Kidi Bebey

Kidi Bebey
Née à Paris, de parents camerounais, KIDI BEBEY est auteure et journaliste. Son parcours témoigne de son intérêt prononcé pour la musique, la danse, les destins de femmes, l'univers de l'enfance et de l'adolescence. Elle écrit aussi bien en jeunesse que pour les adultes (elle sera notamment rédac... Voir plus
Née à Paris, de parents camerounais, KIDI BEBEY est auteure et journaliste. Son parcours témoigne de son intérêt prononcé pour la musique, la danse, les destins de femmes, l'univers de l'enfance et de l'adolescence. Elle écrit aussi bien en jeunesse que pour les adultes (elle sera notamment rédactrice en chef du magazine Planète jeunes, et tout aussi à l'aise les micros de RFI). Fille de l'artiste compositeur Francis Bebey, elle a grandi dans un milieu familial multiculturel et baigné dans la musique. Son roman est inspiré de son histoire familiale.

Avis (6)

  • Couverture du livre « Mon royaume pour une guitare » de Kidi Bebey aux éditions Michel Lafon

    Fabienne DEFOSSE sur Mon royaume pour une guitare de Kidi Bebey

    Kidi Bebey auteure et journaliste, est la fille de Francis Bebey, homme de culture, musicien et écrivain camerounais, décédé en 2001. Mon royaume pour une guitare est l'hommage vibrant qu'une fille rend à son père, mais également à l'homme qu'il fut.

    Francis Bebey est né au Cameroun. Fils de...
    Voir plus

    Kidi Bebey auteure et journaliste, est la fille de Francis Bebey, homme de culture, musicien et écrivain camerounais, décédé en 2001. Mon royaume pour une guitare est l'hommage vibrant qu'une fille rend à son père, mais également à l'homme qu'il fut.

    Francis Bebey est né au Cameroun. Fils de pasteur, il est le benjamin d’une grande fratrie. Son grand frère, Marcel, est son modèle. De lui il apprendra que travailler dur à l’école est la seule chance de s’en sortir. A l'instar de Marcel, Francis obtiendra une bourse pour aller étudier d'abord en France, puis en Amérique. Son diplôme de journalisme en poche, Francis rêve de rentrer au pays pour retrouver son frère devenu médecin. Mais sa rencontre avec Madé, celle qui deviendra sa femme, va bouleverser ses plans. Francis décrochera un poste de haut fonctionnaire à l'Unesco et fondera une famille. Les siens deviennent sa priorité. La musique également.

    À travers ce roman biographique, Kidi Bebey aborde outre le parcours exceptionnel d'un homme, son père, qui s'est donné les moyens de prendre son destin en main, la douloureuse question de la colonisation et du déracinement. La France, terre d'accueil de Francis Bebey, ne devait être qu'une parenthèse temporaire, le temps d'y faire ses études. La vie en aura décidé autrement. Ironie du sort, alors qu'elle est originaire du même village que lui, c'est en France que Francis rencontrera Madé, sa femme. Les grossesses et l'émérite carrière professionnelle de Francis retarderont leur retour au Cameroun. Ensemble, ils se construisent une vie à Paris, s'intègrent. Et au fil des ans, leur projet de rentrer au pays s’éloigne. Bien sûr il y aura quelques séjours sur leur terre d'Afrique, mais ils ne seront que ponctuels, le temps des congés. Ils permettront à Francis de prendre conscience de tout ce qui le sépare de sa terre natale. Plus tout à fait africain, pas tout à fait français, Francis Bebey sera condamné à l'exil. Las, il mettra un terme à tous ces faux-semblants, cette mascarade pour se retrouver. Il va renoncer à sa prestigieuse carrière professionnelle pour renouer avec sa culture. Il troquera son royaume pour une guitare. La musique deviendra sa seule préoccupation. Un vent d’insouciance, de légèreté et de joie va entrer dans sa vie et celle de sa famille. Ses notes s'envoleront, traverseront l'océan atlantique. Les succès s'enchaîneront.

    C'est avec beaucoup de poésie que Kidi Bebey parvient à retranscrire le parcours de son père, sa famille. Elle pose un regard tendre. Son écriture est fluide. Sa narration est tantôt grave, tantôt légère, mais toujours juste et crédible. Mon royaume pour une guitare a des saveurs de biographie et de conte. C'est une jolie découverte.J'en remercie Lecteurs.com.

    https://the-fab-blog.blogspot.com/2018/11/mon-avis-sur-mon-royaume-pour-une.html

  • Couverture du livre « Mon royaume pour une guitare » de Kidi Bebey aux éditions Michel Lafon

    Angelique Le Moine sur Mon royaume pour une guitare de Kidi Bebey

    Enfin terminé. Cet écrit est très bien écrit. L'auteure maitrise le maniement de la langue française avec excellence.
    Si l'histoire de Francis Bebey m'a plu, m'a interessée, celle de l'auteure, fille de Francis m'a "barbé". Je me suis trainée sur la deuxième moitié, avec ennui. Je ne parvenais...
    Voir plus

    Enfin terminé. Cet écrit est très bien écrit. L'auteure maitrise le maniement de la langue française avec excellence.
    Si l'histoire de Francis Bebey m'a plu, m'a interessée, celle de l'auteure, fille de Francis m'a "barbé". Je me suis trainée sur la deuxième moitié, avec ennui. Je ne parvenais plus à trouver le charme linguistique du début de roman.

    Je ne suis pas parvenue à apprécier cette lecture. Dommage

    Ces pages ne resteront pas gravées dans ma mémoires.

  • Couverture du livre « Mon royaume pour une guitare » de Kidi Bebey aux éditions Michel Lafon

    Marie Kirzy sur Mon royaume pour une guitare de Kidi Bebey

    Un premier roman dont je retiens la grande sincérité en toute simplicité.
    Celle de l'auteure qui nous raconte son père, sa mère, son mythique oncle devenu docteur, tous camerounais, sa fratrie puis elle, née en 1961.
    Le récit d'un exil que chaque parent croit provisoire et qui s'ancre au...
    Voir plus

    Un premier roman dont je retiens la grande sincérité en toute simplicité.
    Celle de l'auteure qui nous raconte son père, sa mère, son mythique oncle devenu docteur, tous camerounais, sa fratrie puis elle, née en 1961.
    Le récit d'un exil que chaque parent croit provisoire et qui s'ancre au final en France avec la naissance de cinq enfants. Les espoirs de chacun, les difficultés à s'intégrer même lorsqu'on a fait des études et qu'on est fonctionnaire international de l'UNESCO.
    Et ce Cameroun qui reste toujours présent dans les têtes, surtout avec la figure de l'oncle, militant pro-indépendance puis opposant au nouveau régime en place, emprisonné. J'aurais aimé que Kidi Bebey évoque plus encore l'histoire de ce pays longtemps colonisé puis indépendant en 1960, elle le fait mais pas assez à mon goût, au juste sous le prisme familial.
    Mais ce n'est pas là son propos. L'auteure fait la part belle aux émotions, aux ressentis de chacun et elle sait trouver les mots justes, surtout lorsqu'elle dit « je ».
    « Me voici debout, sous les arbres en en train de chercher à éclairer un bout de ce ciel de feuillage, pour mettre des mots et des noms sur mes Jeanne d'Arc et mes Vercingétorix à moi. Vertigineuse impression de me réapproprier cette mémoire dont j'avais été expropriée petite, mes parents ayant cherché à me protéger d'une souffrance qu'ils ne voulaient pas me léguer en héritage ».
    Elle parle du poids de l'hypercorrection que lui impose ses parents, comme si elle était censée faire démonstration de la bonne éducation reçue, de sa capacité à intégrer les codes français pour donner une bonne image des Africains car ils ne sont que des invités dans ce pays. de la concurrence scolaire avec un autre enfant de l'immigration pour avoir les meilleures notes possibles.
    De l'injustice à ne pouvoir manger des gésiers de poulet car au Cameroun, ils sont réservés aux garçons. de la douleur que ces camarades voyant un balayeur noir imagine forcément qu'il s'agit de son père.
    Tout est dit sans acrimonie, en douceur, subtilement.

  • Couverture du livre « Mon royaume pour une guitare » de Kidi Bebey aux éditions Michel Lafon

    kryan soler sur Mon royaume pour une guitare de Kidi Bebey

    L'auteure nous raconte l'histoire de ses parents venus en France pour faire leurs études ...L'exil, l'attente, la vie, la distance qui s'installe entre le Cameroun et la France...Elle nous raconte leur amour aussi et la place prépondérante de la musique... C'est comme une chronique familiale...
    Voir plus

    L'auteure nous raconte l'histoire de ses parents venus en France pour faire leurs études ...L'exil, l'attente, la vie, la distance qui s'installe entre le Cameroun et la France...Elle nous raconte leur amour aussi et la place prépondérante de la musique... C'est comme une chronique familiale ... avec un mélange de réalité et de fiction...Malgré le sujet et le regard tendre et émouvant parfois que porte l'auteure sur sa famille je n'ai pas accroché à son histoire. Il y a quelques longueurs et je suis un déçue.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com