Jessica L. Nelson

Jessica L. Nelson
Jessica Nelson est une romancière française plusieurs fois primée pour Mesdames, souriez (Fayard), cofondatrice des éditions des Saints-Pères et du prix de la Closerie des Lilas. Elle a été rédactrice en chef de l'émission Au Field de la nuit, éditrice aux éditions Balland et critique littéraire ... Voir plus
Jessica Nelson est une romancière française plusieurs fois primée pour Mesdames, souriez (Fayard), cofondatrice des éditions des Saints-Pères et du prix de la Closerie des Lilas. Elle a été rédactrice en chef de l'émission Au Field de la nuit, éditrice aux éditions Balland et critique littéraire pour Point de vue.

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Brillant comme une larme » de Jessica L. Nelson aux éditions Albin Michel

    Marie-Gabrielle Peaucelle sur Brillant comme une larme de Jessica L. Nelson

    J'ai beaucoup aimé ce roman !

    Je garde un très beau souvenir de ma lecture du "Diable au corps" de Raymond Radiguet et j'ai adoré découvrir les coulisses de ce roman culte. Je ne savais pas du tout que le roman avait été inspiré par la vraie vie de Radiguet.

    Le roman raconte en effet la...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé ce roman !

    Je garde un très beau souvenir de ma lecture du "Diable au corps" de Raymond Radiguet et j'ai adoré découvrir les coulisses de ce roman culte. Je ne savais pas du tout que le roman avait été inspiré par la vraie vie de Radiguet.

    Le roman raconte en effet la vie de l'auteur qui a connu sa première histoire d'amour avec une femme de dix ans son ainée alors qu'il n'avait que 14 ans et qu'elle était mariée à un soldat engagé au front. Cette histoire d'amour hors des normes, sulfureuse en tout point de vue est extrêmement bien racontée.

    Au-delà de cette passion qui a inspiré à ce tout jeune auteur son roman, j'ai beaucoup aimé côtoyer à travers ces pages, toute l'intelligentsia d'une époque. De Cocteau qui avait pris Radiguet sous son aile à Picasso, en passant par Proust, Max Jacob ou encore Coco Chanel, c'est tout le monde artistique du début du siècle qui revit.

    Un roman passionnant historiquement, une grande histoire d'amour, la naissance d'un chef d'oeuvre et la tragédie personnel d'un génie. Ce livre avait tout pour me plaire et je n'ai pas été déçue.

  • add_box
    Couverture du livre « Brillant comme une larme » de Jessica L. Nelson aux éditions Albin Michel

    BOOKinade sur Brillant comme une larme de Jessica L. Nelson

    Je suis de celle que les biographies galvanisent et inspirent. Au-delà de l'oeuvre présentée, elles donnent à voir l'envers de la légende de celui ou celle dont le portrait vous est livré. Elles offrent une profondeur, une perspective nouvelle sur l'oeuvre ou la réalisation du héros célébré et...
    Voir plus

    Je suis de celle que les biographies galvanisent et inspirent. Au-delà de l'oeuvre présentée, elles donnent à voir l'envers de la légende de celui ou celle dont le portrait vous est livré. Elles offrent une profondeur, une perspective nouvelle sur l'oeuvre ou la réalisation du héros célébré et l'inscrivent dans un contexte, dans un temps.

    Brillant comme une larme est de celles-ci : la vie éclair d'un talent précoce (2 romans à succès dont le fameux Le Diable au corps, publiés alors qu'il n'avait pas 20 ans ...), une plongée réjouissante dans le Montparnasse culturel du début du siècle et la magie de la création littéraire. Car au-delà du parcours de l'éternellement jeune Radiguet, on croise Max Jacob, Coco Chanel, Modigliani, Jean Hugo, Georges Auric, Misia Sert, Francis Poulenc ou Arthur Honegger. Et celui qui sera à la fois père, frère, ami et amoureux transi sans retour, Jean Cocteau. Le poète tombe littéralement sous le charme de ce jeune génie qu'il va accompagner, materner, guider jusqu'à sa fin.

    Car le jeune homme est un talent brut et Cocteau l'a deviné : "Raymond possède un sixième sens développé: il sait ce que l'autre, face à lui, ressent et pense. Il lit dans le cœur des êtres qu'il croise. Et sa grande intelligence lui permet d'identifier et de cerner les zones les plus obscures. De savoir ce qui es tu." Le jeune homme se lance dans le journalisme à l'âge de 15 ans, se lie d'amitié avec les grands de la vie parisienne, vit de nombreuses aventures sentimentales et publie Le Diable au corps. Le livre est un grand succès de librairie et plus de 100 000 exemplaires sont vendus en trois mois. Le jeune homme aura le temps de terminer son 2nd ouvrage, Le Bal du Comte d'Orgel, publié à titre posthume.

    La légende de Raymond Radiguet tient dans ce parcours d'étoile filante, qu'il pressentait depuis son plus jeune âge, et qui lui a donné cette rage de vivre intense et sans limites. Il savait qu'il avait de grandes choses à accomplir mais peu de temps pour y parvenir. Il "ose, il pousse les portes, il saute par-dessus les barrières avec un naturel déconcertant " et s'offre ainsi 20 ans de concentré de vie.
    Jeune et l'on pourrait penser, immature, il impressionne tant par sa vie dissolue, sa consommation illimitée de substances de toutes sortes, ses nombreuses aventures féminines, mais aussi par sa ténacité, sa force de travail. « Rien de moins ordonné que sa vie extérieure, écrira plus tard son ami Joseph Kessel, mais rien de plus harmonieux, de plus équilibré, de mieux construit et de mieux protégé que sa vie intérieure. Il peut traîner de bar en bar, ne pas dormir des nuits entières, errer de chambre en chambre d’hôtel, son esprit travaillait avec une lucidité constante, une merveilleuse et sûre logique. »
    Car Radiguet c'était surtout, une force créatrice associée à une rigueur et une force de travail incroyables. Sans parler de sa passion inextinguible pour les livres, les "seuls [qui] lui offrent une respiration qui lui fait oublier de flirter avec le danger, de redouter la banalité et qu'il lui faut vivre , intensément, se brûler avec méticulosité, pour justifier l'existence."

    Biographie efficace et bien documentée, l'ouvrage de de Jessica L.Nelson a réussi le pari de me faire rencontrer Raymond Radiguet au-delà de sa légende. Si l'écriture n'en est pas exceptionnelle, elle est fluide et suit le rythme bondissant d'une vie certes courte, mais si pleine de vie. On touche du doigt la tension littéraire et la folie créatrice de ce début de siècle, de ce gamin génial qui aura laissé derrière lui, un sillage scintillant.
    Une folie amplifiée par l'ombre de la guerre et l'urgence de vivre.

  • add_box
    Couverture du livre « Brillant comme une larme » de Jessica L. Nelson aux éditions Albin Michel

    HEIM sur Brillant comme une larme de Jessica L. Nelson

    Superbe lecture que cet ouvrage de Jessica L. Nelson qui met en avant les 6 dernières années de la vie de Raymond Radiguet, le génial écrivain de "Le diable au corps", et mort très jeune à seulement 20 ans d'une fièvre typhoïde. Ce livre est léger, plein de spontanéité, avec des dialogues...
    Voir plus

    Superbe lecture que cet ouvrage de Jessica L. Nelson qui met en avant les 6 dernières années de la vie de Raymond Radiguet, le génial écrivain de "Le diable au corps", et mort très jeune à seulement 20 ans d'une fièvre typhoïde. Ce livre est léger, plein de spontanéité, avec des dialogues savoureux et avec une narration rythmée qui avance comme un doux tourbillon, un peu à l'image de l'enthousiasme de son héros, Raymond Radiguet.

    De l'amour impossible pour une femme mariée, Alice, en passant par sa carrière et de grandes rencontres artistiques dont Jean Cocteau, qui va le prendre sous son aile, mais aussi Picasso, Modigliani ou Aragon, ce récit est riche et plein de vie. Sans connaître les aspects de la courte vie de Raymond Radiguet, l'auteure nous fait découvrir un peu plus ce grand écrivain dans le Paris du début du XXème siècle où il semblait bon vivre et où s'amuser comptait plus que tout.

    Pour ma part, c'est une très belle découverte avec un plaisir de lecture intense, l'impression de voyager à une époque où profiter de la vie était un maître mot, quitte à se brûler les ailes un jour. On se posait moins de questions, on avançait et on en profitait, même si les conditions de vie n'étaient pas simples pour tout le monde. J'ai pu en savoir plus aussi sur l'intérêt de Jean Cocteau pour Radiguet ou comment rester à la frontière afin de ne pas basculer dans une relation amoureuse. Radiguet me fait un peu penser à James Dean à sa façon, dans la manière d'embrasser la vie et de ne pas vouloir perdre de temps. Au final, on a effectivement la présentation d'une vie bien remplie en seulement 20 années d’existence.

    A lire absolument pour néophytes et connaisseurs de l'oeuvre de Radiguet.

  • add_box
    Couverture du livre « Brillant comme une larme » de Jessica L. Nelson aux éditions Albin Michel

    Bernard Letellier sur Brillant comme une larme de Jessica L. Nelson

    J’ai beaucoup aimé. L’auteur y retrace la vie d’Edmond Radiguet, l’un de ces jeunes auteurs trop jeunes disparus. Personnage ambigu, trouble, torturé et passionné. Une biographie bien étayée, documentée et précise. Dans cette époque de l’immédiat après-guerre, on y croise Jean Cocteau, Picasso,...
    Voir plus

    J’ai beaucoup aimé. L’auteur y retrace la vie d’Edmond Radiguet, l’un de ces jeunes auteurs trop jeunes disparus. Personnage ambigu, trouble, torturé et passionné. Une biographie bien étayée, documentée et précise. Dans cette époque de l’immédiat après-guerre, on y croise Jean Cocteau, Picasso, Coco Chanel, Aragon et d’autres célébrités du monde artistique de l’époque. On y apprend beaucoup. J’ai particulièrement aimé que cette biographie - car c’en est une - soit écrite sous forme de roman. Ce n’est jamais aride. On ne s’y ennuie pas. L’écriture est belle, fluide. Et, cerise sur le gâteau, l’on y glane quelques perles qui portent à réflexion, à l’instar de cette phrase de Jean Cocteau « La mort ne doit pas nous avoir vivant ». Vraiment, je recommande.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !