Kochka

Kochka
Kochka est née au Liban où elle a grandi. Elle vit actuellement près du Mans dans la Sarthe. Elle a publié plus d'une cinquantaine de romans et d'albums aux éditions Thierry Magnier, Grasset, Belin, Nathan et Père Castor. Elle a, entre autres, reçu le Prix Chronos (catégorie CE1-CE2) en 2006 pour... Voir plus
Kochka est née au Liban où elle a grandi. Elle vit actuellement près du Mans dans la Sarthe. Elle a publié plus d'une cinquantaine de romans et d'albums aux éditions Thierry Magnier, Grasset, Belin, Nathan et Père Castor. Elle a, entre autres, reçu le Prix Chronos (catégorie CE1-CE2) en 2006 pour Des grands-parents magiques et a été sélectionnée au prix des Incorruptibles pour La fille aux cheveux courts et Au clair de la Louna. Elle signe ici son cinquième titre chez Oskar, après Victor Hugo et la fille aux cheveux d'or, Le garçon sans visage, Un chien pour deux (sélectionné au prix Chronos Suisse 2015) et dernièrement Le Talisman des étoiles.

Avis (3)

  • add_box
    Couverture du livre « La petite femme du Père Noël » de Kochka aux éditions Oskar

    Manika sur La petite femme du Père Noël de Kochka

    Nous voilà transporter au pays du Père Noël dans une aventure à la limite du fantastique. C'est dynamique, bien écrit, ça fait rêver et c'est tout plein de positif. Que demander de plus dans cette période de fête ?

    La petite équipe en partance est un peu abimée par la vie, ne croit plus trop...
    Voir plus

    Nous voilà transporter au pays du Père Noël dans une aventure à la limite du fantastique. C'est dynamique, bien écrit, ça fait rêver et c'est tout plein de positif. Que demander de plus dans cette période de fête ?

    La petite équipe en partance est un peu abimée par la vie, ne croit plus trop en rien mais l'optimisme de Noëlle, le dynamisme de Pêche et la bienveillance de Rose d'Hiver vont leur faire retrouver espoir et ouvrir les yeux sur la beauté de la vie.

    Une belle leçon.

  • add_box
    Couverture du livre « Frères d'exil » de Kochka aux éditions Flammarion Jeunesse

    Caro Caro sur Frères d'exil de Kochka

    Nani a huit ans et vit sur une île, qu’on imagine dans le Pacifique. Entourée de ses parents Janek et Youmi, de son grand-mère Enoha et de sa grand-mère Moo, la vie de Nani est douce.

    Mais la pluie s’abat, qui ne s’arrête pas. L’île pourrait même être submergée.

    Après avoir longtemps...
    Voir plus

    Nani a huit ans et vit sur une île, qu’on imagine dans le Pacifique. Entourée de ses parents Janek et Youmi, de son grand-mère Enoha et de sa grand-mère Moo, la vie de Nani est douce.

    Mais la pluie s’abat, qui ne s’arrête pas. L’île pourrait même être submergée.

    Après avoir longtemps hésité, les parents de Nani décident de partir. Enoha, son grand-père, infirme, ne veut pas abandonner la terre de ses ancêtres. C’est donc entourée de ses seuls parents que Nani part en hâte, courant vers le bateau qui leur permettra de rejoindre une autre terre.

    Au port, la famille prend sous son aile Semeio, un jeune garçon dont le grand-père vient de mourir et qu’il doit laisser là, à la merci des flots, sous les racines d’un grand arbre.

    Et c’est à quatre qu’ils finissent par embarquer, en direction de l’inconnu.

    C’est le parcours de l’exilé que Kochka nous décrit là, tout en finesse et en douceur, le vide matériel ressenti, l’absence des proches, l’absence de la terre maternelle, la fuite des sensations, des souvenirs. Et la peur de l’inconnu, de l’avenir qu’il faut entièrement reconstruire.

    Tout au long de son parcours, Nani découvre les lettres que son ipa Enoha lui a données à son départ. Des petits bouts d’île, des souvenirs, des mots de réconfort… On reçoit de plein fouet tout l’amour d’un grand-père, qui l’accompagne dans son parcours d’exilée, dans les épreuves qu’elle traverse. Puis la voix du grand-père de Semeio s’y mêle, deux aïeux dont les âmes se font présentes pour leurs petits-enfants.

    En parallèle, le récit de l’errance de Nani apparaît plus distancié. Les sentiments de la petite fille sont moins présents, ce qui à mon goût manque un peu pour que les jeunes lecteurs puissent s’identifier. C’est peut-être volontaire, car qui peut réellement se mettre dans la peau d’un exilé, imaginer ce qu’il perçoit, ce qu’il endure et comment cette expérience marque un être à tout jamais ? C’est aussi la réalité de leur exil, sa dureté, que cette distance exprime.

    Enfin, c’est avec une lettre de Nani et Semeio, les deux frères d’exil qui se sont trouvés dans cette nouvelle destinée, que se conclut cette belle histoire. Eux aussi vont se trouver un avenir sur une nouvelle terre, vont donner une suite à leur aventure, vont se poser, s’enraciner à leur tour, faisant le lien avec leur île, rassurant par là-même leurs « ipa ».

    https://mesmotsmeslivres.wordpress.com/2017/11/15/freres-dexil-de-kochka-et-tom-haugomat/

  • add_box
    Couverture du livre « Le merveilleux voyage de Nils Holgersson » de Olivier Latyk et Kochka aux éditions Pere Castor

    Mylène Gueriot sur Le merveilleux voyage de Nils Holgersson de Olivier Latyk - Kochka

    Sublime album jeunesse
    Les illustrations traduisent très bien la poésie de l'oeuvre de Selma Lagerlof.
    Et une adaption claire et efficace qui me bien en valeur les personnages et leur langage.

    Sublime album jeunesse
    Les illustrations traduisent très bien la poésie de l'oeuvre de Selma Lagerlof.
    Et une adaption claire et efficace qui me bien en valeur les personnages et leur langage.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !