Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jeremy Bracone

Jeremy Bracone
Jérémy Bracone a quarante ans. Il a vécu en Lorraine jusqu'à l'âge de vingt-cinq ans. Artiste plasticien, il sculpte, dessine et réalise des installations. Danse avec la foudre est son premier roman.

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « Danse avec la foudre » de Jeremy Bracone aux éditions L'iconoclaste

    LN11 sur Danse avec la foudre de Jeremy Bracone

    Lorsque le jeune Figuette rencontre la belle Moïra, celle-ci n'est qu'une adolescente insouciante au caractère bien trempé.

    Même si celle-ci va lui en faire voir de toutes les couleurs, Figuette en devient accro. Moïra quant à elle va être charmée par cet homme indépendant et travaillant à...
    Voir plus

    Lorsque le jeune Figuette rencontre la belle Moïra, celle-ci n'est qu'une adolescente insouciante au caractère bien trempé.

    Même si celle-ci va lui en faire voir de toutes les couleurs, Figuette en devient accro. Moïra quant à elle va être charmée par cet homme indépendant et travaillant à l'usine. Après un mariage et la naissance de la petite Zoé, Moïra décide du jour au lendemain de tout plaquer et de quitter le foyer familial sans laisser un mot.

    Pour faire face à ce départ, Figuette va devoir apprendre à jongler entre l'éducation de sa fille et ses inquiétudes quant à la fermeture prochaine de l'usine dans laquelle il travaille.

    Ce roman sociétal est un ouvrage bienveillant et plein de bonnes intentions. Même si ce livre décrit une période difficile de la vie de Figuette, nous arrivons à garder le sourire pendant toute sa lecture. J'ai aussi apprécié l'originalité du livre où l'absence n'est pas celle du père mais de la mère.
    Cet exil aura permis au jeune père de créer un lien très fort avec sa fille, lien inexistant à l'origine. Malgré de gros soucis financiers, Figuette fera tout pour faire rêver la petite Zoé et essayer momentanément de lui faire oublier les problèmes du quotidien...

    #68premieresfois

  • add_box
    Couverture du livre « Danse avec la foudre » de Jeremy Bracone aux éditions L'iconoclaste

    Emma C sur Danse avec la foudre de Jeremy Bracone

    Figuette et Moïra se sont rencontrés alors qu'elle était très jeune. C'est le grand amour même si Moïra est instable. Ils naviguent entre crises et amour fou, séparations et réconciliations.
    Un jour naitra Zoé. Moïra va s'en occuper pleinement pendant que Figuette trime dans les usines qui...
    Voir plus

    Figuette et Moïra se sont rencontrés alors qu'elle était très jeune. C'est le grand amour même si Moïra est instable. Ils naviguent entre crises et amour fou, séparations et réconciliations.
    Un jour naitra Zoé. Moïra va s'en occuper pleinement pendant que Figuette trime dans les usines qui ferment les unes apres les autres dans cette région où l'industrie est sinistrée.
    Jusqu'au jour où Moïra s'en va, sans un mot. Elle laisse Zoé au soin de Figuette et de sa grand-mère.

    Figuette perd pied. Il se rapproche de sa fille qu'il n'a jamais autant aimée mais il se coupe du monde qui lui semble trop dur et trop violent.
    Il tente par des moyens abracadabrants de faire rentrer Moïra mais c'est peine perdue.
    Heureusement il est entouré d'amis fidèles qui vont l'aider assumer pleinement sa vie et sa paternité.
    Ces amitiés offrent l'occasion de jolis portraits de personnages secondaires haut en couleur et de retour sur les combats syndicaux dans années passées.
    Aucun pathos dans cette histoire, beaucoup de fantaisie et d'amour parfois jusqu'a la folie.
    Un très beau premier roman qui j'espère en entrainera d'autres.

  • add_box
    Couverture du livre « Danse avec la foudre » de Jeremy Bracone aux éditions L'iconoclaste

    Cécile sur Danse avec la foudre de Jeremy Bracone

    Figuette est employé à l'usine. Avec ses amis, les discussions tournent autour du foot, des maisons, des jardins et de la fragilité de ces emplois, du risque important que l'usine ferme ou délocalise.
    Sa femme, une femme-enfant au comportement lunatique et erratique, l'a quitté, le laissant...
    Voir plus

    Figuette est employé à l'usine. Avec ses amis, les discussions tournent autour du foot, des maisons, des jardins et de la fragilité de ces emplois, du risque important que l'usine ferme ou délocalise.
    Sa femme, une femme-enfant au comportement lunatique et erratique, l'a quitté, le laissant seul élever leur gamine haute comme trois pommes.

    Figuette aimerait emmener sa fille en vacances mais l'argent manque. Alors il lui construit des vacances de rêve dans la cave, comme il construisait des soirées à Moïra quand elle était encore là, des rêves en papier mâché, peut-être plus beaux que la réalité, en caressant l'espoir de la voir revenir.

    J'ai été conquise par ce roman à plusieurs facettes.
    C'est un roman social, qui nous entraine au fin fond de la Lorraine, où l'usine reste souvent le plus gros employeur de toute une partie de la population, où les vies sont suspendues aux aléas économiques.
    Danse avec la foudre, à l'image de ce titre magnifique, c'est aussi un roman plein de poésie et de tendresse.

    La poésie qui se dégage de ces lignes, du talent de conteur de Jérémy Bracone.
    La poésie des soirées et des vacances créées par Figuette, la poésie de ces mises en scène pour s'évader, vivre une autre vie.
    La tendresse de l'entraide entre copains, dissimulée derrière une grande pudeur mais décelable dans les gentilles moqueries.

  • add_box
    Couverture du livre « Danse avec la foudre » de Jeremy Bracone aux éditions L'iconoclaste

    Catherine Airaud sur Danse avec la foudre de Jeremy Bracone

    Lu dans le cadre de la sélection 2021 des 68.
    Un roman social qui se passe en Lorraine et nous parle, comme pour "les nuits d'été" de Thomas Flahaut (autre roman sélectionné) des travailleurs dans les usines et aussi des travailleurs frontaliers.
    Un premier roman qui m'a fait penser aux films...
    Voir plus

    Lu dans le cadre de la sélection 2021 des 68.
    Un roman social qui se passe en Lorraine et nous parle, comme pour "les nuits d'été" de Thomas Flahaut (autre roman sélectionné) des travailleurs dans les usines et aussi des travailleurs frontaliers.
    Un premier roman qui m'a fait penser aux films sociaux de Ken Loach et Robert Guédiguian pour le côté "groupe social" qui essaie de s'entraider et d'améliorer leur vie et celles de leurs familles et voisins ; Nous sommes dans un quartier de la ville de Vilerupt, prénommée la petite Italie car il y a encore beaucoup d'ouvriers d'origine italienne. de belles scènes dans les cuisines de la vieille voisine qui fait nounou et avec qui la petite Zoé parle italien et les scènes de cuisine italienne.
    Ce texte est peuplé de portraits de personnages touchants, que ce soient les personnages principaux ou secondaires.
    L'auteur nous parle de la situation actuelle de régions industrielles et leur mutation. Les mines ont été fermées, le travail a changé, de nouvelles usines ont été implantées, puis vendues et revendues, par des coréens (comme celle de Daewo) ou par les allemands (comme Rosegrund, mais celle ci va sûrement être démantelée et le personnel attend le résultat de négociation).
    Ce roman est jalonné de scènes dignes de tragicomédies sociales, digne du cinéma réaliste italien : course des caristes digne d'un circuit de courses automobiles, plaisanterie de ces mêmes caristes qui aiment déplacer la voiture du directeur dans les immenses parkings de l'usine, une distribution style gilets jaunes avant un démembrement sauvage de l'usine, au mois d'août mais aussi des moments et des actions collectives solidaires (ou beaucoup d'humour aussi entre voisins de jardins ouvriers !!)
    Des portraits de vieux ouvriers qui avaient travaillé dans les mines, des nouveaux ouvriers (caristes, ouvriers et ouvrières à la chaîne ou de nouveaux prolo, comme Nordine qui a trouvé un emploi dans une banque du Luxembourg, mais comme lui dit un copain il est un prolo du Luxembourgeois car "vous avez juste toqué nos bleus de travail contre des costards cravates".
    Puis le portrait du personnage principal : Figuettte, un jeune père qui se retrouve seul avec sa jeune enfant Zoé, car sa jeune épouse, Moïra, jeune fille border line, est une fois en fugue, elle est partie sans donner d'adresse, sauf quelques messages sur sa page facebook. Cet homme va essayer d'attendre, d'espérer le retour de son épouse, il va créer un monde féerique pour sa fille. Il a toujours été créatif, en créant des mondes parallèles, il proposait des soirées thématiques à Moïra et là il crée un monde féerique, digne des contes de fées pour les vacances de sa fille. Un monde fait de pacotille mais où de vraies aventures peuvent se passer.
    Un premier roman qui m'a beaucoup touché et qui m'a ému par des scènes touchantes et des personnages si réels qui essaient de survivre dans ces sociétés qui changent trop vite.
    Un texte aussi d'espoir collectif malgré tout ce qui peut arriver dans ces régions abandonnées. L'amitié, la solidarité, les débrouilles, la poésie, la féerie au quotidien permettent de continuer à avancer.

Bibliographie de Jeremy Bracone (1)

Thèmes en lien avec Jeremy Bracone

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !