Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

John Boyne

John Boyne
John Boyne est né à Dublin en Irlande, en 1971. Après des études de littérature, il suit le cours d'écriture de l'université d'East Anglia, où il enseignera plus tard. Vers l'âge de vingt ans, il commence à écrire des nouvelles, dont certaines paraissent dans la presse, notamment dans le Sunday T... Voir plus
John Boyne est né à Dublin en Irlande, en 1971. Après des études de littérature, il suit le cours d'écriture de l'université d'East Anglia, où il enseignera plus tard. Vers l'âge de vingt ans, il commence à écrire des nouvelles, dont certaines paraissent dans la presse, notamment dans le Sunday Tribune. Le Garçon en pyjama rayé est son quatrième roman et son premier ouvrage destiné à la jeunesse. Cependant, cette fiction poignante a su interpeller les lecteurs de tous âges. Traduit en dix-sept langues et nominé pour plusieurs récompenses littéraires à travers le monde, le livre fait actuellement l'objet d'une adaptation au cinéma.

Avis sur cet auteur (27)

  • add_box
    Couverture du livre « Les fureurs invisibles du coeur » de John Boyne aux éditions Lattes

    La Bibliothèque de Juju sur Les fureurs invisibles du coeur de John Boyne

    « Je me souviens qu'un de mes amis m'a dit un jour que nous haïssons ce qui nous effraie en nous-même. »

    La semaine dernière, je n'étais pas là. Je n'étais pas moi.

    J'étais Cyril Avery, ce petit garçon, puis ce jeune homme, qui se retrouve face à une sombre malédiction, celle de préférer...
    Voir plus

    « Je me souviens qu'un de mes amis m'a dit un jour que nous haïssons ce qui nous effraie en nous-même. »

    La semaine dernière, je n'étais pas là. Je n'étais pas moi.

    J'étais Cyril Avery, ce petit garçon, puis ce jeune homme, qui se retrouve face à une sombre malédiction, celle de préférer les garçons dans une Irlande où « l'homosexualité n'existe pas ».

    A partir de la naissance haute en couleurs de son héros, l'auteur fait, à chaque chapitre, un bond de sept années dans la vie de Cyril Avery pour conter son adolescence, son amitié amoureuse avec le séduisant Julian, sa vie d'adulte, d'exils en retrouvaille, jusqu'à ce dénouement si lumineux, véritablement Beau.

    Roman fleuve, habilement mené, le héros nous devient tout de suite familier et on ne peut le quitter aisément. J'étais avec lui, j'étais lui, et je n'en suis pas encore revenu.

    Un roman épatant, à la fois saga épique et sociétale, conte tragique, délirant et trajectoire intime, il remue profondément à l'intérieur. Chronique sociale, politique et intime d'un pays catholique et conservateur où la différence n'existe tout bonnement pas.

    John Boyne met le doigt là où ça fait mal et j'ai été littéralement happé par sa plume irrévérencieuse et délicieusement ironique. A la fois cynique et d'une tendresse infinie, il dépeint un monde, le notre, pétri d'intolérances. Evidemment sur l'homosexualité, perçue comme une perversité, cette maladie honteuse mais également sur la place des femmes dans cette société machiste et arriérée.

    « Ce que vous savez des femmes pourrait être recopié en grands caractères au dos d'un timbre poste et il resterait encore de la place pour le Notre Père. »

    Ces fureurs invisibles racontent les chemins, les détours insupportables, que l'on prend pour arriver à soi avec une justesse infinie.

    Je crois qu'on mesure la portée d'un livre aux souvenirs que nous laissent ses personnages. Cyril Avery est entré dans ma tête, dans mon cœur, de la plus belle des façons et n'est pas prêt d'en ressortir. Je crois qu'on sait qu'on vient de lire un grand livre lorsqu'on reste quelques minutes un peu étourdi, encore là-bas, une fois la dernière page tournée…

  • add_box
    Couverture du livre « Les fureurs invisibles du coeur » de John Boyne aux éditions Lattes

    MALLORY CHAUVEAU sur Les fureurs invisibles du coeur de John Boyne

    Les fureurs invisibles du cœur de John Boyne ou la vie laborieuse d’un homosexuel irlandais né dans l’après-guerre...
    Quel labeur d’être homosexuel en Irlande, jeune adulte dans les années 60 ... Un stage d’étude de 2 mois m’avait fait connaître cette île magnifique et ses habitants adorables...
    Voir plus

    Les fureurs invisibles du cœur de John Boyne ou la vie laborieuse d’un homosexuel irlandais né dans l’après-guerre...
    Quel labeur d’être homosexuel en Irlande, jeune adulte dans les années 60 ... Un stage d’étude de 2 mois m’avait fait connaître cette île magnifique et ses habitants adorables ... ici l’auteur pointe du doigt la déviance catholique conservatrice . Avec de savoureux moments où la sexualité des prêtres fait l’objet d’humour au vitriol.
    C’est un livre que j’ai lu avec plaisir tellement la vie de Cyril son personnage principal est rocambolesque . Piégé dans des situations sentimentales ubuesques faute d’arriver à assumer qui il est... Les dialogues de certains personnages notamment ses parents adoptifs sont juste désopilants et dignes d’une Cantatrice chauve de Ionesco!
    A l’heure où les progrès pour enrayer le SIDA sont stupéfiants - et oui enfin une bonne nouvelle

  • add_box
    Couverture du livre « L'audacieux monsieur Swift » de John Boyne aux éditions Lattes

    Manonlitaussi sur L'audacieux monsieur Swift de John Boyne

    Ce roman m'attirait pour deux raisons. Premièrement, j'ai eu un coup de cœur pour les fureurs invisibles du cœur du même auteur. Deuxièmement, il a pour personnage principal un écrivain en quête d'inspiration. Le livre a été au delà de mes espérances j'ai adoré ! C'était jubilatoire de...
    Voir plus

    Ce roman m'attirait pour deux raisons. Premièrement, j'ai eu un coup de cœur pour les fureurs invisibles du cœur du même auteur. Deuxièmement, il a pour personnage principal un écrivain en quête d'inspiration. Le livre a été au delà de mes espérances j'ai adoré ! C'était jubilatoire de méchancetés et de manipulations. Et ça ne peut pas être autrement avec un personnage principal écrivain si imbu de lui même aveuglement ambitieux, égoïste, voleur (de la créativité des autres) et complètement imperméable à l'amour.
    Mais cet affreux personnage, j'ai adoré le détester (vraiment un bel enfoiré) et suivre tous les coups bas qui lui ont permis d'écrire des histoire à succès et ce, jusqu'à la dernière ligne du roman. Il a même réussi à m'attrister sur la fin car en fin de compte il l'a connu l'amour, un bref instant.
    Non ce n'est pas là un portrait très attirant pour un personnage principal mais avouez que c'est intriguant et que cela promet un livre passionnant.
    Sa réussite, Maurice la doit à un écrivain célèbre qui lui a confessé un acte horrible dont il a été l'auteur sous l'Allemagne nazi. Puis il a su l'alimenter tel une bête affamée grâce à ses choix concernant son entourage.
    Et oui, une fois le succès atteint, il faut assurer et alimenter la machine fournir des livres au public et la volonté ne suffit pas. Maurice n'est pas inspiré mais il a un autre avantage. Maurice est démuni de morale et possédé par son ambition d'écrivain. Et pour cela peu importe les mensonges, les vols, les agressions. Une belle intrusion dans le milieu littéraire dans la tête d'écrivain notamment à travers les dialogues qui occupent une grande place.
    Un style énergique, sensuel et très percutante, agrémenté de répliques cinglantes. Ce livre vous fait voyager dans le temps mais également dans l'espace : l'Allemagne de l'Ouest, Rome, Londres et New York.

  • add_box
    Couverture du livre « L'audacieux monsieur Swift » de John Boyne aux éditions Lattes

    Christlbouquine sur L'audacieux monsieur Swift de John Boyne

    Maurice Swift est un jeune homme séduisant qui rêve de devenir écrivain. Lorsqu’il rencontre Erich Ackerman, un célèbre romancier, à Berlin, Maurice va se servir de la passion qu’il suscite chez Erich pour lui faire raconter certains détails de sa vie. Un épisode dramatique de la vie du...
    Voir plus

    Maurice Swift est un jeune homme séduisant qui rêve de devenir écrivain. Lorsqu’il rencontre Erich Ackerman, un célèbre romancier, à Berlin, Maurice va se servir de la passion qu’il suscite chez Erich pour lui faire raconter certains détails de sa vie. Un épisode dramatique de la vie du romancier retient toute son attention et Maurice n’hésite pas à l’exploiter pour écrire son premier roman qui rencontre un grand succès. Mais ce roman signe aussi la mise au ban d’Erich.

    Très vite l’inspiration manque au jeune romancier et les romans qui suivent ce premier succès sont médiocres. Alors Maurice n’aura aucun scrupule à piller les histoires des autres, à se les accaparer pour rester un auteur célébré au faîte de la gloire. Jusqu’où Maurice est-il prêt à aller ? Combien de personnes est-il prêt à sacrifier et à piétiner pour rester au sommet ?

    Ce roman est tout simplement brillant. Le récit accroche le lecteur et ne le lâche plus jusqu’au point final.

    Maurice est un splendide vampire littéraire qui se nourrit du talent et des histoires des autres. Il est à la fois inquiétant et irrésistible, manipulateur et maladivement ambitieux, jaloux de la réussite des autres. C’est un personnage antipathique mais fascinant qu’on se plait à suivre dans ce récit qui prend parfois des allures de thriller.

    John Boyne a choisi de donner la parole à Maurice mais aussi à ses victimes et à ceux qui ont croisé sa route. Ceux qui ont démasqué l’usurpateur mais trop tard, ceux qui ont payé cher d’avoir rencontré ce cynique audacieux. L’auteur nous emmène dans les arcanes de la création, à travers ce personnage qui sait si bien jouer de son (ses) charme(s) auprès des hommes comme des femmes pour obtenir ce qu’il veut et aborde les thèmes du plagiat, de l’imposture et de la propriété intellectuelle avec talent.

    Cet audacieux Monsieur Swift n’est d’ailleurs pas sans rappeler un certain Monsieur Ripley par son cynisme, son manque de moral et sa grande intelligence.