Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Julie Wolkenstein

Julie Wolkenstein
Julie Wolkenstein est née en 1968. Elle enseigne la littérature comparée à l'université de Caen. Dernier roman paru : Les Vacances (2017, Prix des Deux Magots). Elle est aussi l'auteure de deux traductions chez P.O.L : Gatsby de Francis Scott Fitzgerald, et Ethan Frome d'Edith Warthon.

Avis sur cet auteur (17)

  • add_box
    Couverture du livre « Et toujours en été » de Julie Wolkenstein aux éditions P.o.l

    Henri-Charles Dahlem sur Et toujours en été de Julie Wolkenstein

    Avec «Et toujours en été», Julie Wolkenstein nous entraine sur un air de Nino Ferrer dans un «escape game». Une façon très originale d’explorer la maison de vacances pièce par pièce et de raconter plus de quarante années de souvenirs.

    Pour commencer, émettons deux hypothèses. La première,...
    Voir plus

    Avec «Et toujours en été», Julie Wolkenstein nous entraine sur un air de Nino Ferrer dans un «escape game». Une façon très originale d’explorer la maison de vacances pièce par pièce et de raconter plus de quarante années de souvenirs.

    Pour commencer, émettons deux hypothèses. La première, que vous ayez profité du confinement pour écrire ou mettre un peu d’ordre dans vos affaires. La seconde que vous préparez des vacances en France, peut-être dans un endroit que vous avez connaissez déjà et que vous avez envie de revoir, éventuellement même dans une maison de vacances. Deux hypothèses qui, si elles s’avèrent justes, devraient être deux raisons supplémentaires de vous plonger dans ce délicieux roman dont le titre à lui seul vous indique que sa lecture sera idéale dans les prochaines semaines.
    Julie Wolkenstein nous en donne la clé à la page 159: «ouvrir successivement les pièces de ma maison, franchir un à un ses seuils et libérer chaque fois un pan de sa mémoire, relier ces fragments d’histoire entre eux, pour moi, c’est un escape game. Sans doute parce que j’écris ce livre pour me sortir d’une autre sorte de cage, de prison où m’enfermait la crainte de ne plus aimer écrire, ni cette maison.»
    Car si cette belle réponse à la question que posait Lamartine, «Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s'attache à notre âme et la force d'aimer?» est une manière ludique de plonger dans des décennies de souvenirs, elle est aussi une sorte de thérapie pour la romancière qui a perdu en quelques années son père, l’écrivain Bertrand Poirot-Delpech, son frère et son éditeur. Et si leurs fantômes hantent ces pages, ils ne gâchent en rien le plaisir que l’on prend à cette exploration. Les amateurs d’énigmes sont même ravis de voir combien la généalogie compliquée ajoute une dose de mystère au récit. Plusieurs femmes et plusieurs descendances, des divorces et des héritages vont apporter leur lot de mobilier – forcément dépareillé – dans la maison acquise en 1972.
    Julie a alors quatre ans et se souvient de l’escalier qu’elle a gravi dans les bras de sa mère, premier indice topographique permettant de confirmer la présence d’un étage et de situer les chambres à coucher. Tout au long du roman, c’est ainsi que le lecteur va progresser, découvrant ici les cirés accrochés au porte-manteau, là un coffre au trésor, ici les boîtes de jeux de société, là les objets de décoration accumulés au fil des ans ainsi que les livres. Le piano, le baby-foot ou encore la table de ping-pong ne viendront que plus tard… L’histoire se déroule au gré des découvertes, sans pour autant être chronologique, comme nous l’explique la narratrice: «Si c’est la première fois que vous jouez à un escape game, vous méritez que je vous aide un peu. Chaque fois que vous activez une fonction, au fil de votre progression, vous pouvez avoir provoqué un événement ailleurs, dans l’espace ou dans le temps, et il faut vous en assurer systématiquement.»
    L’originalité du roman, on l’aura compris, tient à cette manière d’accumuler les anecdotes, qu’il s’agisse de petites histoires qui font une vie ou d’épisodes plus marquants comme les travaux de 2002. La mérule, un champignon qui a provoqué de gros dégâts va entrainer de grandes modifications dans l’agencement de la villa et la décoration, effaçant en quelques semaines des décennies de souvenirs. Et peut-être l’envie de les consigner pour ne pas les oublier. À moins que l’envie d’écrire ne soit consécutive à la lecture de Portrait de femme de Henry James.
    Au fil des séjours et des années, le décor va évoluer, les habitants aussi. L’histoire va gagner en densité, la focale va se faire plus précise, souvent accompagnée d’une bande-son. Et s’il nous arrive quelquefois de perdre un peu le fil, peu importe. C’est un bien joli parfum de nostalgie qui flotte sur ces journées estivales.
    https://urlz.fr/dvyT

  • add_box
    Couverture du livre « Et toujours en été » de Julie Wolkenstein aux éditions P.o.l

    Nicole Grundlinger sur Et toujours en été de Julie Wolkenstein

    "Un escape game, c'est comme la vie. Surtout lorsque cette vie (la mienne) est d'abord un lieu, une maison aux multiples pièces, toutes encombrées de souvenirs et peuplées de fantômes. Dans chacune de ces pièces, les traces vous racontent une histoire, les objets vous soumettent des énigmes, les...
    Voir plus

    "Un escape game, c'est comme la vie. Surtout lorsque cette vie (la mienne) est d'abord un lieu, une maison aux multiples pièces, toutes encombrées de souvenirs et peuplées de fantômes. Dans chacune de ces pièces, les traces vous racontent une histoire, les objets vous soumettent des énigmes, les morts vous confient des missions".

    Je pensais m'engager dans l'un de ces parcours ludiques auxquels m'avait habituée Julie Wolkenstein depuis Adèle et moi et Les vacances, un a priori encouragé par l'évocation de l'escape game qui sert de cadre à l'intrigue et dont les règles sont remises en mémoire du lecteur dans les premières pages. Je me réjouissais déjà à la perspective de retrouver ce décor familier, Saint-Pair, la maison de famille (que j'ai cherché à situer lors d'une balade il y a quelques années mais sans avoir emporté le livre donc pas certaine d'avoir suffisamment d'indices en mémoire pour la trouver) et de me laisser prendre au jeu. Je ne m'attendais pas à tant d'émotion, pourtant prévisible à la lecture de l'extrait que je viens de citer.

    Car cet artifice intelligent n'est qu'un moyen pour l'auteure de revisiter ce lieu, en bravant les repères temporels pour mieux le faire revivre à travers les âges et par-là même, redonner vie à ceux qui ont disparu. Son père. Son grand demi-frère. On la suit donc, comprenant vite que nous ne trouverons pas ici l’excitation ressentie lors d'un véritable escape game, à chercher les indices qui nous aideront à résoudre les énigmes et sortir le plus vite possible. C'est l'émotion qui prend le dessus au fil de l'évocation des scènes, des allers-retours dans le temps, des sons qui résonnent dans la maison de vacances, du fouillis qui révèle l'intimité, les amis, les grandes tablées et les soirées d'été qui s'étirent. Chaque pièce, chaque objet, le choix d'un papier peint, le contenu d'une armoire, un magazine oublié, chaque bibelot est l'élément d'un tout, l'histoire d'une famille au sens large, construite autour du célèbre père. Non, on ne cherche pas à en sortir, bien au contraire, attentif à ce que murmure chaque détail. Décrit par l'auteure avec une précision tendre et pudique, voilée de mélancolie.

    J'ai compris pourquoi Olivia de Lamberterie a été aussi touchée par ce livre - hormis le clin d’œil au magazine ELLE -, elle qui a récemment pris la plume pour parler de son frère mort avec une tout aussi élégante pudeur. J'ai parfois ressenti des émotions semblables à celles éprouvées lors de ma lecture de La cache de Christophe Boltanski, autre exploration d'un lieu de vie familial chargé de souvenirs parfois dramatiques. Peut-être parce que les lieux et les objets sont si prompts à raviver l'étincelle du souvenir imprégné par les sens. Des images arrivent, des sons, des odeurs. Il n'est pas facile de vivre avec des fantômes et les douleurs qu'ils infusent.

    Beaucoup d'émotion et l'espoir que pour Julie Wolkenstein, l'objectif qu'elle évoque - "j'écris ce livre pour me sortir d'une autre sorte de cage, de prison où m'enfermait la crainte de ne plus aimer écrire, ni cette maison" - est atteint. J'ai tellement hâte de la lire de nouveau.

    (chronique publiée sur mon blog : motspourmots.fr)

  • add_box
    Couverture du livre « Et toujours en été » de Julie Wolkenstein aux éditions P.o.l

    Cécile sur Et toujours en été de Julie Wolkenstein

    Si j'avais lu ce roman plus tôt, il aurait aisément pu rentrer dans la catégorie « le livre le plus original » du Calendrier de l'Avent littéraire.

    Julie Wolkenstein, inspirée par un escape game en ligne, revisite son passé et particulièrement les moments vécus dans sa maison de vacances,...
    Voir plus

    Si j'avais lu ce roman plus tôt, il aurait aisément pu rentrer dans la catégorie « le livre le plus original » du Calendrier de l'Avent littéraire.

    Julie Wolkenstein, inspirée par un escape game en ligne, revisite son passé et particulièrement les moments vécus dans sa maison de vacances, dans la Manche, sous forme d'un escape game. le lecteur peut ainsi naviguer dans la maison, dans les souvenirs de l'auteure, gagner des objets qui permettront de débloquer l'accès à d'autres portes, d'autres réminiscences...

    Cette promenade inhabituelle a de quoi désarçonner mais j'ai adhéré assez rapidement au point de vue original, malgré les descriptions minutieuses de pièces, de décoration ; je me suis baladée avec délice dans ce roman nostalgique, empreint de tristesse mélancolique, mais également d'optimisme tendre.

    La maison est un moyen pour Julie Wolkenstein de remonter le temps, de ressusciter ses morts. Au-delà des meubles, des objets, du bric-à-brac, chaque pièce est habitée par des fantômes, et l'on éprouve un bonheur infini à les voir resurgir, occupés à leurs passe-temps habituels, comme si rien n'avait changé, comme si le temps, la maladie, le malheur n'avaient jamais existé.

    Ce roman est empreint d'une mélancolie, d'une poésie qui n'appartient qu'aux maisons anciennes, riches de secrets, de souvenirs, d'histoires, de cris d'enfants, de rires d'adultes…

  • add_box
    Couverture du livre « Et toujours en été » de Julie Wolkenstein aux éditions P.o.l

    Marie-Laure VANIER sur Et toujours en été de Julie Wolkenstein

    Ça vous tenterait, vous, une petite partie « d'escape game » ? Quoi ? Vous ne connaissez pas ? C'est que vous n'avez pas encore lu le dernier roman de Julie Wolkenstein… En effet, au cours d'un séjour dans la fameuse maison de famille de St-Pair-sur-Mer dont l'autrice parle dans à peu près tous...
    Voir plus

    Ça vous tenterait, vous, une petite partie « d'escape game » ? Quoi ? Vous ne connaissez pas ? C'est que vous n'avez pas encore lu le dernier roman de Julie Wolkenstein… En effet, au cours d'un séjour dans la fameuse maison de famille de St-Pair-sur-Mer dont l'autrice parle dans à peu près tous ses romans, elle apprend auprès d'un petit Jules féru de jeux vidéo les secrets de l' « escape game ». Bon, de quoi s'agit-il ? Eh bien, vous pénétrez dans une maison (virtuelle, hein, on est bien d'accord ?), vous découvrez une pièce (l'entrée par exemple), et il va s'agir pour vous de l'explorer dans les moindres détails afin de trouver un indice (« une clef ») qui va vous permettre d'accéder à une nouvelle pièce : ce peut être un miroir, une paire de chaussures, un chapeau, un tableau… L'intérêt du jeu ? Passer de pièce en pièce afin de découvrir un univers inconnu rendu fascinant par un graphisme particulièrement travaillé.
    Et puis, avouez qu'une petite balade dans un lieu privé où l'on n'est pas censé traîner ses guêtres, c'est franchement délicieux, n'est-ce pas ?
    Tel est donc le prétexte dont se sert Julie Wolkenstein pour nous parler de cette maison de la Manche qu'elle aime tant et où tous les membres de sa famille se retrouvent, l'été souvent, car il faut bien le dire, les grandes maisons normandes de bord de mer, difficiles à chauffer et très humides, invitent au repos surtout l'été…
    Explorer cette maison, c'est aussi (et surtout) parler des gens qui y ont vécu et qui ne sont plus : père, frère… Les pièces gardent encore les marques de leur présence : ici un bureau, là un fauteuil, un livre, un vêtement, une paire de jumelles… Si les gens disparaissent, eh bien, ( et d'une façon qui m'a toujours surprise, mais c'est comme ça) les objets restent. Ils sont les témoins dérisoires du passage sur terre de ceux que l'on a tant aimés… (J'ai conservé de ma grand-mère adorée une paire de boucles d'oreilles bleu clair à clip – les a-t-elle portées, je ne la revois pas avec ?, des couverts à salade en plastique jaune et une horrible boîte à bijoux en porcelaine dans laquelle ma fille range ses élastiques de couleur.) Aurait-elle pu (ma grand-mère) imaginer que ces trois pauvres objets lui survivraient et qu'ils seraient les seules traces solides de sa vie ? Et si elle l'avait su, peut-être en aurait-elle choisi d'autres, des « mieux », des plus beaux ? Bref, revenons au roman, même si nous ne l'avons pas quitté dans le fond : en effet, nous explorons pièce par pièce, à travers les meubles, les objets, la décoration, ce que fut (ce qu'est) cette famille… On entre dans son intimité, on suit les réflexions de l'auteure (non, décidément, j'ai un mal fou avec « autrice ») sur la vie, le temps qui passe, les époques, les gens… Alors quand, comme moi, on est fan absolue de Julie Wolkenstein (oui oui, je sais, même âge - donc mêmes références musicales -, mêmes études, même boulot, mêmes lieux de vie… ça aide!), eh bien, c'est tout simple, on se régale… Évidemment, je ne suis pas très objective dans mon propos et je comprendrais très bien que certains trouvent le procédé de l' «escape game » un brin artificiel et donc ennuyeux… Oui oui, je veux bien l'entendre, mais j'ai trouvé l'idée tout de même assez ingénieuse et rigolote.
    Voilà… Il me reste, quand les beaux jours viendront, à prendre ma très vieille voiture et à franchir les 89 km qui me séparent de St-Pair pour tenter de repérer (j'ai noté des indices, hé, hé) la vieille bâtisse. Il ne me ( « il ne nous »… car j'ai comme le sentiment que d'autres groupies se joindront à moi!) restera plus qu'à nous asseoir face à la mer, déballer les rondelles d'andouille de Vire, déboucher le poiré de chez moi et contempler, au loin, la vue sur Granville et les îles Chausey…
    Bella vista...

    LIRE AU LIT le blog