Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Karim Madani

Karim Madani
KARIM MADANI manie sa plume en artiste, la rage en plus. Il est notamment l'auteur du Journal infirme de Clara Muller (Sarbacane, 2012), Les Damnés du bitume (Belfond, 2008), Cauchemar périphérique (Philippe Rey, 2010), Le Jour du fléau (« Série noire », Gallimard, 2011).

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Jewish Gangsta » de Karim Madani aux éditions 10/18

    Madame Tapioca sur Jewish Gangsta de Karim Madani

    Quand on parle gangs américains et rap US, immédiatement le frenchie pense aux communautés noires et latinos.
    Dans Jewish Gangsta, Karim Madani, écrivain et journaliste nous fait découvrir le mouvement goon .

    Un mouvement de voyous juifs, né à New York à la fin des années 80 et qui s’est...
    Voir plus

    Quand on parle gangs américains et rap US, immédiatement le frenchie pense aux communautés noires et latinos.
    Dans Jewish Gangsta, Karim Madani, écrivain et journaliste nous fait découvrir le mouvement goon .

    Un mouvement de voyous juifs, né à New York à la fin des années 80 et qui s’est petit à petit propagé aux blancs déclassés, les « white trash ».
    Un mouvement où se mêlent trafic de stups, violence, et musique.

    Ill Bill, Necro, J.J. et Ethan Horowitz : deux rappeurs, la fondatrice d’un gang féminin et un as du vol de voiture.
    4 parcours que nous raconte Karim Madani sans complaisance et sans jugement ; des tranches de vies dans l’enfer des ghettos new-yorkais.

    Passionnant…On se retrouve immergé dans la culture urbaine, dans le bruit et la fureur, au milieu des barres d’immeubles, au cœur des guerres de bandes et de la drogue. Une atmosphère de champ de bataille avec du rap pour BO.

    Un docu-fiction qui permet de découvrir un New York différent et de réviser les bases de la culture hip-hop.

  • add_box
    Couverture du livre « Jewish gangsta ; aux origines du mouvement goon » de Karim Madani et Guillaume Guilpart aux éditions Marchialy

    Lisa FRERING sur Jewish gangsta ; aux origines du mouvement goon de Karim Madani - Guillaume Guilpart

    https://animallecteur.wordpress.com/2018/02/21/jewish-gangsta-karim-madani/


         Je me souviens qu'au lycée ma prof de français me disait de ne pas séparer le fond et la forme dans une explication de texte. Je ne vais pas vous faire une dissertation sur cette oeuvre mais pour moi il était...
    Voir plus

    https://animallecteur.wordpress.com/2018/02/21/jewish-gangsta-karim-madani/


         Je me souviens qu'au lycée ma prof de français me disait de ne pas séparer le fond et la forme dans une explication de texte. Je ne vais pas vous faire une dissertation sur cette oeuvre mais pour moi il était important de parler du travail de la maison d'édition en plus du texte. J'ai un faible pour les jolis livre et je ne m'en cache pas et quand je suis tombée sur celui-ci à la librairie je n'ai pas hésité longtemps avant de l'acheter. La mise en page et les typographies sont originales ce qui en fait une lecture très plaisante. Ceux qui me suivent sur instagram ont peut-être vu ma story lors de la lecture... Pour les autres je vous laisse le plaisir d'aller voir par vous-même en librairie !

         Bon, passons aux choses sérieuses ! En plus d'être beau ce livre est très bien. Jewish Gangsta retrace le parcours de 4 ados blancs, juifs, vivant à New-York qui tentent de survivre coûte que coûte dans un Brooklyn des années 90 en pleine guerre de gangs. Il y a Ill Bill, leader du groupe Non-Phixion qui avec son frère Necro, se spécialisent dans le vol de sappes Ralph Lauren et les battles de hip-hop. Ethan Horowitz a une réputation à tenir, celle de meilleur voleur de (belles) voitures qui après un accident va devenir handicapé. Et puis il y a J.J, la fondatrice d'un gang de filles qui dépouillent des voyous. Le milieu dans lequel ces jeunes grandissent est impitoyable, ils en sont conscients et tentent de survivre comme ils le peuvent.

         Les chapitres sont courts, nerveux, et très cinématographique. Cela ne m'étonnerais même pas que l'on retrouve ces quatre personnages sur grand écran! Entre prison, flingues, violence, argent facile, sexe et mort on découvre le "cauchemar américain" sur fond de musique comme Wu tang clan, Slayer, les Ramones ou encore les Beastie boys.

  • add_box
    Couverture du livre « Jewish gangsta ; aux origines du mouvement goon » de Karim Madani et Guillaume Guilpart aux éditions Marchialy

    justine G. sur Jewish gangsta ; aux origines du mouvement goon de Karim Madani - Guillaume Guilpart

    on passe un très bon moment, si on aime le son, la rue, New York et les années 80/90.

    Anecdotes et vies de quatre blancs-new-yorkais: une fille, un gars et deux frères.
    Leur point commun: être juif,blanc et pauvre en banlieue new-yorkaise.
    La drogue,la violence,la musique, la taule,,les...
    Voir plus

    on passe un très bon moment, si on aime le son, la rue, New York et les années 80/90.

    Anecdotes et vies de quatre blancs-new-yorkais: une fille, un gars et deux frères.
    Leur point commun: être juif,blanc et pauvre en banlieue new-yorkaise.
    La drogue,la violence,la musique, la taule,,les lois de la rue,Karim Madani retranscrit les histoires qu'on lui a raconté,ça sonne authentique...on y est!

  • add_box
    Couverture du livre « Jewish gangsta ; aux origines du mouvement goon » de Karim Madani et Guillaume Guilpart aux éditions Marchialy

    Vincent PINATEL sur Jewish gangsta ; aux origines du mouvement goon de Karim Madani - Guillaume Guilpart

    En 1999, Karim Madani, journaliste spécialisé dans les cultures urbaines, est à New-York et découvre le maxi d'un groupe de hip-hop appelé Non-Phixion. Il ira à la rencontre de Ill Bill, juif blanc de Brooklyn et leader du groupe. Celui-ci lui racontera son adolescence avec son frère Necro. A...
    Voir plus

    En 1999, Karim Madani, journaliste spécialisé dans les cultures urbaines, est à New-York et découvre le maxi d'un groupe de hip-hop appelé Non-Phixion. Il ira à la rencontre de Ill Bill, juif blanc de Brooklyn et leader du groupe. Celui-ci lui racontera son adolescence avec son frère Necro. A partir de là, Karim Madani va s'imiscer dans le milieu des gangs de Brooklyn. De rencontre en rencontre, il tombera sur Ethan Horowitz, un ancien voleur de voitures handicapé, et J.J., la fondatrice d'un des premiers gangs de fille.

    A partir de là, le livre est séparé en 3 parties complètement distinctes d'un point de vue narratif mais dont la thématique est finalement la même : comment survivre dans le Brooklyn des années 90 quand on est pauvre, blanc et juif sans courber l'échine ?
    A cette époque, Brooklyn est gangréné par les gangs afro-américains et portoricains et par le trafic de drogues. La violence est à chaque coin de rue et la seule issue trouvée par les 4 protagonistes est de rentrer dans le jeu par la grande porte, chacun à leur façon.

    Pour Ill Bill et son frère Necro, ce sera la violence, le deal de drogues puis les battles de hip-hop à New-York. Ethan sera un des meilleurs voleurs de voiture puis après un séjour en prison, il participera à des vols en masse à New-York puis dépouillera des chefs de gang. J.J. en aura marre de se faire maltraiter à l ‘école et décide de créer le premier gang de filles blanches à Brooklyn. Pour se démarquer, elles n'hésiteront pas à s'attaquer violemment à des membres de gang.
    Leurs vies tournera sur les mêmes thèmes : prison, flingues, ultra-violence, argent facile, sexe, mort et musique. Il sera effectivement beaucoup questions de musique dans ce livre. On y croisera le Wu-Tang Clan, KRS-One, Slayer, les Ramones, les Beastie Boys et également pour finir les sons de Non-Phixion et de Necro. Je conseille d'ailleurs d'y jeter une oreille avant la lecture de ce livre. Il y a une playlist en toute fin de livre qui fait une parfaite BO de lecture et qui aurait du être mis au tout début pour mieux s'imprégner du son de la rue.