Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jo Hoestlandt

Jo Hoestlandt
Jo Hoestlandt est née en 1948 et vit à Rueil-Malmaison. Après des études de Lettres à Paris, elle enseigne la littérature pendant trois ans avant de se consacrer à l'écriture presse et édition. Elle a créé et anime des ateliers de lecture et d'écriture pour les enfants. Elle pense qu'on peut leur... Voir plus
Jo Hoestlandt est née en 1948 et vit à Rueil-Malmaison. Après des études de Lettres à Paris, elle enseigne la littérature pendant trois ans avant de se consacrer à l'écriture presse et édition. Elle a créé et anime des ateliers de lecture et d'écriture pour les enfants. Elle pense qu'on peut leur parler de tout, il suffit juste d'utiliser des mots et des phrases simples. Jo Hoestlandt publie entre autres chez Actes Sud, Syros, Casterman, Bayard, Nathan et Thierry Magnier. Elle a reçu de nombreux prix dont deux fois le Prix Chronos, et le grand prix de Bologne pour son album La grande peur sous les étoiles (Syros). Elle signe ici son premier livre aux éditions Oskar.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Fourmidable » de Jo Hoestlandt aux éditions Thierry Magnier

    S. T sur Fourmidable de Jo Hoestlandt

    Un petit roman tout mignon et plein de poésie qui invite à une réflexion sur la société dans laquelle nous vivons mais aussi les choix que nous faisons sur ce que nous souhaitons vivre, tout ça assorti d'une jolie histoire d'amitié.
    Accessible sans problème à des tout petits en leur lisant au...
    Voir plus

    Un petit roman tout mignon et plein de poésie qui invite à une réflexion sur la société dans laquelle nous vivons mais aussi les choix que nous faisons sur ce que nous souhaitons vivre, tout ça assorti d'une jolie histoire d'amitié.
    Accessible sans problème à des tout petits en leur lisant au 1er degré, à savoir une jolie histoire d'amitié entre une fourmi et un puceron et le fait que ce puceron va faire voir la vie autrement à cette fourmi qui ne fait que travailler sans arrêt, sans regarder ni apprécier le monde qu'elle a autour d'elle.
    Pour des plus grands il peut se lire à un degré plus "philosophique".
    De plus, la dédicace au début du livre peut amener à aborder un point historique, à savoir mai 68 (le nom de la fourmi n'a pas été choisi au hasard...).
    Un tout petit bouquin dans tous les sens du terme (petit format 10x15cm et nb de pages : 44, et petit prix : 3,90€)) mais dont on peut tirer beaucoup de choses.
    Pour les enseignants : le site "petitepoche" propose un dossier pédagogique.

    L'histoire :
    Chaque matin, sans jamais s'arrêter, la fourmi 68 part au travail derrière la fourmi 67 et devant la fourmi 69. Un jour, elle ramène à la fourmilière Bouda, un puceron. Peu à peu au fil de leurs discussions, il va amener 68 à poser un regard neuf sur le monde qui l'entoure...

  • add_box
    Couverture du livre « C'est pas grave » de Jo Hoestlandt aux éditions Milan

    Ludivine_Wilcz sur C'est pas grave de Jo Hoestlandt

    Un bon petit roman, l'héroïne est un peu agaçante au début, mais c'est une ado donc c'est pardonnable ... Ensuite, on découvre un côté plus mature sur la fin qui m'a bien plu ... Et mention spéciale à l'ode à mon prénom qui m'a étonné, car c'était la première fois que je retrouvais mon prénom...
    Voir plus

    Un bon petit roman, l'héroïne est un peu agaçante au début, mais c'est une ado donc c'est pardonnable ... Ensuite, on découvre un côté plus mature sur la fin qui m'a bien plu ... Et mention spéciale à l'ode à mon prénom qui m'a étonné, car c'était la première fois que je retrouvais mon prénom dans un roman :D

  • add_box
    Couverture du livre « Mon p'tit vieux » de Jo Hoestlandt aux éditions Syros

    S. T sur Mon p'tit vieux de Jo Hoestlandt

    Une histoire pas très gaie qui aurait pu être très bien si le vocabulaire utilisé n'avait pas été aussi imagé.
    Le langage des enfants du livre est peut-être proche de celui de certains enfants des banlieues (ou autre) mais dans un livre adressé à la jeunesse cela m'a un peu gênée.

    Histoire...
    Voir plus

    Une histoire pas très gaie qui aurait pu être très bien si le vocabulaire utilisé n'avait pas été aussi imagé.
    Le langage des enfants du livre est peut-être proche de celui de certains enfants des banlieues (ou autre) mais dans un livre adressé à la jeunesse cela m'a un peu gênée.

    Histoire qui peut être intéressante à aborder pour les thèmes de la solitude, de l'indifférence par rapport aux personnes âgées, de l'égoïsme notamment mais plutôt à étudier avec des ados.
    Enseignante en élémentaire, je ne me risquerai pas à l'utiliser afin d'éviter tout problème lié au langage employé. Dommage.
    Cela n'engage que moi...

  • add_box
    Couverture du livre « La grande peur sous les étoiles » de Jo Hoestlandt aux éditions Syros

    S. T sur La grande peur sous les étoiles de Jo Hoestlandt

    Splendide et poignant.
    Le récit d'une amitié brisée par la rafle du Vél d'Hiv.
    Très bel album préfacé par Claude Roy. Jolies illustrations avec un effet adoucit. Récit simple et juste qui va droit au coeur.

    Elles s'appelaient Hélène et Lydia, elles avaient 8 ans et demi, vivaient à Paris et...
    Voir plus

    Splendide et poignant.
    Le récit d'une amitié brisée par la rafle du Vél d'Hiv.
    Très bel album préfacé par Claude Roy. Jolies illustrations avec un effet adoucit. Récit simple et juste qui va droit au coeur.

    Elles s'appelaient Hélène et Lydia, elles avaient 8 ans et demi, vivaient à Paris et étaient les meilleures amies du monde. Malheureusement l'une des 2 était juive et c'était l'année 1942. Hélène se souvient...
    Extrait : "Longtemps j'ai attendu que Lydia revienne pour jouer avec elle et lui dire qu'elle était toujours mon amie. Mais la guerre a fini et Lydia n'est pas revenue. Longtemps j'ai gardé de la rancune contre les étoiles."

    "Jo Hoestland, (...) pense qu'il ne faut pas vous "raconter d'histoires" et que les enfants ont droit à la vérité comme les grands, même quand la vérité fait mal". Claude Roy