Julie Esteve

Julie Esteve
Julie Estève est née en 1979 à Paris. Après des études de droit et d'histoire de l'art, elle collabore avec de nombreux magazines et participe à plusieurs catalogues d'exposition. Moro-sphinx est son premier roman.

Avis (31)

  • Couverture du livre « Simple » de Julie Esteve aux éditions Stock

    marie heckmann sur Simple de Julie Esteve

    Antoine est le Fou, le benêt du village, aimé, détesté, moqué. Il habite dans un village perché dans les montagnes corses, et pour certains_es,, il est lui même perché !! En effet, son amie et confidente est 1 chaise ébréchée en plastique.
    Il évoque son lien ambigu avec Florence Biancarelli,...
    Voir plus

    Antoine est le Fou, le benêt du village, aimé, détesté, moqué. Il habite dans un village perché dans les montagnes corses, et pour certains_es,, il est lui même perché !! En effet, son amie et confidente est 1 chaise ébréchée en plastique.
    Il évoque son lien ambigu avec Florence Biancarelli, une gamine de seize ans retrouvée morte au milieu des pins et des années 80. et ses relations avec certains habitants. La question qui se pose est de savoir qui est le meurtrier de cette femme?????
    Le ton est donné dès le début. L'auteur s'est mise à la hauteur d'Antoine en terme de langage: il est simple, direct, cru comme la pensée de cet héros.
    Malheureusement, je n'ai pas réussi à entrer dans le monde d'Antoine car l'écriture m'a décontenancée...

  • Couverture du livre « Simple » de Julie Esteve aux éditions Stock

    Magali BERTRAND sur Simple de Julie Esteve

    Un type qui parle à une chaise, on aura tout vu…Bien la preuve qu’il est cintré, Antoine Orsini, gaga, barré, baoul, quoi…et peut-être pire, non ?Tous les doutes sont permis, toutes les questions sont ouvertes quand c’est un simple d’esprit qui raconte sa propre histoire, un peu en désordre, un...
    Voir plus

    Un type qui parle à une chaise, on aura tout vu…Bien la preuve qu’il est cintré, Antoine Orsini, gaga, barré, baoul, quoi…et peut-être pire, non ?Tous les doutes sont permis, toutes les questions sont ouvertes quand c’est un simple d’esprit qui raconte sa propre histoire, un peu en désordre, un peu en bazar, un peu comme ça lui vient, à la va comme j’te pousse.
    Sous la plume de Julie Estève, extrêmement finaude, elle, pour le coup, on se laisse porter par cette voix rapidement familière et touchante, on se laisse mener, par la main ou par le bout du nez, dans la vie d’Anto, de Florence, de la Murène et de l’Extra-terrestre, on joue les voyeurs dans cette vie de village, dans cette Corse profonde où on ne rigole pas avec l’honneur , où les réputations se lavent dans le sang, où le silence n’est pas d’or mais de plomb.
    Les chemins de la pensée d’Antoine sont escarpés et sinueux, ils nous offrent une balade magnifique dans un paysage humain varié, subtile et changeant selon les points de vue que propose la progression dans le récit. La langue, elle, est à l’image de ce baoul qui se raconte, simple, imagée, ensoleillée. Simple, comme ne le seront jamais les liens et relations qui gèrent cette microsociété de derrière les rideaux, où tout se sait sauf l’essentiel, où tout se tait sauf la rumeur, où l’on prête à autrui toute la noirceur dont on se sait capable.
    C’est avec constance et avec une force mêlée de grâce que Julie Estève trace le sillon de son personnage et de son récit, feignant de les laisser se perdre dans des situations complexes voire sordides, là où il n’y a, finalement, qu’une histoire simple.

  • Couverture du livre « Simple » de Julie Esteve aux éditions Stock

    stephanie tranchant sur Simple de Julie Esteve

    Simple est un récit brut de décoffrage dont la narration se confond avec le personnage sans filtre et plein de candeur. Julie Estève nous place au plus près de ses émotions, de ses rires, de ses sentiments. Comme lui, elle nous offre la capacité à neutraliser (parfois) la forme de violence dont...
    Voir plus

    Simple est un récit brut de décoffrage dont la narration se confond avec le personnage sans filtre et plein de candeur. Julie Estève nous place au plus près de ses émotions, de ses rires, de ses sentiments. Comme lui, elle nous offre la capacité à neutraliser (parfois) la forme de violence dont il est victime, par ses éclats de rires, ses petites manies et ses drôlerie (c’est aussi un personnage un peu farceur). Mais ne soyons pas dupe, on comprend qu’il a fait l’objet de persécution et a été désigné coupable et on s’en émeut forcément, on s’énerve même. Parce qu’Antoine est un bon gars, un peu maladroit mais plein de sensibilité.



    Excellente lecture, Simple possède la belle qualité de nous parler et de célébrer de différence à travers un héros inoubliable, attachant et d’une grande beauté intérieure. Oui, Antoine est un simplet mais certainement le plus innocent de tous.

    La langue au tempo rapide, pleine d’accidents narratifs et de contresens, offre une lecture étourdissante. Difficile à quitter, on est pris entre le désir de savoir la vérité et irrésistiblement attiré par le récit de ce narrateur qu’on ne peut qu’apprécier.

    Et lorsque la fin arrive, c’est évidement sous le coup de l’émotion qu’on referme ce bouquin, avec à l’esprit qu’on n’est pas près d’oublier cette affaire (loin d’être simple) et surtout Antoine, un simplet bouleversant par sa candeur et sa lucidité........................................

    https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/julie-esteve-simple?token=4e03c2f5e4c4c4bd4a052d9c061fd8e3

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com