Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jennifer Brown

Jennifer Brown

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (15)

  • add_box
    Couverture du livre « Hate list » de Jennifer Brown aux éditions Hachette Jeunesse

    Océane Dumartin sur Hate list de Jennifer Brown

    On suit l’histoire de Valérie, dite Val, petite amie du défunt Nick qui s’est suicidé après avoir fusillé plusieurs de ses camarades scolaire, inscrits sur la « liste de la haine« . Cette liste, c’est Val qui en a eu l’idée, pour mettre tout ce et toutes les personnes qui l’énervent. Nick l’a...
    Voir plus

    On suit l’histoire de Valérie, dite Val, petite amie du défunt Nick qui s’est suicidé après avoir fusillé plusieurs de ses camarades scolaire, inscrits sur la « liste de la haine« . Cette liste, c’est Val qui en a eu l’idée, pour mettre tout ce et toutes les personnes qui l’énervent. Nick l’a suivit dans ce petit jeu, mais elle ne s’est pas rendue compte que pour lui, tout était réel. Trop réel. Elle l’apprend à ses dépends quand il tue et blesse plusieurs des personnes de cette liste à l’arme à feu, un matin en arrivant au lycée, et se suicide après l’avoir blessée, elle, Val, qui s’est interposée entre lui et l’une de ses prochaines victimes. Il lui faut donc guérir. Physiquement, malgré sa blessure de balle, elle se remet vite. Mais, psychologiquement, c’est une autre affaire : on l’interroge, on la regarde de travers, on la juge coupable. Lorsqu’elle doit remettre les pieds dans son lycée, c’est donc l’Enfer : le drame du 2 mai est encore frais dans tous les esprits.

    On se retrouve plongés dans les pensées de Val, au fil d’un récit à la première personne et d’un vocabulaire simple, presque parlé. Comme si elle nous racontait son histoire, face à face, droit dans les yeux, ce qui m’a tout de suite happée dans l’histoire. Pour dire, j’ouvrais le bouquin dés que j’avais ne serait-ce que dix minutes ! Dans le bus, en cours, pendant les intercours, en récréation… Partout ! L’histoire est tellement prenante, et j’ai été énormément touchée par ce roman, versant même une petite larme à la fin. On entend parler de nombreuses fusillades, notamment aux Etats-Unis, où ce n’est pas rare, faute au port d’arme autorisé sûrement. C’est un sujet sensible, et difficile : on peut l’exploiter, mais il faut savoir y faire. Et, à mes yeux, Jennifer Brown a su relever le défi avec brio. Elle nous offre toute une palette de personnages que j’ai trouvés plus ou moins attachants -Nick en tête de liste- et on voit peu à peu l’évolution de Val, qui passe de « victime qui veut juste qu’on lui fiche la paix » à « jeune fille déterminée à retrouver une ville un tant soit peu normale ».

    Quelque chose qui m’a aussi beaucoup plu, c’est la « division » du roman. Il y a trois parties distinctes : le présent, les flash back -qui nous permettent d’en apprendre un peu plus sur Nick, et sur comment Val a pu ne rien prédire de ce qui allait se passer- et les extraits des articles de presse au sujet du drame. On s’y retrouve plutôt bien, parfois même des éléments du passé se mêlent directement au présent -quand une parole, un objet ou une personne lui rappelle Nick, bien souvent- mais je trouve qu’ils sont bien délimités, si l’on peut dire.

    S’il y a une chose que je devrais reprocher au roman, c’est la fin trop… trop trop ? Trop pas assez ? Je trouve ça un peu terminé à la va-vite. Certes, c’est beau ce qu’elle fait, mais je trouve le retournement de situation trop énorme, quelque part. Et puis, la fin, fin, fin, c’est une fin ouverte, qui me frustre quelque peu mais me plaît en même temps : plusieurs questions se soulèvent lorsqu’on ferme le livre, et on aimerait avoir des réponses, mais elles ne nous sont pas données. Libre à nous de les imaginer, alors.

    Il n’empêche que, fin ouverte ou pas, ce roman reste un énorme coup de cœur que je ne regrette pas d’avoir emprunté au CDI !

  • add_box
    Couverture du livre « Tornade » de Jennifer Brown aux éditions Albin Michel Jeunesse

    Sabrina Desremp sur Tornade de Jennifer Brown

    L'avis des Rêveurs et Mangeurs de Papier
    http://revesurpapier.blog4ever.com/tornade-de-jennifer-brown-1

    Quand une tornade détruit tout ce que vous avez...
    Une lecture qui donne un sacré coup !

    Jersey vit à Elisabeth, avec sa mère, son beau-père Ronnie et sa petite soeur Marine. Le soir...
    Voir plus

    L'avis des Rêveurs et Mangeurs de Papier
    http://revesurpapier.blog4ever.com/tornade-de-jennifer-brown-1

    Quand une tornade détruit tout ce que vous avez...
    Une lecture qui donne un sacré coup !

    Jersey vit à Elisabeth, avec sa mère, son beau-père Ronnie et sa petite soeur Marine. Le soir du drame, Jersey était de corvée de ménage à la maison, Ronnie au travail, sa soeur et sa mère au cours de danse. Au moins, Jersey était débarrassée de sa petite soeur trop énergique et casse-pieds, qui ne porte rien d'autre que des justaucorps. Mais ce soir là, une tornade traverse la ville. Jersey se réfugie au sous-sol, sous la table de billard. Jamais elle n'aurait cru vivre ça, malgré les alertes et exercices réguliers, et encore moins toute seule. Lorsque la tempête est passée, Jersey réalise qu'elle a tout perdu en un clin d'oeil. Et où est sa famille?

    C'est un phénomène météorologique exceptionnel et douloureux qui s'abat sur la ville d'Elisabeth. Les routes sont détruites et les maisons arrachées. Et comme beaucoup de gens, la vie de Jersey est dévastée en un effroyable coup de vent. Ne lui reste plus que le sac à main de sa petite soeur, un rouge à lèvres, un paquet de chewing-gum et un chat en porcelaine. D'abord dans l'incertitude concernant la survie des membres de sa famille, on découvre une Jersey qui s'accroche au peu qu'il lui reste. Elle reste un moment dans les ruines de sa maison, attendant le retour de sa famille. Lorsque son beau père réapparaît, la situation est encore plus pénible, alors qu'elle aurait dû logiquement s'arranger avec son retour, nous soulageant au passage.

    Malheureusement, son beau père est trop bouleversé pour se sentir capable de la garder avec lui. Il l'envoie alors chez ses grands parents, à Caster City, où vit son père biologique. C'est une famille qu'elle n'a jamais vu, pour plusieurs raisons et on se rend compte que cette famille (qui devrait être naturellement la sienne) est bien loin de l'être. C'est seulement une famille méprisante, une bande d'inconnus pour Jersey, qui voudrait juste retrouver ses repères. Retourner à Elisabeth, retrouver sa maison, ses amis... Jersey est perdue et on s'inquiète pour son futur. Vers qui doit-elle se tourner? Elle ne sait plus à qui s'accrocher et a l'impression que personne ne veut d'elle. C'est tellement injuste que c'en est très éprouvant. On ne sait pas comment on réagirait à sa place, si tout ce qu'on connaît, tous nos repères partait en fumée...

    J'ai beaucoup aimé les petits souvenirs de sa mère et de sa soeur. Ils sont très touchants et l'aide à surmonter cette terrible épreuve. Ce sont des petits détails qui lui reviennent, qui nous font parfois sourire et qui nous touchent en plein coeur. Jersey a pas mal de regrets lorsqu'elle se les remémore. Elle aurait du réagir différemment dans telle situation, être moins désagréable dans celle ci etc... Mais ce dont elle se souvient est important pour elle, pour garder le lien avec sa vie passée. Du coup, j'ai pleuré comme un bébé au chapitre 29. C'était un passage très attendu et il était parfait. Très émouvant et juste. La pression était telle pendant la lecture que je ne pouvais que fondre en larmes, car Jersey relâche aussi la pression à ce moment là. La toute fin est aussi pleine d'espoir et on ferme le livre en quittant une Jersey plus apaisée.

    Verdict : C'est une lecture impossible à lâcher tant le sort de Jersey nous tient à coeur. Le roman porte bien son nom. Après la tornade, la vie de Jersey est complètement chamboulée et plus rien ne sera comme avant. La jeune fille veut retrouver sa vie passée et le déroulement de l'histoire ne fait que l'en éloigner, injustement. C'est terrible et ça secoue. Comment se reconstruire lorsqu'on a tout perdu? Vers qui se tourner?

  • add_box
    Couverture du livre « Hate list » de Jennifer Brown aux éditions Hachette Jeunesse

    Guillaume Lapertot sur Hate list de Jennifer Brown

    Pour être parfaitement honnête, j'ai commencé cette lecture partagé entre excitation et appréhension. Je ne savais pas où ce roman allait m'emmener, d'où cette pointe de doute quant à la suite.

    Doute rapidement dissipé grâce aux premiers chapitres où le rythme a réussi à me séduire. En effet,...
    Voir plus

    Pour être parfaitement honnête, j'ai commencé cette lecture partagé entre excitation et appréhension. Je ne savais pas où ce roman allait m'emmener, d'où cette pointe de doute quant à la suite.

    Doute rapidement dissipé grâce aux premiers chapitres où le rythme a réussi à me séduire. En effet, les chapitres sont divisés en plusieurs parties qui nous content le présent, le retour de Valérie au lycée, et le passé, le jour de la fusillade. Aucune surprise n'est à découvrir quant au passé étant donné que le lecteur sait quels seront les faits: la fusillade. Cependant, une pointe d'angoisse, qui ne se cessera de grandir, apparaît très rapidement.

    Cet effet on le doit à la plume de l'auteure qui sait à merveille sensibiliser son lectorat à l'histoire qu'elle lui raconte. Sans être directement inclut, le lecteur éprouve, avec un naturel déroutant, les émotions et pensées des personnages. En particulier celle de Valérie..

    Valérie. Difficile de ne pas se mettre dans sa tête pour ressentir l'abandon dans lequel elle se trouve. Ecrire cette liste de personnes dont son petit ami tue une partie devant ses yeux. Toujours devant ses yeux, le voir retourner l'arme contre lui après lui avoir tiré une balle dans la jambe. Se voir accablée de culpabilité, ne recevoir qu'un infime soutien de ses parents, qui de toute évidence la jugent coupable. Et devoir retourner finalement dans ce lycée.
    L'auteure a réussi un coup de maître avec ce personnage et surtout la transmission de ce qu'elle peut ressentir. L'impact est violent sur le lecteur, preuve en est que j'ai ressenti plusieurs malaises pendant cette lecture. J'étais mal. Incroyable.

    Le roman se prolonge ainsi rythmé par les hauts et les bas dans la vie qui dictent la nouvelle vie de Valérie. C'est vraiment une lecture éprouvante, qui jongle entre peines et joies, larmes et rires, angoisses et espoir. D'un chapitre à l'autre, l'intrigue prend un tournant à 180° auquel le lecteur, à l'instar de Valérie, n'est pas préparé.

    La fin reste floue et incertaine jusqu'aux derniers chapitres. Je ne vous dirais pas quel sentiment et message je retiens de ce roman car vous devineriez trop facilement le dénouement.
    Ce que je peux dire en conclusion c'est que Hate List a vraiment été dur à lire pour moi. Qu'il m'a chamboulé, bouleversé, qu'il m'a mis vraiment très mal à plusieurs moments. Jennifer Brown nous offre un parcours de vie qui n'est souhaitable à personne. Il est vraiment indispensable de le découvrir, on en ressort différent.

    http://tribulationsdunevie.weebly.com/je-bouquine-et-je-donne-mon-avis/hate-list-jennifer-brown

  • add_box
    Couverture du livre « Hate list » de Jennifer Brown aux éditions Hachette Jeunesse

    Vanessa DJR sur Hate list de Jennifer Brown

    Mon avis sera bref car relativement négatif.
    Hate List, ou la vie post-tuerie lycéenne de l'instigatrice involontaire de ce drame, fut une réelle déception. Valérie m'a peu touchée, je l'ai trouvée agaçante, sans parler de son horrible famille.
    J'ai trouvé son retour au lycée totalement...
    Voir plus

    Mon avis sera bref car relativement négatif.
    Hate List, ou la vie post-tuerie lycéenne de l'instigatrice involontaire de ce drame, fut une réelle déception. Valérie m'a peu touchée, je l'ai trouvée agaçante, sans parler de son horrible famille.
    J'ai trouvé son retour au lycée totalement invraisemblable et ses nouvelles amitiés aussi.
    Je n'arrive même pas à en parler de manière plus précise, et développer le pourquoi du comment j'ai été déçue, mais le résultat est là.