Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Julien Carreyn

Julien Carreyn

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Trois crimes » de Amelie Lucas-Gary et Julien Carreyn aux éditions Vanloo

    Evlyne Léraut sur Trois crimes de Amelie Lucas-Gary - Julien Carreyn

    Trois crimes, trois textes qui se touchent du bout des doigts subrepticement. Rare chance éditoriale pour nous lecteurs assoiffés de renom, d’originalité et de courage éditorial. S’éloigner des sentiers battus, lire « Trois crimes » c’est s’émanciper et faire acte de reconnaissance littéraire....
    Voir plus

    Trois crimes, trois textes qui se touchent du bout des doigts subrepticement. Rare chance éditoriale pour nous lecteurs assoiffés de renom, d’originalité et de courage éditorial. S’éloigner des sentiers battus, lire « Trois crimes » c’est s’émanciper et faire acte de reconnaissance littéraire. Ici, vous avez tout. Un artiste photographe : Julien Carreyn, une auteure certifiée : Amélie Lucas-Garry. Un livre à ciel ouvert « Trois crimes ». Ne doutez pas. Le texte est l’intrinsèque littéraire, réaliste, olympien, la gravité pudique et les faits. Des photographies où le regard glisse vers le fond de l’image comme une invitation messagère. La gestuelle féminine qui explose, action une. Les crimes sont des séquences, arrêt sur image.
    « L’une s’assoit sur un strapontin face au mur
    C’est sombre et velours
    L’autre restée debout derrière
    Regarde la nuque de la première
    En pensant à un bouquet
    Des anémones
    On est en hiver. »
    L’impression fulgurante d’être en plongée dans un film au ralenti. Tueuse, tuée, les cheveux emmêlés, on ne sait où s’arrime la mort. Les femmes semblent floutées par nos interdits, notre sidération. Les marqueurs des contre-plongées, photographies écartelées par l’apothéose textuelle. L’écriture si aérienne foudroie les passants qui regardent le profond d’une trame résurgence. « Trois crimes » est une visite en abîme dans une juxtaposition. Passage d’une photo à une autre, on ressent les mouvements en constante alerte prêts à affronter les conséquences. « Trois crimes »,
    « Les deux femmes se regardent à nouveau
    Aucun homme pas d’argent
    Ni l’envie ni la jalousie
    C’est grec
    Balte
    Peut-être celte. »
    Manichéenne, sublime si sublime comme dirait Duras, clair-obscur, l’écriture devient séquence. Les femmes siamoises, tuer l’autre, elle ou moi, moi et elle. Confondues dans des scènes perfectionnistes, retour en arrière, « Trois crimes » exécute une lecture sans finitude. Ici c’est à l’instar :
    « Méduse lasse
    Ailleurs en rêve
    Elle sait bien où va l’histoire
    Elle ne proteste pas.
    « Elles disparaissent de l’écran. »
    « Trois crimes » est un corpus intense, brillant. Relisez cet écrin plusieurs fois, c’est comme une litanie, la vie, avant la crainte de l’irrévocable. Il est mouvement infini. La mort n’est pas. Ce texte est immanence. Publié par les majeures Éditions Van-Loo.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !