Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jonathan Coe

Jonathan Coe
Né en 1961, à Birmingham, en Angleterre, Jonathan Coe a fait ses études à Trinity Collège à Cambridge. Il a écrit des articles pour le Guardian, la London Review of Books, le Times Literary Supplement... Il a reçu 1e prix Femina Étranger en 1995 pour son quatrième roman, Testament à l'anglaise (F... Voir plus
Né en 1961, à Birmingham, en Angleterre, Jonathan Coe a fait ses études à Trinity Collège à Cambridge. Il a écrit des articles pour le Guardian, la London Review of Books, le Times Literary Supplement... Il a reçu 1e prix Femina Étranger en 1995 pour son quatrième roman, Testament à l'anglaise (Folio n° 2992) et le prix Médicis Étranger en 1998 pour La Maison du sommeil (Folio n° 3389). La femme de hasard est son premier roman.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Jonathan Coe (3)

Avis sur cet auteur (91)

  • add_box
    Couverture du livre « Le coeur de l'Angleterre » de Jonathan Coe aux éditions Gallimard

    MrsD sur Le coeur de l'Angleterre de Jonathan Coe

    Le Brexit: on en a beaucoup entendu parler, on n'y comprend pas toujours grand-chose, et ça n'intéresse ni n'émeut réellement pas grand-monde... Après tout, la politique, quel rapport avec nos vies? Voilà en tout cas mon état d'esprit au moment où j'ai ouvert ce livre, m'attendant à passer un...
    Voir plus

    Le Brexit: on en a beaucoup entendu parler, on n'y comprend pas toujours grand-chose, et ça n'intéresse ni n'émeut réellement pas grand-monde... Après tout, la politique, quel rapport avec nos vies? Voilà en tout cas mon état d'esprit au moment où j'ai ouvert ce livre, m'attendant à passer un moment assez ennuyeux sur un thème ne me plaisant guère. Je voulais simplement découvrir Jonathan Coe car on me l'avait recommandé et nous allions le rencontrer à distance dans le cadre d'un projet au lycée où j'enseigne; en me rendant à la bibliothèque, mon oeil a été attiré par la jaquette de ce livre, et me voici donc embarquée dans une lecture sur le Brexit. Je ne pensais pas tant apprécier cet ouvrage! Dès les premières pages du livre, on se retrouve happé dans la vie d'un narrateur qui vient de perdre sa maman et rentre de l'enterrement en compagnie de son père. Très vite, les différents personnages - tous reliés au narrateur de manière plus ou moins proche - vont rentrer en conflit à cause du référendum sur le Brexit, faisant jaillir des pans de leurs personnalités parfois insoupçonnés. La question de l'immigration et de ce qui constitue l'identité nationale va soudain prendre une importance phénoménale dans leurs vies. Jonathan Coe écrit de manière très vivante et mordante, et réussit ici à rendre incroyablement passionnant le thème du Brexit. Cet évènement somme toute assez récent qui pourrait sembler au premier abord n'impacter que très peu voire pas du tout tous ceux qui se trouvent en dehors de la sphère politique devient sujet de tensions, déchirements, réconciliations, au sein des relations familiales et conjugales. De sujet d'articles de presse et de journaux télévisés, on passe du côté humain de la chose, et le politique devient résolument personnel. Un livre à la fois très réaliste et très humain, à découvrir.

  • add_box
    Couverture du livre « Billy Wilder et moi » de Jonathan Coe aux éditions Gallimard

    Matatoune sur Billy Wilder et moi de Jonathan Coe

    Jonathan Coe propose avec Billy Wilder et moi un roman quelque peu nostalgique sur la grandeur déchue d’Hollywwod, à travers la figure bourrue, drôle et tendre à la fois du réalisateur-scénariste tout en racontant la complexité de sa création.
    Du haut de ses 57 ans, Calista Frangopoulos est...
    Voir plus

    Jonathan Coe propose avec Billy Wilder et moi un roman quelque peu nostalgique sur la grandeur déchue d’Hollywwod, à travers la figure bourrue, drôle et tendre à la fois du réalisateur-scénariste tout en racontant la complexité de sa création.
    Du haut de ses 57 ans, Calista Frangopoulos est talentueuse. Elle est une compositrice renommée, même si elle passe, actuellement, une période plutôt silencieuse. Elle a su élever deux filles merveilleuses qui prennent leur envol dans deux directions différentes mais qu’elles choisissent. Du coup, vient le temps des réflexions sur la vie qui passe, qui est passée et les choix qu’il faut opérer pour poursuivre son chemin.
    C’était le même sentiment qu’elle avait senti lorsqu’elle avait fait la connaissance de Billy Wilder, lors de son voyage en Californie lorsqu’elle se faisait appelée Cal du haut de ses tout juste vingt un ans.
    Le réalisateur voyait sa côte de popularité baissée devant la nouvelle génération de « barbus » et après « ce film avec les requins ». Avec son complice scénariste I.A.L. Diamont, le taciturne qui ne sourit jamais, il s’était mis en tête de redevenir le chouchou d’Hollywood avec un nouveau film Fedora dont Jonathan Coe nous raconte la réalisation. Billy Wilder y déconstruit le mythe hollywoodien dans un cinéma d’auteur qui affirme la précision du scénario.
    La suite ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2021/05/28/jonathan-coe/

  • add_box
    Couverture du livre « La maison du sommeil » de Jonathan Coe aux éditions Gallimard

    Passemoilelivre sur La maison du sommeil de Jonathan Coe

    En Angleterre, sur la côte à Ashdow, une bâtisse, résidence universitaire en 1984 devenue clinique de traitement du sommeil en 1996 est le lieu de rencontres de quelques personnages qu’on découvre alternativement ces deux années là. Sarah, la narcoleptique, Grégory,le docteur Dudden, Véronica,...
    Voir plus

    En Angleterre, sur la côte à Ashdow, une bâtisse, résidence universitaire en 1984 devenue clinique de traitement du sommeil en 1996 est le lieu de rencontres de quelques personnages qu’on découvre alternativement ces deux années là. Sarah, la narcoleptique, Grégory,le docteur Dudden, Véronica, Robert et Terry le cinéphile. Leur histoire est une fantaisie romanesque autour de problématiques sociales, médicales et artistiques. Une réflexion bien menée sur les ressorts de l’homosexualité, la passion, l’amour, le droit à la différence et à l’affirmation de soi dans un style maîtrisé qui rend la lecture facile et agréable.

  • add_box
    Couverture du livre « Billy Wilder et moi » de Jonathan Coe aux éditions Gallimard

    Manonlitaussi sur Billy Wilder et moi de Jonathan Coe

    Billy Wilder et moi de Jonathan Coe
    Traduit par Marguerite Capelle

    A 57 ans, Calista est compositrice de musiques de film mais personne ne lui a demandé de morceaux depuis quinze ans. Elle est mariée, mère de deux filles dont l’une est enceinte, sur le point de se faire avorter et l’autre...
    Voir plus

    Billy Wilder et moi de Jonathan Coe
    Traduit par Marguerite Capelle

    A 57 ans, Calista est compositrice de musiques de film mais personne ne lui a demandé de morceaux depuis quinze ans. Elle est mariée, mère de deux filles dont l’une est enceinte, sur le point de se faire avorter et l’autre part en Australie. Après avoir déposé cette dernière à l’aéroport, Calista se souvient de la première fois qu’elle a quitté ses parents pour un pays étranger. Durant ce voyage aux Etats-Unis, elle a fait une rencontre qui a changé sa vie. Au cours d’un dîner, elle rencontre Billy Wilder. Elle ne sait pas alors qu’elle a rencontré un cinéaste légendaire.
    En 1976, le cinéaste a ses plus grands succès derrière lui et ce qu’il propose comme film n’est plus considéré comme au goût du jour. Lorsque Billy Wilder se lance dans un projet avec un tournage en Grèce, il fait appel à Calista pour qu’elle soit interprète, assistante. Elle les suit également en Allemagne puis en France.
    C'est un grand plaisir de retrouver la plume de Jonathan Coe si subtile avec un humour anglais pincé et efficace qu’il déploie à travers des dialogues magnifiques quand il fait parler Billy Wilder et le petit monde qui gravite autour de ce géni, ou quand il donne la parole à Al Pacino.
    Il y a beaucoup de nostalgie, parfois de la mélancolie entre la situation de Calista, démunie face à ses filles, se souvenant de sa propre relation avec sa mère.
    C’est un Billy Wilder parfois agaçant et exigeant professionnellement mais attachant, blessé que nous livre Jonathan Coe en lui donnant la parole et en nous révélant son histoire. Lui qui a fui l’Allemagne durant la montée des nazis, qui y a laissé sa mère dont il essaie de trouver la trace plusieurs années après.
    Les souvenirs, la tristesse, les regrets côtoient habilement les répliques et situations pleines d’humour ainsi que les dialogues piquants.
    Une lecture dévorée. Un réel bonheur d’être guidé par le magnifique style de Jonathan Coe.