Joyce Carol Oates

Joyce Carol Oates
Joyce Carol Oates est née en 1938 à l'ouest du lac Erié. Son enfance est placée sous l'étoile de la solitude : un père travailleur, souvent absent et une soeur autiste l'incitent à grandir vite. Elle déménage pour Détroit dans les années 1960, où elle découvre la réalité de la violence à travers ... Voir plus
Joyce Carol Oates est née en 1938 à l'ouest du lac Erié. Son enfance est placée sous l'étoile de la solitude : un père travailleur, souvent absent et une soeur autiste l'incitent à grandir vite. Elle déménage pour Détroit dans les années 1960, où elle découvre la réalité de la violence à travers les conflits sociaux et raciaux. Devenue professeur de littérature à l'université de Princeton, elle poursuit la plus prolifique des carrières littéraires (une trentaine de romans mais aussi des essais, des nouvelles, des pièces de théâtre, de la poésie). Oates a aussi écrit plusieurs romans policiers sous le pseudonyme de Rosamond Smith ainsi que sous le nom de Lauren Kelly. Trois de ses romans ont été sélectionnés comme finalistes au prix Pulitzer. En 1970, elle a reçu le prix du National Book pour son roman Eux. En 1992, son livre Reflets en eaux troubles est à son tour sélectionné pour le prix Pulitzer, et Les chutes, publié en 2005, a récompensé le prix Femina. Elle est membre de l’Académie Américaine et de l’institut des Arts et Lettres.Elle est mariée, continue d'enseigner à Princeton où elle vit avec son époux qui dirige une revue littéraire, la Ontario Review.

Articles (8)

  • Maudits de Joyce Carol Oates
    Maudits de Joyce Carol Oates

    La prolifique et talentueuse Joyce Carol Oates nous replonge dans un univers gothique pour dépeindre l'Amérique, genre auquel elle nous a déjà habitués avec sa trilogie réunissant Bellefleur (1981), La Légende de Bloodsmoor 1985 ) et Les Mystères de Winterthurn (1987).

  • Mudwoman de Joyce Carol Oates
    Mudwoman de Joyce Carol Oates

    Membre de l'Académie américaine des Arts et Lettres, professeure de littérature à Princeton, Joyce Carol Oates, est une auteure emblématique de la littérature contemporaine et réitère une narration puissante dans ce roman, Mudwoman, où l'héroïne principale, Meredith (M.R.) Neukirchen est en proie aux souvenirs douloureux de son enfance.

  • Des livres attendus pour la rentrée littéraire
    Des livres attendus pour la rentrée littéraire

    Comme toute rentrée littéraire de septembre, pointent quelques titres qui d'emblée laissent supposer le succès à venir. Parmi eux, des auteurs incontournables qui semblent une fois de plus très inspirés, des auteurs qui confirment leurs talents. Une rentrée foisonnante où les personnages historiques ont encore breaucoup de choses à révéler, des enchevêtrements familiaux aux sources inattendues, de quoi surprendre et satisfaire la curiosité des lecteurs !  

  • Les explorateurs de la rentrée littéraire 2013 rendent leur verdict !
    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict !

    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict ! Parmi les romans sélectionnés, retrouvez leur critique dans la liste ci-dessous, en cliquant tout simplement sur le titre du livre. Nous vous présenterons très prochainement le palmarès de ces romans passionnants !

Voir tous les articles

Avis (98)

  • Couverture du livre « Les chutes » de Joyce Carol Oates aux éditions Points

    Mumu Dans le Bocage sur Les chutes de Joyce Carol Oates

    J'ai découvert l'univers de Joyce Carol Oates avec Confessions d'un Gang de Filles que j'avais abandonné car je m'ennuyais et Je vous emmène que j'avais lu dans sa totalité mais  qui ne m'avait pas passionnée.

    Mais je n'avais pas définitivement fermé la porte à cette auteure dont j'entendais...
    Voir plus

    J'ai découvert l'univers de Joyce Carol Oates avec Confessions d'un Gang de Filles que j'avais abandonné car je m'ennuyais et Je vous emmène que j'avais lu dans sa totalité mais  qui ne m'avait pas passionnée.

    Mais je n'avais pas définitivement fermé la porte à cette auteure dont j'entendais parler très régulièrement, qui m'intriguait et je crois aux signes en matière de littérature.

    Jamais deux sans trois ..... Est-ce que cette fois-ci j'allais enfin apprécier cette écriture, me laisser emmener dans son univers ? Car en fin de compte c'est bien de cela qu'il s'agit.... Et bien oui : quel livre, quel roman, qui ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire auparavant : une maîtrise totale, une construction originale, elle est la seule maître du récit.

    En refermant ce gros pavé j'ai compris qu'il fallait entrer dans l'histoire sans trop se poser de questions. Ce roman n'est pas un long fleuve tranquille mais un fleuve aux remous multiples et l'auteure sait nous appâter : un homme qui se suicide au matin de sa nuit de noces en se jetant dans les chutes du Niagara..... Pas mal ! On pense partir pour une histoire d'amour qui se termine mal ou alors une enquête, ou.......

    On ne peut qu'être interpellé, intrigué, curieux de découvrir le pourquoi du comment. Oui elle plante le décor de façon tranquille même si les événements se succèdent très vite puis prennent un rythme de croisière. Elle nous endort, elle prend des chemins parallèles pour nous emmener là où elle veut nous conduire. Car Joyce Carol Oates, elle sait elle où elle veut nous mener et brutalement l'histoire prend un autre tour. J'aime !

    Un couple étrange qui s'est uni sans amour, parce qu'il le fallait, comme on s'accroche à une bouée pendant un naufrage mais qui n'empêchera pas celui-ci d'arriver. Puis, étrangement un autre personnage entre en scène, un avocat Dirk Burnaby, beau, riche, aux conquêtes multiples, qui s'est trouvé amené à épauler cette jeune mariée/veuve, Ariah, dans ce drame et va en tomber amoureux sans arriver à se l'expliquer.

    Je commence à me dire : encore une fois, cette auteure n'est pas faite pour moi : histoire improbable, irréelle mais passées les 200 premières pages , l'auteure évoque une affaire : la Love Canal pour laquelle Dirk va prendre fait et cause et qui va bouleverser sa vie et celle de son entourage.

    Inspirée d'une véritable affaire, la Love Canal (le nom est assimilé à un quartier de Niagara Falls) Joyce Carol Oates aborde le scandale des contaminations par des déchets de toutes sortes (industriels, chimiques, nucléaires, etc) dans les sous-sols de quartiers ouvriers, avec les conséquences que l'on peut imaginer, par des sociétés puissantes et contre lesquelles Dirk va se battre. Tiens tiens cela me parle et m'intéresse. 

    Et là le récit prend une orientation totalement différente, même si on garde en fond l'histoire de cette famille. On entre dans un récit qui mêle histoire familiale et enquête mais que l'auteure prolonge bien au-delà. En effet, elle aborde les liens familiaux sous un angle particulier, les désirs, le plaisir mais aussi : la pollution, l'environnement, les pouvoirs divers et variés, les destins de chacun, les routes que l'on prend, que l'on quitte etc.

    Il faut accepter de se laisser prendre par la narration des différents personnages et toutes les ramifications car c'est finalement un plaidoyer sur les ravages de l'industrialisation à tout va, des magouilles de ces puissantes sociétés (infiltrées dans la police,la justice) mais aussi les conséquences sur une famille dominée par une femme dont le destin va basculer à plusieurs reprises, flirtant avec une sorte de folie, se sentant porteuse d'une malédiction et sur les silences qu'elle entretient auprès de ses enfants.

    S'étirant sur près de 30 ans, ce roman est une large fresque dont le personnage principal reste malgré tout les Chutes du Niagara, élément indomptable, grandiose, insondable, fond sonore de la ville et site à touristes. On ressent toute la violence du lieu, ses mystères (suicides, dame blanche etc...) mais aussi comme il influe sur ceux qui le côtoie.

    Il y a tellement de thèmes dans ce récit qu'il est difficile de dire ce qui est le plus passionnant car finalement tout l'est. J'ai pour ma part, particulièrement aimé la deuxième moitié du roman, celle où les enfants : Royall, Chandler et Juliet vont enquêter sur leur père, Dirk, afin de le connaître et le comprendre mais aussi pour se découvrir eux-mêmes, qui ils sont réellement et d'où ils viennent. Joyce Carol Oates s'attache à la psychologie des différents protagonistes : leur milieu, leur éducation mais aussi leur cheminement à travers parfois des événements traumatisants. Il y a beaucoup d'émotions dans leurs prises de conscience, dans leurs propres basculements.

    J'ai eu à plusieurs reprises le sentiment de regarder un film américain (j'ai beaucoup pensé au combat de Erin Brockovich auprès de familles empoisonnées par l'eau potable) : avec tous les ingrédients : l'amour, le combat personnel,  l'enquête et les personnages chahutés par leur environnement, leur famille, comme on peut être chahuté dans une embarcation lancée sur des rapides et que l'on ne peut maîtriser.

    Je comprends mieux la démarche de l'auteure, sa façon de construire son récit et tout son talent. Je reconnais peut être mon erreur dans mes précédentes lectures de ne pas avoir été jusqu'au bout, d'avoir jugé un peu trop vite mais un(e) auteur(e) peut être aussi inégal(e). Donner une autre chance à un(e) auteur(e), surtout quand celui-ci remporte l'adhésion de nombreux lecteurs. Il n'y a pas de hasard.

    Je vais la découvrir à travers deux autres romans : Fille noire, fille blanche et Nous étions les Mulvaney que j'ai dans ma PAL car son écriture, son style, les thèmes abordés (très actuels), la construction du récit font que vous partez pour une voyage dont elle seule connaît l'issue et ce type de voyage me plaît.

    Je sais maintenant sa manière de procéder :  il faut lui laisser le temps de planter le décor, de nous imprégner du lieu, de donner naissance à ses personnages en sachant qu'elle seule sait où elle veut nous conduire, en espérant trouver les mêmes ingrédients qui rendent le récit passionnant, où l'on apprend également car il est documenté et argumenté.

    "Ce que je fais, Clyde, c'est suivre mon instinct pour une fois. Pas l'odeur de l'argent. Ma conscience." (p381))

  • Couverture du livre « Carthage » de Joyce Carol Oates aux éditions Points

    Anne Marie PHILIPPE sur Carthage de Joyce Carol Oates

    Merveilleux roman où chaque personnage est décrit de façon sublime. Une auteure virtuose pour décrire les sentiments humains, les émotions...L'histoire : Cressida Mayfield disparaît, l'ex fiancé de sa sœur revenu d'Irak complètement perturbé avoue le meurtre mais pas de corps. Chaque membre de...
    Voir plus

    Merveilleux roman où chaque personnage est décrit de façon sublime. Une auteure virtuose pour décrire les sentiments humains, les émotions...L'histoire : Cressida Mayfield disparaît, l'ex fiancé de sa sœur revenu d'Irak complètement perturbé avoue le meurtre mais pas de corps. Chaque membre de la famille se livre, se dénude devant nous, on s'identifie à chacun, leurs sentiments sont si proches des nôtres, si identiques...
    Que dire de plus, lisez le sans hésiter

  • Couverture du livre « Confessions d'un gang de filles ; foxfire » de Joyce Carol Oates aux éditions Lgf

    Mumu Dans le Bocage sur Confessions d'un gang de filles ; foxfire de Joyce Carol Oates

    Je n'aime pas abandonner un livre, je culpabilise, me pose des questions : pourquoi ? Pourquoi je n'accroche pas : l'histoire, l'écriture, le style, parfois la traduction (et là je dois avouer que par moment je ne sais pas si cela vient du style ou de la traduction, mais la lecture était ardue...
    Voir plus

    Je n'aime pas abandonner un livre, je culpabilise, me pose des questions : pourquoi ? Pourquoi je n'accroche pas : l'histoire, l'écriture, le style, parfois la traduction (et là je dois avouer que par moment je ne sais pas si cela vient du style ou de la traduction, mais la lecture était ardue car plusieurs retours en arrière pour comprendre le sens de la phrase etc...) mais j'ai beaucoup de mal à m'intéresser à l'histoire de Legs et de ses comparses. Même si la montée en puissance du gang, ses origines, la fraternité des différents membres oui tout cela est intéressant mais peut être parce que je suis loin de cette génération ou peut être au contraire je constate que j'ai beaucoup de mal actuellement avec tout ce qui traite de violence (films, documentaires, récits, etc....). Je me sens comme à côté du récit et je lis pour lire mais sans participation de ma part, sans envie d'en savoir plus donc à la page 176 je me suis dit que j'avais tellement d'autres livres qui m'attendaient, qui m'attiraient que je l'ai lâché. Peut être un jour le reprendrais-je...... Qui sait cela m'a déjà arrivé et avec la surprise de découvrir le livre passionnant. Le livre est une rencontre, à un moment ou un endroit  de notre vie.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com