Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Keeland Vi

Keeland Vi
Vi Keeland et Penelope Ward résident sur la côte est des USA avec leur famille et écrivent seules ou à deux. Elles consacrent maintenant leur vie à l'écriture. Leurs romans remportent tous un immense succès et sont tous classés dans les meilleures ventes.

Avis sur cet auteur (10)

  • add_box
    Couverture du livre « My little lie » de Ward Penelope et Keeland Vi aux éditions Hugo Roman

    Lectrice - Lambda sur My little lie de Ward Penelope - Keeland Vi

    Vi KEELAND et Penelope WARD ne sont pas à leur premier essai d’écriture à quatre mains. En France, chez Hugo New Romance, pas moins de trois livres écrits par ce duo d’auteurs sont déjà sortis : « Playboy Pilot », « Avec toi malgré moi » et « Cocky Bastard » ( vous pouvez retrouver mes...
    Voir plus

    Vi KEELAND et Penelope WARD ne sont pas à leur premier essai d’écriture à quatre mains. En France, chez Hugo New Romance, pas moins de trois livres écrits par ce duo d’auteurs sont déjà sortis : « Playboy Pilot », « Avec toi malgré moi » et « Cocky Bastard » ( vous pouvez retrouver mes chroniques en cliquant sur les titres ).
    En règle général, je passe toujours un bon moment avec leurs livres, qu’ils soient écrits ensemble ou séparément.

    « My little lie » est donc le dernier titre traduit et publié chez Hugo New Romance de Vi KEELAND et Penelope WARD.
    Nous allons y faire la connaissance de Dexer Truitt, un homme d’affaires qui préfère l’ombre à la lumière. Personne ne connaît son visage, mais il a prévu de donner une interview à une journaliste pour se dévoiler enfin au public.
    Seulement, le jour du fameux entretien, il se retrouve coincé dans l’ascenseur avec une belle jeune femme qui n’est autre que la journaliste qu’il est censé rencontrer : Bianca. Alors qu’ils sont enfermés et que les minutes passent, la discussion s’engage et tourne très vite vers une opinion très arrêtée de la jeune femme : elle déteste les hommes trop riches et privilégiés comme Dexter.
    Ce dernier, voulant mieux la connaître, décide de cacher son identité et se présente comme étant Jay, un simple livreur. En faisant cela, il est obligé de se créer une nouvelle vie, une nouvelle identité, au fur et à mesure que les jours passent et qu’il succombe au charme de Bianca.
    Mais Dexter arrivera-t-il à lui dire toute la vérité alors qu’elle déteste au plus haut point les mensonges ?

    Avec cette nouvelle histoire, les deux auteurs signent une nouvelle aventure dans la même veine que leurs précédents récits.

    Dès le début, nous entrons dans le vif du sujet avec la fameuse rencontre dans l’ascenseur. C’est drôle, c’est croustillant, c’est léger : c’est du Penelope WARD et Vi KEELAND tout craché.
    Leurs grande force réside dans leur humour. Les situations loufoques s’enchaînent et il nous est très difficile de ne pas sourire, voir rire, face à certaines situations.
    Nous allons donc suivre Dexter/Jay qui essaie d’être le plus normal possible pour séduire Bianca.. Mais comment l’être alors que toute sa vie n’a été que du luxe ? Franchement, le voir autant se démener m’a autant touché que fait rire. Ce personnage est complètement déjanté et je l’ai adoré.

    Cependant, pour être tout à fait honnête, j’ai eu du mal avec cette histoire.
    J’ai trouvé que les auteurs allaient trop loin. J’aime que les récits restent un minimum réalistes, mais ici c’était beaucoup « trop » pour que ça soit vrai. Il m’a donc été difficile de croire en cette histoire, en ce couple, en leur évolution.
    Alors oui, c’est une vraie comédie romantique. Ce n’est pas toujours censé être ultra réaliste. Je ne sais pas si je fais une overdose de ce genre, si c’est effectivement too much ou si ce n’était pas le moment pour moi de lire ce genre d’histoire.. Mais au final, on peut dire que je suis passée à côté.

