Karim Miské

Karim Miské
Karim Miské est né en 1964 à Abidjan. Il réalise depuis vingt ans des documentaires sur des sujets de société. Arab Jazz est son premier roman.

Avis (5)

  • Couverture du livre « S'appartenir » de Karim Miské et Antoine Silvestri aux éditions Viviane Hamy

    Christelle KORCHI sur S'appartenir de Karim Miské - Antoine Silvestri

    J’étais déjà toute acquise à la cause de l’auteur dont j’admire l’écriture, alors j’avais hâte de découvrir comment serait retranscrit son livre « N’appartenir » en BD, je trouvais l’idée intéressante et comme il avait été un de mes coups de coeur de l’année dernière, il fallait absolument que...
    Voir plus

    J’étais déjà toute acquise à la cause de l’auteur dont j’admire l’écriture, alors j’avais hâte de découvrir comment serait retranscrit son livre « N’appartenir » en BD, je trouvais l’idée intéressante et comme il avait été un de mes coups de coeur de l’année dernière, il fallait absolument que je le lise.

    Je suis d’autant plus sensible à ce texte qu’il me parle au quotidien à travers mes enfants qui sont eux-mêmes entre deux cultures, deux océans, deux religions. Il est bien dur de satisfaire tout le monde et pour un enfant cela peut-être déroutant si les parents n’expliquent pas que c’est une force, un plus qu ‘il n’est pas utile de choisir . Est-ce que je suis français et catholique ou bien est-ce que je suis Mauritanien et musulman s’intérroge l’auteur ? Alors, comme beaucoup d’enfant quand il est dans sa famille française il en accepte les codes et quand il est dans sa famille mauritanienne aussi, mais où est la vérité, qui est-il ? A l’école on lui fait sentir qu’il a beau avoir les manières des blancs il a une tête d’arabe, il n’est donc pas blanc, mais chez les arabes on lui fait comprendre qu’il est blanc. Il va alors se construire à travers ses lectures, les polars, la musique, l’art en général.

    Il s’agit ici de l’adaptation graphique de son magnifique roman « n’appartenir », je pense que cela permettra de toucher un public plus large et que ça donnera envie de lire les romans de l’auteur. Ce sont des sujets actuels que ceux de l’identité, de la culture, de la famille et de la patrie. La société actuelle est une société de mélange, de métissage et il est essentiel d’écouter les principaux intéressés, les personnes qui le vivent de l’intérieur ne serait-ce que pour comprendre et faire des ponts entre les gens.

    Le lecteur ne peut qu’être touché et happé par cette histoire compliquée avec soi-même, avec son image, j’ai été très touchée par cette souffrance, cette errance entre deux mondes , ce long chemin avant la construction de soi, la réappropriation de sa propre histoire et non celle que les autres veulent nous construire. L’auteur en est sorti plus fort, il s’est construit loin des schémas tout tracés pour lui et il en sort gagnant.

    J’ai beaucoup aimé le graphisme parfois très coloré ou au contraire très simple et sombre en fonction des situations et de l’état d’esprit à retranscrire. Le dessin sied tout à fait à l’histoire, à la narration venant appuyer les mots avec intelligence. Un régal visuel et d’écriture. Je n’ai pas boudé mon plaisir et vais le prêter à mes ados peut-être y trouveront-ils des réponses.

    Karim Miské à mis ses tripes, a écrit avec son coeur et ça se ressent à chaque page et c’est ce que j’aime chez un auteur. C’est beau, c’est poignant, bouleversant et puissant

    VERDICT

    Allez immédiatement chez votre libraire préféré et procurez-vous le pour vous, pour vos amis, vos proches, pour toute personne à qui vous voulez du bien.

    https://revezlivres.wordpress.com/2016/12/06/sappartenir-karim-miske/

  • Couverture du livre « N'appartenir » de Karim Miské aux éditions Viviane Hamy

    Christelle KORCHI sur N'appartenir de Karim Miské

    Un immense coup de coeur pour ce deuxième roman de Karim Miské dont je voulais lire les écrits depuis un moment. Une pépite . Je ne regrette pas j’ai adoré, dévoré ce court roman où l’auteur nous parle de l’appartenance, de l’identité et du métissage et tout ce que cela implique. Il nous parle...
    Voir plus

    Un immense coup de coeur pour ce deuxième roman de Karim Miské dont je voulais lire les écrits depuis un moment. Une pépite . Je ne regrette pas j’ai adoré, dévoré ce court roman où l’auteur nous parle de l’appartenance, de l’identité et du métissage et tout ce que cela implique. Il nous parle de sa propre histoire, lui fils de diplomate mauritanien musulman et d’une assistante sociale française athée . J’ai aimé ce livre car le ton est juste, le sujet est maîtrisé (et pour cause) et qu’il fait écho à ma propre vie, à mes enfants qui sont eux aussi le fruit d’un métissage et que j’encourage à suivre leur propre voie et faire leur choix sans peur de décevoir l’un de leur parent. C’est un roman coup de poing, un témoignage puissant qui ne laisse pas indifférent et qui donne à réfléchir.

    On prend conscience de la difficulté de n’être jamais tout à fait à sa place , de n’être pas assez blanc pour certains, pas assez noirs pour les autres, d’être pas assez catholique d’un coté pas assez musulman de l’autre. C’est dur de n’être au final ni ici ni là-bas et d’être un étranger partout. Ce livre parle de la recherche de soi, de la construction de son identité en dépit des attentes des deux cotés de la famille. Se chercher, comprendre d’où on vient pour savoir où l’on va et choisir sa vie sans choisir de camp car c’est tout ce mélange qui donne notre identité, notre force, tout un programme !

    Que l’on soit issu du métissage ou pas cela parle à tous, car on a tous été confronté petit aux incompréhension du monde des adultes, à leurs mensonges, leurs petits arrangements avec la réalité et leur contradiction. On a tous un jour eu un choc en découvrant que nos proches nous ont menti ou manipulé « pour notre bien ». L’auteur ne fait pas de concession, il dit les choses telles quelles sont et telles qu’il les ressent.

    C’est à son introspection que nous convie l’auteur, il nous fait part de ses sentiments, ses constatations, la découverte d’une certaine hypocrisie familiale. Ce fut une lecture très enrichissante, plaisante et émouvante. J’ai aimé la langue et l’écriture et j’ai du coup commandé son précédent livre que j’ai hâte de lire. De nombreuses références cinématographiques, musicales et littéraires viennent se glisser pour mieux appuyer la trame de cette biographie profonde et honnête.

    Une réussite et pour moi un auteur à suivre. J’ai été émue à maintes reprises et me suis mise à sa place, à la place de mes enfants… Une petite pépite dont je relis quelques passages régulièrement depuis que je l’ai fermé. A faire lire à tous les métis qui doutent pour qu’ils soient fiers d’être eux et qu’ils s’appartiennent.

    VERDICT

    Un coup de coeur pour ce roman court qui parlera à tous. Il ne faut pas passer à coté, précipitez-vous en librairie et régalez-vous des mots de Karim Miské.

    https://revezlivres.wordpress.com/2015/08/04/nappartenir-miske-karim/

  • Couverture du livre « Arab jazz » de Karim Miské aux éditions Points

    ronan besnard sur Arab jazz de Karim Miské

    Sympathique polar, plutôt bien écrit. une dose de suspense qui fait qu'on ne pose pas le bouquin, mais une vague impression de bouillabaisse narrative : l'intrigue est très composite, comme si l'auteur y avait mis tous les sujets qui l'intéressent. C'est parfois peu digeste...

    Sympathique polar, plutôt bien écrit. une dose de suspense qui fait qu'on ne pose pas le bouquin, mais une vague impression de bouillabaisse narrative : l'intrigue est très composite, comme si l'auteur y avait mis tous les sujets qui l'intéressent. C'est parfois peu digeste...

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com