Laberge Jean

Laberge Jean
L'auteur fut professeur de philosophie pendant 25 ans dans un cégep à Montréal. Aujourd'hui à la retraite, Jean Laberge est un philosophe néo-aristotélicien catholique. À cet égard, il a déjà publié Plaidoyer pour une morale du bien (Liber, 2011), et récemment chez Connaissances et Savoirs, Du fi... Voir plus
L'auteur fut professeur de philosophie pendant 25 ans dans un cégep à Montréal. Aujourd'hui à la retraite, Jean Laberge est un philosophe néo-aristotélicien catholique. À cet égard, il a déjà publié Plaidoyer pour une morale du bien (Liber, 2011), et récemment chez Connaissances et Savoirs, Du fiabilisme. La garantie métaphysique de la foi. Ses auteurs de prédilection sont anglophones, dont William James, Ludwig Wittgenstein, Alvin Plantinga, Harry Frankfurt. Pour n'en nommer que quelques-uns, ses auteurs francophones favoris vont de l'existentialiste chrétien Gabriel Marcel, Simone Weil, Emmanuel Mounier, en passant par Jean Guitton, Jacques Maritain et Roger Pouivet. Néo-aristotélicien, Laberge s'intéresse au renouveau pour la pensée de Saint Thomas d'Aquin. Il aime penser rigoureusement, et veut convaincre ses lecteurs qu'il est possible de penser le christianisme de manière analytique dans la tradition de la philosophie anglo-saxonne. Il fait sien le mot du philosophe britannique d'Oxford, Brian Leflow : « Je suis philosophe parce que je suis chrétien. »