    Pourtant, il n’y a pas que de l’humour. Les personnages ont un passé un peu houleux, des problèmes d’ordre professionnel ou personnel. Des difficultés, des peurs qu’ils ont du mal à surmonter.
    Mais là encore, Penelope WARD et Vi KEELAND ont misé sur l’exagération et l’accumulation. Un problème en emmenait un autre, à tel point que ça en devenait un peu lassant.

    Quant à la fin, c’était pour moi un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
    Je n’ai absolument pas aimé cette dernière problématique ni dans sa façon de l’aborder, ni dans la façon qu’ont les personnages de l’accepter, ni même le choix des auteurs d’en arriver jusque-là. Elles n’avaient pas la nécessité d’emmener leurs personnages jusqu’à ce chemin, jusqu’à ce problème qui rend encore moins réaliste leur histoire.


    En conclusion, « My little lie » m’a un peu déçu. Vi KEELAND et Penelope WARD sont pourtant des valeurs sûres, des références de la romance et des comédies romantiques. Malheureusement, avec cette nouvelle histoire, je suis complètement passée à côté de ce qu’elles ont voulu nous faire ressentir. J’ai trouvé qu’elles étaient trop dans la surenchère, tant dans l’aspect humour que dans celui du drame. Tout était exagéré, un peu trop à mon goût, ce qui m’a vraiment empêché de croire en cette histoire.
    A contrario, j’ai quand même rigolé et souri durant ma lecture. Je ne peux pas dire que c’était difficile à lire, car je suis allée jusqu’à la fin. La forme ne m’a pas gênée, mais plus l’histoire en général.

    ( https://lectrice-lambda.blogspot.com/2019/05/my-little-lie-vi-keeland-penelope-ward.html )

  • add_box
    Couverture du livre « Bossman » de Keeland Vi aux éditions Hugo Roman

    Audrey Lalibert sur Bossman de Keeland Vi

    Pour parler de #bossman pfiou par où commencer..
    Voir plus

    Pour parler de #bossman pfiou par où commencer..

  • add_box
    Couverture du livre « Egomaniacs » de Keeland Vi aux éditions Hugo Roman

    Lectrice - Lambda sur Egomaniacs de Keeland Vi

    « Egomaniac », c’est avant tout une histoire qui commence mal.
    Emerie arrive fraichement à New-York pour exercer son métier de psychologue conjugale. Elle est ravie et ne croit pas en sa chance lorsqu’elle dégote un local pour recevoir ses clients sur Park Avenue, tout cela pour une somme...
    Voir plus

    « Egomaniac », c’est avant tout une histoire qui commence mal.
    Emerie arrive fraichement à New-York pour exercer son métier de psychologue conjugale. Elle est ravie et ne croit pas en sa chance lorsqu’elle dégote un local pour recevoir ses clients sur Park Avenue, tout cela pour une somme modique. Mais cela est trop beau pour être vrai.
    Elle va finalement découvrir que ce bureau appartient déjà à quelqu’un et qu’il n’est pas à louer. Le propriétaire n’est autre que Drew Jagger, un avocat spécialisé dans les divorces.
    Le premier réflexe de l’avocat, c’est de la mettre à la porte. Cependant, Emerie est belle, mais aussi victime d’un escroc. Alors il lui propose de partager son bureau, le temps qu’elle retombe sur ses pieds.
    La cohabitation ne va-t-elle pas être difficile entre celui qui sépare définitivement les couples et celle qui fait tout pour les réconcilier ?

    Vi KEELAND n’est plus à présenter tant ses romances ont eu un franc succès.
    J’étais ravie de retrouver ce qui fait le charme de ses histoires : un mélange d’humour croustillant et de relation intense.

    Emerie et Drew se ressemblent plus que ce qu’ils pensent.
    Avec leurs forts caractères, les confrontations sont nombreuses et chaque scène est un délice à suivre. J’ai beaucoup ri et j’ai aimé suivre l’évolution de leur relation. Ils pensent qu’un monde les sépare, mais c’est tout le contraire. Apprendre à connaître l’autre et se rendre compte de leur complémentarité est un long chemin pour tous les deux et les suivre devient vitre touchant.
    Vi KEELAND emmène assez de tension pour que le lecteur continue à lire son histoire avec envie, pour faire monter la température entre ses deux personnages principaux.

    Par contre, je ne peux pas cacher que le premier quart du livre a été pour moi un peu difficile à lire. En effet, le début est très comique, avec beaucoup de scènes « drôles ». J’ai eu du mal à croire à cet enchainement de scènes, de situations assez loufoques et aux répliques corsées. C’était, pour moi, trop exagéré pour que je puisse y croire réellement. Maintenant, cela reste une fiction est les auteurs peuvent faire ce qu’ils souhaitent avec leurs récits.

    Heureusement, les deux autres tiers rattrapent largement ce début un peu laborieux.
    Rapidement, l’auteur joue sur les sentiments. Plus on apprend à connaître les personnages et plus on s’attache à eux. Ils ont tous les deux leurs secrets, surtout Drew. Ces trésors ou blessures cachées ont forgé leurs êtres et les rendent plus sensibles.
    On apprend à voir Drew, ce playboy d’un autre oeil. J’ai plus apprécié son côté fleur bleue indécis que son visage de séducteur sûr de lui.
    Les pages défilent avec vitesse et on s’accroche à cette histoire qui nous fait ressentir beaucoup d’émotions.

    Le final est quant à lui touchant, même si j’ai trouvé que c’était un peu rapide à mon goût.
    Je n’étais pas prête à leur dire au revoir et cette histoire restera une belle surprise.


    En conclusion, « Egomaniac » me laisse un beau souvenir en tête. Vi KEELAND a réussi à m’attendrir, à me faire ressentir beaucoup d’émotions, notamment à partir du second tiers du livre. J’ai un peu moins aimé le début qui est un peu trop surréaliste pour moi, mais l’auteur se rattrape rapidement en donnant une dimension plus sérieuse à son histoire.

    ( https://lectrice-lambda.blogspot.com/2018/12/egomaniac-vi-keeland.html )

  • add_box
    Couverture du livre « Play boy pilot » de Ward Penelope et Keeland Vi aux éditions Hugo Roman

    Lectrice - Lambda sur Play boy pilot de Ward Penelope - Keeland Vi

    Le duo de choc Vi KEELAND et Penelope WARD reviennent cette année avec « Playbloy Pilot ».
    Après avoir adoré « Cocky Bastard » et plutôt apprécié « Avec toi malgré moi », j’étais vraiment ravie de me plonger dans cette nouvelle lecture, grâce à Audrey du blog « New Kids On The Geek », que je...
    Voir plus

    Le duo de choc Vi KEELAND et Penelope WARD reviennent cette année avec « Playbloy Pilot ».
    Après avoir adoré « Cocky Bastard » et plutôt apprécié « Avec toi malgré moi », j’étais vraiment ravie de me plonger dans cette nouvelle lecture, grâce à Audrey du blog « New Kids On The Geek », que je ne remercierais jamais assez pour sa gentillesse.
    Du coup, c’était l’occasion de faire une lecture commune, de quoi pimenter cette lecture !

    « Playboy Pilot » nous plonge dans l’histoire peu banale de Kendall et Carter.
    Kendall est une jeune femme issue d’une famille riche. Elle est belle et a toujours usé de son statut de privilégiée pour avoir une vie douce et paisible. Jusqu’au jour où son grand-père décède et nomme Kendall héritière de sa fortune. C’était sans compter une condition sine qua non : avoir un enfant ( un garçon ) dans l’année suivant son décès.
    Alors qu’elle erre dans un aéroport, ne sachant que faire de son avenir, voulant partir en Europe et rencontrer un couple d’homosexuels pour qui elle serait mère porteuse, elle va faire la rencontre de Carter.
    Lui, il est pilote de ligne et il a un véritable coup de foudre pour Kendall. Cette belle blonde lui fait tourner la tête et c’est avec culot qu’il lui demande de rejoindre son vol direction le Brésil, pour lui changer les idées et lui faire profiter de la vie.
    La belle osera-t-elle bousculer son quotidien et s’embarquer dans l’aventure de sa vie ?

    Le ton de l’histoire est clairement humoristique.
    Le duo WARD/KEELAND a voulu prendre cette histoire à la légère, en faire un récit réconfortant, qui veut nous montrer les petits bonheurs de la vie.
    Pourtant, l’histoire commence avec du drame. Kendall et Carter fuient tous les deux leurs démons, leurs passés, ils traînent leurs casseroles qui les empêchent d’avancer et d’imaginer un futur heureux. On trouve donc des thématiques dures, comme la mort et l’abandon, mais la manière dont les auteurs vont aborder ces sujets mettent immédiatement du baume au coeur.
    Oui, la vie n’est pas facile, mais il faut parfois oser pour voir le bon côté des choses.
    J’ai aimé cette façon positive d’aborder ces problématiques, des problèmes que l’on peut rencontrer dans la vraie vie, vie qui nous offre parfois toute son horreur, mais aussi toute sa beauté.

    Ce point positif est également ce qui m’a le plus déplu, paradoxalement.
    J’ai eu du mal à entrer dans cette histoire, à vraiment croire à ce récit et à m’identifier aux personnages, à cause de cette façon si « drôle » d’emmener les choses.
    Tout est un peu tourné à la dérision, tout est abordé d’un ton comique et parfois c’est « trop ». Je lisais, sans me laisser emporter, m’attendant à trouver à chaque nouveau chapitre des situations encore plus improbables. Car oui, au final, j’ai trouvé que l’histoire était difficile à concevoir. Il faut vraiment tout prendre au second degré pour apprécier cette lecture.

    Je pense que ce problème vient aussi de la temporalité.
    Tout se passe très vite. Dans les trois quarts du livre, l’histoire ne se passe qu’en l’espace de quelques semaines. Du coup, tous les sentiments qui se développent autour de ce duo m’ont parus difficiles à croire. Certaines décisions également.
    J’aime quand une relation met du temps à s’installer, qu’il y a des difficultés, mais ici j’ai trouvé que tout se déroulait trop facilement, trop rapidement, trop simplement. Après, je sais que cela peut plaire et que clairement, je ne suis pas la personne ciblée avec ce type de relation.

    Heureusement, la fin emmène son lot de douceur, d’attente et d’espoir.
    Autant tout le livre m’a paru passé à la vitesse de la lumière et le récit traité de manière superficielle, autant dans les derniers chapitres qui se passent onze mois après, j’ai retrouvé ce que j’aime avoir dans ce genre de romance. Les sentiments sont mis en avant, on découvre un Carter moins foufou, plus humain.
    Le final m’a du coup plus enchanté que la grande majorité de cette histoire.


    En conclusion, « Playboy Pilot » m’a laissée mi-figue, mi-raisin. Penelope WARD et Vi KEELAND ont voulu miser sur l’humour, mais ça m’a un peu lassée à la longue. Cependant, cette romance trouvera son public ou plaira à ceux qui souhaitent se plonger dans une romance simple et légère, qui fait oublier les tracas du quotidien.

    Un livre à lire entre deux lectures.

    ( https://lectrice-lambda.blogspot.fr/2018/02/playboy-pilot-vi-keeland-penelope-ward.html )