Jenny Zhang

Jenny Zhang

La romancière Jenny Zhang est née à Shanghai en 1983 et a grandi à New York où elle a rejoint ses parents à l’âge de quatre ans. Elle est diplômée de Stanford et a publié deux livres de poèmes et un recueil d’essais.
Âpre Cœur est son premier roman, publié en France en 2019.

 

Photo © Olivier D...

Voir plus

La romancière Jenny Zhang est née à Shanghai en 1983 et a grandi à New York où elle a rejoint ses parents à l’âge de quatre ans. Elle est diplômée de Stanford et a publié deux livres de poèmes et un recueil d’essais.
Âpre Cœur est son premier roman, publié en France en 2019.

 

Photo © Olivier Dion

Articles (1)

Avis (1)

  • Couverture du livre « Âpre coeur » de Jenny Zhang aux éditions Picquier

    HUBRIS LIBRIS sur Âpre coeur de Jenny Zhang

    Familles projetées à un nouveau pays. Enfants bourlingués entre les rues, les appartements. Ils viennent de Chine, se sont installés aux Etats-Unis, à l’espoir d’une vie meilleure, à la volonté de s’en sortir.

    Croire au rêve américain.
    Ne pas se soucier de l’infâme, aller au devant.

    Le...
    Voir plus

    Familles projetées à un nouveau pays. Enfants bourlingués entre les rues, les appartements. Ils viennent de Chine, se sont installés aux Etats-Unis, à l’espoir d’une vie meilleure, à la volonté de s’en sortir.

    Croire au rêve américain.
    Ne pas se soucier de l’infâme, aller au devant.

    Le roman se tisse à travers le prisme d’un regard enfantin. De plusieurs marmots qui viennent s'additionner à la première parole. Tous sont issus de l’immigration, tous ont à supporter les appartements trop petits, les brimades, et leurs parents qui les exhortent à ne plus se plaindre. Savoir se satisfaire de ce qu’ils ont. Si la figure parentale s’échine à montrer les bienfaits de ce nouveau pays, les enfants voient, montrent, et quémandent des réponses. Eux ne savent se satisfaire du peu offert. Car ils ont conscience, savent que la misère continue à chaque coin de rue, à chaque domicile que le père grappille misérablement.

    Loin du pathos, et des larmes qui viennent souvent enrober ces récits où se croisent racisme, misère et enfance, on plonge à une cruauté qui s’extirpe des lippes enfantines. Pas le temps de pleurer, de s'apitoyer, il faut avancer. Et les rares qui versent une larme sont calmés d’une torgnole, d’une parole raciste, puis ils répliquent, ne se laissent pas piétiner. Une violence physique. Une violence verbale. Un langage cru servi par une plume qui scalpe, noire, qui ne laisse entrevoir que l’ignoble vérité de leur condition.

    Malgré le malheur, les cafards qui pullulent dans les appartements, et les copines haineuses ; les coeurs tambourinent, cherchent l’évasion de la cage thoracique, de la cage familiale. Ces gamins ont la volonté de s'enfuir, s'arracher au carcan miséreux.

    Une fuite en avant, une narration qui cravache. Un récit qui bouleverse, offre quelques sourires et ricanements. Première lecture de l'année, et première pépite.

Bibliographie (1)

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com