Junichiro Tanizaki

Junichiro Tanizaki

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (9)

  • Couverture du livre « Noir et blanc » de Junichiro Tanizaki aux éditions Picquier

    Parisienne sur Noir et blanc de Junichiro Tanizaki

    Voilà bien l'exemple pour moi d'un livre dont la quatrième m'a menée par le bout du nez sans que le plaisir de lecture s'en ressente!
    J'ai laborieusement lu le roman dans le roman, les errances littéraires, amoureuses et aventureuses du narrateur mais cela ne m'a menée que vers l'ennui......
    Voir plus

    Voilà bien l'exemple pour moi d'un livre dont la quatrième m'a menée par le bout du nez sans que le plaisir de lecture s'en ressente!
    J'ai laborieusement lu le roman dans le roman, les errances littéraires, amoureuses et aventureuses du narrateur mais cela ne m'a menée que vers l'ennui... Hélas, j'ai dû passer à côté de ce texte...
    La couverture est magnifique, cela m'a aussi incitée à aller plus loin....

  • Couverture du livre « Le Coupeur De Roseaux » de Junichiro Tanizaki aux éditions Gallimard

    Sandrine Fernandez sur Le Coupeur De Roseaux de Junichiro Tanizaki

    Enclin à la rêverie et à la nostalgie depuis qu'il approche de la cinquantaine, le narrateur part se promener au sanctuaire de Minase qui s'élève sur l'emplacement du palais impérial de l'empereur Gotoba. Le lieu n'a rien d'exceptionnel a priori mais il est chargé d'Histoire et le promeneur se...
    Voir plus

    Enclin à la rêverie et à la nostalgie depuis qu'il approche de la cinquantaine, le narrateur part se promener au sanctuaire de Minase qui s'élève sur l'emplacement du palais impérial de l'empereur Gotoba. Le lieu n'a rien d'exceptionnel a priori mais il est chargé d'Histoire et le promeneur se remémore des vers, des haïkus, des extraits d'oeuvres anciennes. La nature environnante, la proximité du fleuve Yodo sont propices à la contemplation de la pleine lune du huitième mois. Aussi s'attarde-t-il pour admirer l'astre, au milieu du fleuve, sur un banc de sable où il s'imagine revenu à l'époque où les geishas, rivalisant de beauté, voyageaient en bateau pour le plaisir des riches riverains. Soudain sa solitude est troublée par un homme surgi des roseaux qui lui propose du saké et une histoire. L'histoire d'amour de son père et de la belle et inaccessible O-Yû. Un amour impossible car O-Yû étant veuve et mère, la tradition rendait impossible un remariage. C'est donc avec O-Shizu, la sœur d'O-Yû, qu'il finit par se marier. Un mariage non consommé, un triangle amoureux, chaste et respectueux, dominé par O-Yû, gracieuse certes, mais aussi égoïste, narcissique, capricieuse, un brin perverse.

    Au rythme lent du marcheur, Junichirô Tanizaki nous convie dans le sanctuaire de Minase pour une promenade entre passé et présent, rêve et réalité. Après la mise en jambe tout en douceur dans le lieu saint et près des vestiges du palais impérial, accompagné par la musique des poèmes anciens, le lecteur flâne à la rencontre d'un conteur pour une douce échappée dans les temps anciens. A cette époque, la famille et les traditions pesaient sur les couples et l'amour n'avait pas forcément voix au chapitre. Enfant choyée par une famille en pâmoison devant sa beauté, O-Yû a été traitée pareillement dans sa belle-famille, toujours soucieuse de lui plaire et de la contenter. Habituée à voir tous ses vœux exaucés, la jeune fille se complaît dans un état de satisfaction permanente et se soucie finalement peu de son entourage. Elle accepte avec naturel le sacrifice de sa sœur et de l'homme qui l'aime. Il est question ici d'amour courtois, de chasteté, de désir bridé, de jeux sensuels, de caresses interrompues par le sens de l'honneur. Bien sûr, cette histoire d'amour finira, mais les sentiments de l'homme ne s'éteindront jamais. Longtemps encore après la rupture, il rôdera près de chez O-Yû, à chaque pleine lune du huitième mois, pour revoir encore une fois sa cruelle bien-aimée...
    Une nouvelle poétique, onirique et langoureuse inspirée d'un conte populaire et servie par la plume sensuelle et délicate d'un auteur qui excelle à décrire un Japon idéal, fantasmé et révolu.

  • Couverture du livre « Louange de l'ombre » de Junichiro Tanizaki aux éditions Picquier

    carole laulhere sur Louange de l'ombre de Junichiro Tanizaki

    Louange de l’ombre, ou l’éloge de l’esthétique et du beau. L’ombre qui justement met en lumière les objets et les personnes. Tanizaki Jun’ichirô nous livre à travers la place de l’ombre et de la lumière de très belles descriptions sur l’art, l’architecture, les traditions japonaises, mais aussi...
    Voir plus

    Louange de l’ombre, ou l’éloge de l’esthétique et du beau. L’ombre qui justement met en lumière les objets et les personnes. Tanizaki Jun’ichirô nous livre à travers la place de l’ombre et de la lumière de très belles descriptions sur l’art, l’architecture, les traditions japonaises, mais aussi l’intérieur et l’habillement, la place de l’ombre régissant largement la vie des japonais. Un livre très poétique et délicat, écrit en 1933, qui nous fait réfléchir sur notre vision de la mise en valeur des objets et des hommes, sur la différence d’approche entre l’occident et l’orient à l’égard du beau. La lumière a certes depuis lors fait une vraie irruption dans les villes japonaises mais tout comme chez nous cette intrusion, n’est-elle pas parfois une agression?!
    https://accrochelivres.wordpress.com/2017/03/26/louange-de-lombre-tanizaki-junichiro/

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !