Jerome Ferrari

Jerome Ferrari
Né à Paris en 1968, Jérôme Ferrari, après avoir enseigné en Algérie puis en Corse, occupe désormais un poste à Abou Dhabi (Émirats arabes unis). Chez Actes Sud, il est l'auteur de cinq romans : Dans le secret (2007 ; Babel n° 1022), Balco Atlantico (2008), Un dieu un animal (2009, prix Landerneau... Voir plus
Né à Paris en 1968, Jérôme Ferrari, après avoir enseigné en Algérie puis en Corse, occupe désormais un poste à Abou Dhabi (Émirats arabes unis). Chez Actes Sud, il est l'auteur de cinq romans : Dans le secret (2007 ; Babel n° 1022), Balco Atlantico (2008), Un dieu un animal (2009, prix Landerneau ; Babel n° 1113), Où j'ai laissé mon âme (2010, prix roman France Télévisions, prix Initiales, prix Larbaud, grand prix Poncetton de la SGDL), Le Sermon sur la chute de Rome (2012).

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Jerome Ferrari (4)

Avis sur cet auteur (90)

  • add_box
    Couverture du livre « À son image » de Jerome Ferrari aux éditions Actes Sud

    Itzamna librairie sur À son image de Jerome Ferrari

    Ne nous y trompons pas : le sujet de ce roman n'est pas Antonia, mais la photographie de guerre. Quand on rencontre la jeune fille pour la première fois, c'est quelques heures avant sa mort dans un accident de voiture. On assiste ensuite à la cérémonie religieuse, au cours de laquelle ses...
    Voir plus

    Ne nous y trompons pas : le sujet de ce roman n'est pas Antonia, mais la photographie de guerre. Quand on rencontre la jeune fille pour la première fois, c'est quelques heures avant sa mort dans un accident de voiture. On assiste ensuite à la cérémonie religieuse, au cours de laquelle ses proches, et plus particulièrement le prête, qui est aussi son parrain, se souviennent de la jeune fille qu'elle était. Ou plutôt, de la vie qu'elle a vécue dans cet univers du reportage photographique.

    L'auteur nous présente deux faces du même art qu'est la photographie. Il y a d'un côté le reportage "alimentaire" que représente la prise de vues lors de divers évènements tels que les 50 ans de mariage de Monsieur et Madame, le loto du quatrième âge, le tournoi de pétanque de l'association du coin… et, le summum, le reportage photos proposé lors des mariages. A l'opposé, figure la photographie artistique qui n'a d'autres finalités que de produire une œuvre d'art. C'est la face noble de la photo. Entre les deux, se situent d'autres motifs photographiques comme le sont les reportages de guerre.

    A son image est un passionnant roman, très instructif, qui fait découvrir au novice l'univers de la photographie. Il m'a juste manqué d'un peu de chaleur humaine pour en garder un souvenir inoubliable. Cela n'en reste pas moins une belle surprise de mes lectures de cette rentrée littéraire.

    https://itzamna-librairie.blogspot.com/2018/11/a-son-image-jerome-ferrari.html

    .

  • add_box
    Couverture du livre « À son image » de Jerome Ferrari aux éditions Actes Sud

    Nathalie Chartier sur À son image de Jerome Ferrari

    J’avais conservé un excellent souvenir de lecture du Sermon sur la chute de Rome et le passage de Jérôme FERRARI à la Grande Librairie m’avait convaincue de découvrir son dernier récit.
    Je suis donc partie sur les traces d’Antonia prématurément décédée sur une route de Corse, Antonia dont la...
    Voir plus

    J’avais conservé un excellent souvenir de lecture du Sermon sur la chute de Rome et le passage de Jérôme FERRARI à la Grande Librairie m’avait convaincue de découvrir son dernier récit.
    Je suis donc partie sur les traces d’Antonia prématurément décédée sur une route de Corse, Antonia dont la vie était dédiée à la photographie, une passion qui a débuté très jeune lorsque son oncle et parrain lui offre son premier appareil photographique à l’âge de 14 ans.
    Pourtant, j’ai constaté que la destinée d’Antonia n’était qu’un fil conducteur et un prétexte pour l’auteur à se questionner sur la photographie.
    Ainsi, le texte m’est apparu plus comme un essai qu’un roman.
    L’auteur interroge et interpelle sur la représentation de l’image et son contenu en évoquant la trajectoire de deux reporters de guerre dont les photographies ont marqué les esprits qui croisent l’histoire et le parcours d’Antonia.
    Il s’intéresse à la représentation du monde par l’image, son contenu, le texte qui l’accompagne nécessairement, la violence inhérente au monde. Il évoque les conflits sanglants dans les Balkans puis dans l’ex Yougoslavie.
    Il campe aussi la Corse des années 80, ses luttes nationalistes, ses morts et le sort de la femme à travers l’histoire d’amour que vit Antonia avec un nationaliste corse.
    Contre toute attente, le personnage qui m’a le plus touchée est le prêtre qui est aussi l’oncle et le parrain d’Antonia ; il a été désigné pour célébrer son office funèbre. De très belles pages lorsqu’il doit concilier sa douleur et la cérémonie à conduire. Quelles paroles peuvent apaiser les proches d’un défunt lorsque lui-même est terrassé par le chagrin ?
    Jérôme FERRARI écrit très bien, son style est enlevé, précis, les références sont nombreuses et certains passages m’ont vraiment questionnée. Le professeur de philosophie ressurgit fréquemment au fil des pages au détriment de l’histoire elle-même. Pour cette raison je persiste à penser qu’il ne s’agit pas d’un roman, un essai romancé si j’ose ce qualificatif.
    C’est certainement la raison pour laquelle je n’ai été captivée que par certains passages, le tout étant trop décousu à mon goût.
    Au final, une lecture qui ne m’a pas emportée autant que d’autres lecteurs si j’en juge les chroniques élogieuses dont j’ai pris connaissance. Dommage, une lecture qui ne m’a pas convaincue.

  • add_box
    Couverture du livre « À son image » de Jerome Ferrari aux éditions Actes Sud

    Claudia Charrier sur À son image de Jerome Ferrari

    Un roman choisi pour le club lecture du mois de novembre.
    Un livre que je n'avais pas sélectionné dans mes choix de lecture mais j'avais lu de bonnes critiques.
    Je me suis donc plongée dans cet ouvrage.

    Cette histoire se déroule en Corse, une jeune femme passionnée par la photographie,...
    Voir plus

    Un roman choisi pour le club lecture du mois de novembre.
    Un livre que je n'avais pas sélectionné dans mes choix de lecture mais j'avais lu de bonnes critiques.
    Je me suis donc plongée dans cet ouvrage.

    Cette histoire se déroule en Corse, une jeune femme passionnée par la photographie, mariée à un militant du FLNC, sous la protection et le soutien incommensurable de son oncle prêtre, parcourt la ex-Yougoslavie en guerre.
    Elle en reviendra "changée" n'ayant plus le même regard sur le monde, sur sa vie, pour redevenir une simple photographe dans un journal puis à son compte jusqu'au drame où elle meurt dans un accident de voiture.
    Voici l'envers du décor !

    Malheureusement, je ne suis pas du tout rentrée dans cette histoire, hermétique à ce que nous raconte le prêtre sur la vie d'Antonia, ponctuée de flash-back lors des funérailles.

    Malgré une belle écriture soignée et de qualité, je n'ai pas été émue par cette lecture, ne ressentant pas d'émotions en le lisant.

    Cependant j'ai été intéressée par le chapitre sur la guerre en Yougoslavie et sa correspondance avec son oncle. Si je n'ai pas été touchée par l'histoire, je l'ai été par certaines phrases qui m'ont interpellée.

    Je garderai en mémoire ces phrases pertinentes.


    "J'ai l’œil. Mais la main ne suis pas toujours. Alors l'oeil ne sert à rien. Je ne suis pas douée."

    "Mais, des choses horribles qui surviennent réellement, personne ne fait le récit."

    "Je sais que certaines choses doivent demeurer cachées."

    "Il y a tant de façons de se montrer obscène."


    Un roman qui n'est pas fait pour moi, mais qui trouvera son public sans aucun doute.

    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2018/10/a-son-image.html

  • add_box
    Couverture du livre « À son image » de Jerome Ferrari aux éditions Actes Sud

    Elizabeth Neef-Pianon sur À son image de Jerome Ferrari

    Une idée originale : le temps d’une messe d’enterrement pour voir défiler la vie d’Antonia.
    Le prêtre est son oncle et parrain qui l’a toujours soutenue.
    A chaque étape de la messe, une nouvelle vision du monde, un nouveau côté de la vie d’Antonia, selon les émotions et les souvenirs de...
    Voir plus

    Une idée originale : le temps d’une messe d’enterrement pour voir défiler la vie d’Antonia.
    Le prêtre est son oncle et parrain qui l’a toujours soutenue.
    A chaque étape de la messe, une nouvelle vision du monde, un nouveau côté de la vie d’Antonia, selon les émotions et les souvenirs de chacun.
    Passionnée de photographie depuis l’enfance, elle fait des photos de mariage, trouve un job local qui ne la satisfait pas, décide de partir seule en Yougoslavie pour faire des photos de guerre. De retour en Corse, elle meurt dans un accident de voiture.
    De nombreux sujets développés dans ce roman.
    L’impact des photos dans la vie quotidienne, l’impact des photos de guerre sur le public. Utile ? Pas utile ?
    La naissance des reportages de guerre.
    Le combat des indépendantistes corses.
    La guerre des Balkans
    La religion.
    Le rôle des femmes, particulièrement en Corse.
    ………
    C’est superbement bien écrit, peu ponctué, pas aéré. De longues, très longues phrases où l’on s’égare parfois.
    Les événements sont désordonnés selon qui pense à Antonia.
    Un roman qui se lit lentement et incite à la réflexion.
    De plus, la photo de couverture est très belle.