Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jerome Loubry

Jerome Loubry

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (78)

  • add_box
    Couverture du livre « Les chiens de Détroit » de Jerome Loubry aux éditions Calmann-levy

    Calimero29 sur Les chiens de Détroit de Jerome Loubry

    "Les refuges", le 3ème roman, sorti en 2019, de cet auteur que je découvrais m'avait scotchée avec ce thriller qui ne ressemble à aucun autre, tout en tension, à la forte composante psychanalytique, dont tous les rouages s'emboîtaient parfaitement à la fin sans que je n'ai rien vu venir.
    J'ai...
    Voir plus

    "Les refuges", le 3ème roman, sorti en 2019, de cet auteur que je découvrais m'avait scotchée avec ce thriller qui ne ressemble à aucun autre, tout en tension, à la forte composante psychanalytique, dont tous les rouages s'emboîtaient parfaitement à la fin sans que je n'ai rien vu venir.
    J'ai donc voulu remonter aux sources avec ce roman, son tout premier, en 2017. J'ai tout de suite été mise en condition avec la couverture qui m'a rappelé la maison isolée, nimbée de brume, du terrifiant film "Psychose" d'Alfred Hitchcock.
    L'enquête sur la mort de plusieurs enfants, à Détroit, en 1998, qui n'a pas permis de retrouver le tueur, rebondit en 2013 avec la disparition de plusieurs enfants suivant le modus opérandi de 1998. L'enquête est confiée à deux policiers englués dans leur mal-être et écrasés par leurs démons : Sarah qui vient d'être quittée par son compagnon, en mal d'enfants et schizophrène et Stan, divorcé, un fils qu'il voit rarement et le remords de n'avoir pas été capable d'arrêter le meurtrier en 1998.
    Tous ces drames se déroulent avec Détroit, en toile de fond, le Détroit en pleine déréliction avec des maisons laissées à l'abandon après que leurs propriétaires qui ne pouvaient plus payer les traites ont été expulsées, un chômage au plus haut après que les usines automobiles qui avaient fait sa richesse, ont fermé, la violence banalisée et une police manquant cruellement de personnel et de moyens financiers. L'atmosphère de fin de monde est particulièrement bien saisie et rend le récit oppressant surtout lorsqu'une horde de chiens faméliques s'y invite.
    Ce thriller est, comme "Les refuges", singulier et sort des sentiers battus. Il nous tient en haleine tout du long avec des chapitres courts, au rythme vif et enlevé même si la surprise est finale est moins percutante que dans "Les refuges". Il semble que le sujet de prédilection de cet auteur soit les enfants comme victimes ce qui insuffle une tension particulière.
    Un nouvel opus est annoncé pour le 2 septembre "De soleil et de sang" et je pense que cet auteur va devenir un habitué de ma PAL.

  • add_box
    Couverture du livre « Les refuges » de Jerome Loubry aux éditions Calmann-levy

    Lucie Pt sur Les refuges de Jerome Loubry

    J'adore lire des thrillers l'été et là c'était vraiment un modèle du genre. J'en avais beaucoup entendu parler et j'ai eu la chance de le recevoir dans le cadre des Explorateurs du polar, merci Lecteurs.com !

    Au départ, on suit Sandrine qui est journaliste et qui apprend que sa mystérieuse...
    Voir plus

    J'adore lire des thrillers l'été et là c'était vraiment un modèle du genre. J'en avais beaucoup entendu parler et j'ai eu la chance de le recevoir dans le cadre des Explorateurs du polar, merci Lecteurs.com !

    Au départ, on suit Sandrine qui est journaliste et qui apprend que sa mystérieuse grand-mère qui habitait sur une île est morte. Elle va devoir y aller pour régler la succession, mais elle va faire face à de nombreux mystères et être retrouvée quelques jours plus tard sur une plage et couverte de sang. Elle va alors être prise en charge par une psychiatre qui va épauler Damien, le policier en charge de l'enquête.

    Dès le début j'ai beaucoup aimé l'écriture que j'ai trouvé plutôt recherchée pour un thriller où les auteurs vont parfois plus à l'efficacité. Mais attention, c'est très efficace aussi ! La preuve, je l'ai lu en peu de temps. La trame est hyper prenante et franchement originale, avec de la psychologie et surtout très très noire ! Bien sûr je ne peux pas en dire plus mais je vous promets une grosse claque !!! Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages même si j'ai bien aimé Damien, mais ce n'est pas ce qu'on demande forcément à un thriller. J'avais déjà très envie de lire "Le douzième chapitre", je l'ai d'ailleurs acheté au CDI donc je le lirai bientôt j'espère.

    Vous l'aurez compris, je vous le conseille très fortement !

  • add_box
    Couverture du livre « Les refuges » de Jerome Loubry aux éditions Calmann-levy

    Cathfd sur Les refuges de Jerome Loubry

    Thriller psychologique lu dans le cadre des Explorateurs du polar de @lecteurs_com
    De Jerôme Loubry, j'avais lu Le douzième chapitre que j'avais bien aimé. Avec Les refuges, on passe
    un cran au dessus car il signe là un thriller redoutablement efficace, machiavélique et addictif. J'ai
    adoré...
    Voir plus

    Thriller psychologique lu dans le cadre des Explorateurs du polar de @lecteurs_com
    De Jerôme Loubry, j'avais lu Le douzième chapitre que j'avais bien aimé. Avec Les refuges, on passe
    un cran au dessus car il signe là un thriller redoutablement efficace, machiavélique et addictif. J'ai
    adoré me faire mener en bateau jusqu'à la dernière page. C'est éblouissant, troublant, diablement
    intelligent dans sa construction et passionnant !
    Difficile d'ailleurs d'en parler sans rien divulgacher...
    Sandrine journaliste récemment installée en Normandie interviewe un paysan dont les vaches ont été
    taguées de croix gammées. Elle ne peut se départir d'un sentiment de malaise. Sans avoir le temps
    d'approfondir, elle est convoquée par un notaire qui lui apprend le décès de sa grand-mère (qu'elle
    ne connaissait pas) dont elle doit aller vider la maison. Sa grand-mère vivait sur une île minuscule,
    une sorte de réserve naturelle qui avait abrité un camp de vacances pour enfants après la guerre.
    L'atmosphère y est très étrange... Quelques jours plus tard Sandrine est retrouvée errant sur une
    plage du continent, couverte d'un sang qui n'est pas le sien...
    Damien l'inspecteur en charge de l'affaire peine à comprendre les propos de la jeune femme, il y est
    question d'enfants morts en 1949, de chatons, de Roi des Aulnes, de pendule bloquée sur 20h37... Une
    tension grandissante s'installe et sans avoir l'air d'y toucher, l'auteur distille le malaise avec habileté.
    Ne passez pas à côté de cette pépite, une histoire terrible et émouvante avec des personnages bien
    développés et attachants dans laquelle vous irez de surprise en surprise jusqu'à un dénouement
    totalement, complètement inattendu, renversant et vous n'aurez rien vu venir en dépit des indices
    parsemés tout au long du roman ... Un thriller impossible à lâcher ! ❤

  • add_box
    Couverture du livre « Le douzième chapitre » de Jerome Loubry aux éditions Calmann-levy

    Musemania sur Le douzième chapitre de Jerome Loubry

    Quand j’ai reçu à lire pour le Prix des Lecteurs, le second livre de Jérôme Loubry, « Le douzième chapitre », cela a eu une saveur particulière pour moi. En effet, quand j’ai débuté mon aventure de blogueuse littéraire, le premier livre que j’ai reçu en service presse, a été “Les chiens de...
    Voir plus

    Quand j’ai reçu à lire pour le Prix des Lecteurs, le second livre de Jérôme Loubry, « Le douzième chapitre », cela a eu une saveur particulière pour moi. En effet, quand j’ai débuté mon aventure de blogueuse littéraire, le premier livre que j’ai reçu en service presse, a été “Les chiens de Detroit” son premier ouvrage. J’avais adoré ce premier livre très prometteur et pour lequel j’avais reçu les remerciements de l’auteur (chose qu’en tant que blogueurs, nous ne recevons hélas pas toujours même en cas de chronique élogieuse ! ). Sous ces auspices, je ne pouvais pas mieux commencer pour mon blog (petit rappel du lien de cette chronique : https://www.musemaniasbooks.be/2017/11/18/les-chiens-de-detroit-de-jerome-loubry-thriller/).

    J’avais déjà “Le douzième chapitre” que j’avais eu la chance de faire dédicacer lors de la première édition de l’Iris Noir à Bruxelles en novembre 2019. Mais comme vous devez maintenant le savoir, quand j’aime un auteur, j’ai la maniaquerie d’attendre qu’il ait écrit plusieurs bouquins avant de les lire. Pourquoi? Tout simplement, parce que si j’ai apprécié le bouquin suivant, j’aurais l’impression d’un « manque » en quelque sorte, dans l’attente d’un nouveau livre. C’est peut-être bête me direz-vous mais je fonctionne ainsi.

    Alors qu’en est-il de ce second livre de Jérôme Loubry? Si je devais résumer mon ressenti en seulement quelques mots…. Coup de coeur!!! Une fois que j’ai ouvert ce livre et en ai lu les premières pages, j’ai été captivée par l’histoire. Je ne pouvais plus le lâcher, tant je voulais connaître la suite. Quand on est dans un bon livre mais qu’on doit faire quelque chose, on se dit toujours « Allez, encore une ou deux pages seulement et après je fais… ». Mais même avec la meilleure volonté du monde, c’était quasi s’enlever un bras que de devoir le reposer.

    J’ai aimé ce voyage sur les plages de Vendée où on fait la rencontre de David et Samuel, deux gosses de 12 ans qui passent tous les étés dans le centre de vacances qui appartient à l’usine employeur de leurs parents. En 1986, ils font la rencontre de Julie qui passe également ses vacances dans ce même centre. En peu de temps, ils deviendront inséparables. Quelques jours plus tard, une nuit, Julie disparaît. On fait ensuite un bond dans le temps, 30 ans plus tard pour être précis et on retrouve les deux amis qui le sont restés : l’un est devenu écrivain renommé et l’autre son éditeur. Ils reçoivent mystérieusement un manuscrit qui leur relate ces fameuses vacances. Vont-ils enfin savoir ce qui s’est déroulé durant cette nuit?

    Ces vacances en Vendée seront sûrement pour vous, comme pour moi, un rappel de nos vacances quand nous étions gamins, où l’insouciance guidait nos pas. Nos copains de vacances, nos premiers émois, nos premiers moments sans les parents, le goût du sel sur nos lèvres, le soleil couchant sur notre peau… tout cela nous pouvons nous en rappeler de manière nostalgique, comme une madeleine de Proust, par les descriptions très visuelles de l’auteur.

    Les secrets des adultes auront finalement de graves conséquences sur le futur des enfants, même si l’une des missions des parents est de protéger leur progéniture. Le suspens est présent dès les premières pages. Au contraire de certains romans noirs pour lesquels les auteurs doivent mettre en place tout un décorum, Jérôme Loubry installe une certaine tension dès l’ouverture de son livre. Une fois fait, j’ai été tenue en haleine jusqu’à la dernière phrase.

    C’est brillant et efficace. Ce n’est pas qu’un roman de vacances mais à quelques jours de juillet, je ne peux que vous conseiller de le glisser dans vos valises. Mais comme je l’ai dit dès le départ, vu son pouvoir d’attraction certain, vous risquez de bannir toute vie sociale, le temps de sa lecture. Mais qu’importe, c’est tellement bon que j’en redemande même!!!

    En lice pour le Prix des Lecteurs 2020 des éditions du Livre de poche, catégorie « Polar », sélection avril.