Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jim

Jim
Jim est né en 1966. Après son Bac, il étudie pendant 3 ans à l'Ecole de bande dessinée d'Angoulême. Scénariste, dessinateur, il travaille aussi bien pour le dessin animé que pour la bande dessinée. Auteur chez Vents d'Ouest de plus de 30 albums d'humour qui rencontrent un vif succès auprès du pub... Voir plus
Jim est né en 1966. Après son Bac, il étudie pendant 3 ans à l'Ecole de bande dessinée d'Angoulême. Scénariste, dessinateur, il travaille aussi bien pour le dessin animé que pour la bande dessinée. Auteur chez Vents d'Ouest de plus de 30 albums d'humour qui rencontrent un vif succès auprès du public, il est également scénariste (sous le pseudo de Téhy) de Fée et Tendres Automates.Son association avec Fredman a déjà donné naissance à de nombreux ouvrages désopilants et dévastateurs, tous de très grands succès publics ! Il a également publié la série Yiu chez Soleil, en tant que coscénariste avec Guénet, Vax et Renéaume (13 albums parus), la série L'Ange et le Dragon avec Lalie et la série Reign, avec Cara. Petites Eclipses avec 'Fane, publié en 2007 chez Casterman Ecriture, a marqué une évolution vers un travail plus intimiste.En parallèle, Jim / Téhy réalise des courts métrages, participe à l'écriture de pièces de théâtre et travaille en collaboration avec Mercredi Films qui développe trois de ses scénarios de longs métrages et une série TV.Avec 70 albums, plus d'un million d'exemplaires vendus dans la collection Jim et plus de 300 000 signés Téhy, l'auteur aux deux pseudonymes est aujourd'hui un auteur incontournable du 9e art.

Avis sur cet auteur (20)

  • add_box
    Couverture du livre « L'étreinte » de Jim et Laurent Bonneau aux éditions Bamboo

    Domi Mots sur L'étreinte de Jim - Laurent Bonneau

    Un couple en voiture, une petite route de montagne. Romy conduit, Sébastien est concentré sur la photo d’un paysage. Il s’est aperçu, en agrandissant, qu’il avait pris la photo d’une jeune femme brune, se prélassant sur le sable. Il la caresse du bout des doigts.
    Soudain, c’est l’accident....
    Voir plus

    Un couple en voiture, une petite route de montagne. Romy conduit, Sébastien est concentré sur la photo d’un paysage. Il s’est aperçu, en agrandissant, qu’il avait pris la photo d’une jeune femme brune, se prélassant sur le sable. Il la caresse du bout des doigts.
    Soudain, c’est l’accident. Romy est plongée dans le coma, Sébastien, s’en sort physiquement.
    On va suivre Sébastien, dans un parcours chaotique et désespéré. Il enquête pour retrouver la jeune femme brune de la photo, et en même temps, visite Romy à l’hôpital. Impuissant et coupable d’être toujours en vie.
    Son angoisse de voir mourir Romy et en même temps, l’instinct de vie qui le pousse à rechercher la jeune femme brune de la photo.
    Deux mondes opposés où Sébastien tente de survivre : « Un monde en mouvement, qui danse et s’agite à l’air libre, et un monde à l’arrêt, qui respire sous assistance dans une chambre étroite… et entre les deux mondes, un pied entre la vie et la mort, se tiennent ceux qui se taisent et souffrent en silence. Ceux qu’ils appellent « les chanceux », « les miraculés »… Et dont je fais partie. »

    Étreindre les êtres qui nous sont chers, étreindre la vie. Même inconsciente, la proximité avec Romy est forte. Elle lui parle, elle le comprend, elle le conseille et ses mots sont doux. Sébastien entend Romy qui lui dit :
    « Savoir que du beau t’attend, et que c’est normal… et même quand je te regarde, je sais que tu es déjà dans l’après. »

    C’est en même temps une observation précise et fine du monde hospitalier avec les autres familles rencontrées comme Marie-Yvonne, dont le mari est (soi-disant) hospitalisé pour cancer :
    « Nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir. Il y a urgence à n’en pas guérir, croyez-moi ».
    C’est également les soignants dont le médecin qui suit le coma de Romy. Les attentes de la famille, les réponses du médecin :
    « Et ça dure comme ça pendant 20 mn. Tu t’écoutes poser des questions, tu l’entends te répondre et tu sais que tu n’apprendras rien. Il te parle d’une voix posée, il te parle d’un dossier et il raccrochera, puis se tournera vers le dossier suivant.
    Et toi, tu as envie de hurler. « Il faut du temps, il faut être courageux », il dit.
    « Connard. »

    Le graphisme accompagne harmonieusement le texte. Certaines planches sur la totalité de la page, sont même de petits tableaux à part entière, par leur beauté, par l’évocation précise du sentiment.
    Je pense à celle de la crique, page 158 : un homme de dos, (Sébastien) regarde la mer sous la pluie.
    Mais on comprend aussi qu’il n’y a pas eu de scenario indiquant le graphisme à suivre, car certaines planches ne correspondent pas au texte. On sent qu’elles ont été rapprochées sans trop de raison.
    On le comprend d’autant mieux que Jim et Laures Bonneau expliquent leur façon de travailler : pas de scenario préalable. Chacun travaille, ils communiquent ensemble et construisent le récit au fur et à mesure de l’avancée de chacun.
    « Nous avancions simultanément en fonction de ce que proposait l’autre.
    Laurent a commencé avec le dessin d’un ami sculpteur. (…) Jim s’est accroché à une photo prise sur une plage. (…) A partir de cette photo, j’ai découpé les quelques pages d’ouverture. Un début d’histoire, une promesse peut-être. Un trajet en voiture, un accident… »
    Laurent Bonneau (illustrateur)
    « Pour moi, c’était une sensation très plaisante de constater qu’il savait toujours quoi faire de ce que je dessinais (seules 10 planches n’ont pas trouvé leur place sur les 300 réalisées au total). »
    Malgré ce léger bémol, l’ensemble est très réussi.

    Un roman graphique qui suscite l’émotion sur un sujet sensible et douloureux.

  • add_box
    Couverture du livre « L'invitation » de Jim aux éditions Vents D'ouest

    Romain Ambrosini sur L'invitation de Jim

    Une ode forte à l'amitié !

    C'est dans la galère qu'on reconnaît les siens. Une panne de voiture, en pleine nuit, dans un trouve paumé, panique, pas bricolo pour un sou, batterie téléphone au point mort :(.
    Vite, j'appelle Roger, mon pote de toujours, lui saura me sortir de là ... Ou pas...
    Voir plus

    Une ode forte à l'amitié !

    C'est dans la galère qu'on reconnaît les siens. Une panne de voiture, en pleine nuit, dans un trouve paumé, panique, pas bricolo pour un sou, batterie téléphone au point mort :(.
    Vite, j'appelle Roger, mon pote de toujours, lui saura me sortir de là ... Ou pas ?

    La surprise dans cet album est organisée en trois temps, je ne croirai pas ceux qui me disent qu'ils avaient vu les ficelles. Je me suis fait berner, et j'ai aimé (en plus).

    Après "Une nuit à Rome", Jim marque encore des points.
    *** Après vérif, "une nuit à Rome" date de 2012, "l'invitation" de 2010...

    Je vais tenter de découvrir mieux cet auteur qu'il serait dommage (comme je l'avais en tête) de limiter aux divers guides clichés sur les mecs, les nanas, la famille et que sais je encore.

    Prochain emprunt : "Un petit livre oublié sur un banc".
    Puis "l'étreinte" ?

  • add_box
    Couverture du livre « Une nuit à Rome ; INTEGRALE T.1 ET T.2 » de Jim aux éditions Bamboo

    Romain Ambrosini sur Une nuit à Rome ; INTEGRALE T.1 ET T.2 de Jim

    Bizarrement, ce ne sont pas les jolis dessins de Jim, pourtant très efficaces (à la Largo Winch ?) qui m'ont séduit.
    Pas non plus ses albums les plus vendus - Guide de ci ou de ça - plutôt futiles et pas des plus intéressants....

    Mais la curiosité l'emporte, attiré par la sortie récente de...
    Voir plus

    Bizarrement, ce ne sont pas les jolis dessins de Jim, pourtant très efficaces (à la Largo Winch ?) qui m'ont séduit.
    Pas non plus ses albums les plus vendus - Guide de ci ou de ça - plutôt futiles et pas des plus intéressants....

    Mais la curiosité l'emporte, attiré par la sortie récente de l'Étreinte, album intimiste grattifié de plutôt bonnes critiques, je ne voulais pas rester sur ces bêtes impressions, idées arrêtées.

    Une nuit à Rome est un album qui m'a mis un peu mal à l'aise.
    Il affronte le plaisir instantané et inattendu, le coup de folie amoureux, au développement harmonieux du couple et de la famille.
    Forcément, cette lecture amène des questionnements, sur soi, sur son entourage. Elle interroge sur la nostalgie, les souvenirs (trompeurs ?) de jeunesse, la crise de la quarantaine, le ronron amoureux. Jim déroule le fantasme du lâché prise, de l'impulsivité passionnelle. Le grand jeu du "Et si ?"...
    La vie n'est pas un long fleuve tranquille et l'amour dure trois ans, paraît-il ?

    Pour autant, tout n'est pas rose dans cette fuite vers la Torridité, bien au contraire. Le récit n'élude pas la casse induite sur le couple, la famille, les amis, le voisinnage. Pas non plus l'état dépressif qui peut découler de cette courte incartade.

    Je ne me suis pas retrouvé pas dans les états d'ame de Raphaël, mais j'ai apprécié de l'accompagner dans son trip amoureux et j'ai frémis avec lui à son arrivée en terre romaine lorsque Marie était introuvable...

    Je suis curieux de lire les tomes qui ont suivi.
    On s'attache finalement...

  • add_box
    Couverture du livre « L'étreinte » de Jim et Laurent Bonneau aux éditions Bamboo

    Cathfd sur L'étreinte de Jim - Laurent Bonneau

    C'est un roman graphique d'une grande puissance, dont personnellement j'ai dû apprivoiser le graphisme au début pour me rendre compte à la fin que j'étais moi aussi complètement envoûtée ! Que le graphisme et ses couleurs épousent à la perfection le scénario, à moins que ce ne soit l'inverse. Un...
    Voir plus

    C'est un roman graphique d'une grande puissance, dont personnellement j'ai dû apprivoiser le graphisme au début pour me rendre compte à la fin que j'étais moi aussi complètement envoûtée ! Que le graphisme et ses couleurs épousent à la perfection le scénario, à moins que ce ne soit l'inverse. Un entretien croisé entre scénariste et dessinateur explique à la fin leur processus créatif atypique.

    C'est une histoire d'amour, de vie, de mort, de désir, de renaissance.
    Au rythme des battements du cœur.
    Une pulsion de vie pour ne pas sombrer,
    sans rien renier de ce qui a été.

    Une histoire d'étreinte.
    Enveloppante,
    magnifique,
    bouleversante... ❤

    Si vous ne deviez choisir qu'une seule BD, alors lisez celle-ci !