Jules Barbey D'Aurevilly

Jules Barbey D'Aurevilly

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (1)

  • Couverture du livre « Les diaboliques » de Jules Barbey D'Aurevilly aux éditions Lgf

    Thierry COUSTEIX sur Les diaboliques de Jules Barbey D'Aurevilly

    J’avoue, cher lecteur, j’ai un gros, gros faible pour Barbey d’Aurevilly (1808-1889) et régulièrement, je me relis une nouvelle ou un roman (ah, la magnifique «Histoire sans nom») de cet auteur trop déclassé.

    Dans «Les Diaboliques», six nouvelles sulfureuses, publiées en 1874 et vite retirées...
    Voir plus

    J’avoue, cher lecteur, j’ai un gros, gros faible pour Barbey d’Aurevilly (1808-1889) et régulièrement, je me relis une nouvelle ou un roman (ah, la magnifique «Histoire sans nom») de cet auteur trop déclassé.

    Dans «Les Diaboliques», six nouvelles sulfureuses, publiées en 1874 et vite retirées de la vente, Barbey d’Aurevilly nous dépeint, avec son style, six histoires étonnantes.
    «Le rideau cramoisi» voit une femme mourir pendant l’orgasme.
    «Le plus bel amour de Don Juan» raconte une adolescente qui fantasme sur l’amant de sa mère.
    Dans le «Bonheur dans le crime», Hauteclaire Stassin empoisonne sa rivale.
    «Le dessous de cartes d’une partie de whist» nous montre un homme qui séduit la mère et…la fille.
    Et puis l’atroce «Dîner d’athées» et la débauchée «Vengeance d’une femme» concluent le tout, de toute beauté.

    Ici, c’est l’enfer vu par un soupirail de province.
    Oui, «un romancier n’est pas un préfet de police d’idées», oui aux «ivresses de la passion…sans laquelle il n’y aurait ni art, ni littérature, ni vie morale.», oui, «les passions font moins de mal que l’ennui.», écrivait Barbey d’Aurevilly.

    Certes, Barbey d’Aurevilly peut être taxé de misogynie. Certes !
    Certes, ce Barbey d’Aurevilly est un rétrograde, royaliste et catholique.

    Certes !
    Certes, son style est outrancier, voire précieux, gavé d’adjectifs et d’épithètes, débordant de métaphores et d’oxymores. Certes !

    Mais c’est si excitant et j’aime ça !

    «Cambrée à outrance, comme elle l’était, pour accrocher son chapeau à cette patère placée très haut, elle déployait la taille superbe d’une danseuse qui se renverse, et cette taille était prise (c’est le mot, tant elle était lacée !) dans le corselet luisant d’un splencer de soie verte à franges qui retombaient sur sa robe blanche, une de ces robes du temps d’alors, qui serraient aux hanches et qui n’avaient pas peur de les montrer, quand on en avait.»

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com