Jeannette Walls

Jeannette Walls
Jeannette Walls est née à Phœnix, Arizona, en 1960. Jusqu'à la parution de son premier livre, elle était chroniqueuse mondaine, connue du tout New York. Mais Le Château de verre, où elle raconte les péripéties de son enfance mouvementée, est rapidement devenu un best-seller international. Elle vi... Voir plus
Jeannette Walls est née à Phœnix, Arizona, en 1960. Jusqu'à la parution de son premier livre, elle était chroniqueuse mondaine, connue du tout New York. Mais Le Château de verre, où elle raconte les péripéties de son enfance mouvementée, est rapidement devenu un best-seller international. Elle vit en Virginie avec son mari, l'écrivain et journaliste John J. Taylor.

Avis (1)

  • Couverture du livre « Le château de verre » de Jeannette Walls aux éditions Pocket

    Emmanuelle matoussowsky sur Le château de verre de Jeannette Walls

    Une enfance hors du commun : c’est le moins qu’on puisse dire à la lecture de celle de Jeannette Walls, journaliste et chroniqueuse mondaine à New York.
    Des parents aimants mais totalement mais aimants, intelligents mais immatures, excentriques et égocentriques, drôle de passeport pour élever...
    Voir plus

    Une enfance hors du commun : c’est le moins qu’on puisse dire à la lecture de celle de Jeannette Walls, journaliste et chroniqueuse mondaine à New York.
    Des parents aimants mais totalement mais aimants, intelligents mais immatures, excentriques et égocentriques, drôle de passeport pour élever quatre enfants dans les années 60 en Arizona ! C’est pourtant dans ce climat que se déroule l’enfance non-conformiste et non paisible de Jeannette Walls et de ses frères et sœurs, en Arizona d’abord, puis au Nevada et en Virginie de l’Ouest.
    Des parents qui ont résolument opté pour le rejet de la société de consommation, la vie proche de la nature, la liberté de vivre et de penser : le père, ancien pilote de chasse, Géo Trouvetout génial et grande gueule charismatique promet à ses enfants de leur construire un château de verre en plein désert ; la mère, institutrice de formation et artiste a un principe d’éducation simple et unique qui lui permet opportunément de se décharger de ses enfants : quel que soit leur âge, les enfants peuvent bien faire tout ce qu’ils veulent (à part se montrer conformistes) car c’est ainsi qu’ils tirent les leçons de leurs erreurs. Une conception de l’éducation toute personnelle qui forcément conduit à certains excès...
    Jeannette raconte donc les fuites devant les créanciers, les maisons abandonnées en pleine nuit avec leurs affaires, les fins de mois difficiles qui commençaient le premier jour du mois, l’alcool dévastateur, les promesses jamais tenues, les haillons rapiécés, la faim qui les tenaillait, les sandwiches récupérés dans les poubelles de la cantine, les maisons sans salle de bain, mais aussi les histoires mirobolantes, les étoiles offertes pour les anniversaires et l’amour qui unit une famille : une vie de misère et de privations, de bohème et de honte alors que, le plus souvent, les parents auraient eu les moyens de s’en sortir en travaillant …
    Jamais les parents Walls n’ont offert la sécurité la plus élémentaire à leurs 4 enfants ; cependant leur déficience a forgé chez les enfants une volonté et une force de caractère qui leur a permis de s’en sortir. Chacun a réussi à faire sa place au sein d’une société, qu’à la fin de leur vie, leurs parents délaissaient définitivement pour la clochardisation, tout en étant très fiers de leurs enfants !

    J’ai lu ce livre le cœur souvent serré, partagée entre l’indignation, l’émotion, l’ahurissement et la tendresse, alors que si la rancœur ressort quelquefois du terrible récit de Jeannette, jamais il n’y a de misérabilisme.
    Et en le refermant, se posent les questions : l’amour sauve-t-il de tout ? Peut-on pardonner à ses parents ?

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com