencer, que les choses soient claires, je ne suis pas du tout fan de western. A part le mythique Il Etait une fois dans l’Ouest, ce genre ne m’attire pas le moins du monde.

    Et là, avec le capitaine Call et Augustus, j’ai crevé de chaud et de soif, j’ai passé des nuits sous l’orage...
    Voir plus

    Avant de commencer, que les choses soient claires, je ne suis pas du tout fan de western. A part le mythique Il Etait une fois dans l’Ouest, ce genre ne m’attire pas le moins du monde.

    Et là, avec le capitaine Call et Augustus, j’ai crevé de chaud et de soif, j’ai passé des nuits sous l’orage et ressenti la douleur quand les grêlons les ont quasi assommés, j’ai aussi éprouvé de la joie quand une chevauchée se terminait bien, et j’ai beaucoup ri aux pitreries parfois involontaires des jeunots de la bande ou du cuisinier un peu fou. Et c’est tout cela qui font de Lonesome dove, un village qui ne vit qu’avec des échoppes de première nécessité : un barbier et un saloon qui, outre un pianiste autodidacte, offre aux cowboys esseulés services tarifés d ‘une jeune femme qui occupera une place centrale dans l’histoire.

    Et l’histoire, c’est ce voyage du Texas au Montana, avec l’intention de vérifier que l’herbe est plus verte là-bas, quitte à rencontrer sur son chemin des hors-la-loi dénués de toute humanité ou des indiens, ceux que l’armée n’a pas décimés, le plus souvent pacifiques et démunis, parfois très agressifs.

    C’est magique. Le charme opère de suite, dès la présentation des premiers personnages. Et de vivre ce quotidien qui est une permanente lutte pour survivre est passionnant.

    Le voyage est long, il est dangereux, et il y aura bien sûr quelques larmes lorsque l’on devra se séparer de certains personnages. Mais on ne boudera pas son plaisir de voir disparaitre d’infâmes bandits aussi bêtes que méchants.


    Aucun répit dans ce récit qui alterne adroitement les épisodes,, profitant de la séparation temporaire de l’équipe. Arrivée à la fin d’un chapitre et décidée à stopper pour un moment la lecture, on se rend compte que le chapitre suivant reprend une histoire que l’on avait quittée quelques dizaines de pages plutôt : et ça repart pour une heure…



    C’est un coup de coeur et un roman que me hantera longtemps.

  • add_box
    Couverture du livre « Duane est dépressif » de Larry Mcmurtry aux éditions 10/18

    NADIA D'ANTONIO sur Duane est dépressif de Larry Mcmurtry

    Un Texan de 62 ans (à Thalia) – professionnellement florissant - bonnes conditions de vie avec une belle maison – une épouse (Karla), qui lui a donné quatre enfants qui eux, ont donné des petits-enfants – soudain, sans savoir pourquoi, gare sa voiture et s'en va à pieds… : »Deux ans après avoir...
    Voir plus

    Un Texan de 62 ans (à Thalia) – professionnellement florissant - bonnes conditions de vie avec une belle maison – une épouse (Karla), qui lui a donné quatre enfants qui eux, ont donné des petits-enfants – soudain, sans savoir pourquoi, gare sa voiture et s'en va à pieds… : »Deux ans après avoir fêté son soixantième anniversaire, Duane Moore – un type qui, une fois son permis en poche, n'avait conduit que des pick-up – gara le sien sous son auvent et décida dorénavant de ne se déplacer qu'à pied. »

    Que lui arrive-t-il ? Problème de couple ? Coup de blues ? Un souci ? « That is the question.» Et c'est le thème de « Duane est dépressif », le troisième volet d'une trilogie (après « Texasville ») de Larry McMurtry, écrivain américain, qui a connu bien du succès (prix Pulitzer – un Oscar – scénariste de « Brokeback Mountain ».

    Le récit est divisé en trois parties, et celles-ci évoquent les diverses évolutions de Duane.

    Notre Duane, en fait, veut rattraper le temps perdu. Faire tellement de choses qu'il n'a pas eu l'occasion d'effectuer auparavant – il veut pouvoir admirer la faune et la flore (des paysages grandioses) … Autant dire qu'il voudrait un peu mieux vivre et il consulte une psychiatre.

    Après quoi, Duane est bien décidé à ne garder que le nécessaire et va s'installer avec un chien dans une cabane. Il part ainsi « A la recherche du temps perdu » – on va assister à certaines rencontres particulières – il va en profiter pour lire justement le livre cité ci-dessus – marcher et voir de nouveaux horizons – c'est un bon voyage que l'on découvre dans les presque 600 pages de cet ouvrage – voyage par la marche mais aussi voyage psychologique – on trouve de l'humanité et quant à la dépression, où est -elle ?
    Pas là en tout cas, heureusement !

    Ce roman est vraiment drôle – touchant – Duane est si gentil – on trouve de l'humour noir, une certaine mélancolie – de la tendresse – en résumé : marche et lecture ? Pourquoi pas ? C'est bon pour la santé.

    Si vous ressentez un peu de mélancolie, lisez ce livre et ça ira mieux après ! On dit bien que le rire est une excellente thérapie...

  • add_box
    Couverture du livre « Lonesome Dove T.1 » de Larry Mcmurtry aux éditions Gallmeister

    Catherine Caterina sur Lonesome Dove T.1 de Larry Mcmurtry

    J'aime bien les western et ce livre dégage bien cet esprit. Vraiment formidable.

    J'aime bien les western et ce livre dégage bien cet esprit. Vraiment formidable.