Jeanne Cordelier

Jeanne Cordelier
Jeanne Cordelier est née à Paris en 1944. Autodidacte, elle publie en 1976 La Dérobade qui devient instantanément un best-seller. Plus d'une dizaine d'autres romans, dont Reconstruction, viendront étoffer cette ½uvre singulière faite d'authenticité et de pudeur.

Avis (3)

  • Couverture du livre « Escalier F » de Jeanne Cordelier aux éditions Phebus

    Elizabeth Neef-Pianon sur Escalier F de Jeanne Cordelier

    Jeanne Cordelier (alias Dany) est la troisième d’une fratrie de six enfants.
    Ils se retrouvent lors de l’enterrement du cinquième.
    L’auteur mêle alors ses souvenirs au récit de la vie de ses frères et de sa sœur.
    Que c’est noir, que c’est sombre, que c’est désespérant.
    Mais que c’est bien...
    Voir plus

    Jeanne Cordelier (alias Dany) est la troisième d’une fratrie de six enfants.
    Ils se retrouvent lors de l’enterrement du cinquième.
    L’auteur mêle alors ses souvenirs au récit de la vie de ses frères et de sa sœur.
    Que c’est noir, que c’est sombre, que c’est désespérant.
    Mais que c’est bien écrit.
    Dès la première page, le tableau familial est brossé, sans concessions, sans faux-semblants, sans misérabilisme.
    Une fratrie solidaire dans un milieu défavorisé. « Notre enfance calamiteuse »
    Six enfants meurtris.
    Un père qui cogne, qui abuse de ses filles.
    Une mère incapable d’aimer parce qu’ « on lui avait coupé les ailes »
    Petit à petit, au fil des pages se dessine le portrait et la vie de chacun, les souvenirs refluent ; ça suinte la misère humaine, ça oscille entre sordide et désespérance.
    Alcoolisme, drogue, coups, déchéance, sida, pédophilie…. Aucun n’est épargné.
    Noirceur des situations et force de l’amour entre frères et sœurs sont omniprésents.
    Le temps du récit, qui s’étale sur plusieurs années, la sœur, le beau-frère, un autre frère puis la mère mourront à leur tour. Le cercle se rétrécit.
    C’est un récit noir, dur. Il faut en interrompre la lecture régulièrement pour ne pas sombrer dans le cafard
    Quel courage a eu Jeanne Cordelier de raconter tout ça. Quelle nécessité aussi pour ne pas tout garder en elle. Parce que trop, c’est trop !
    Et ce qui aurait pu être une autobiographie pathétique est un témoignage fort, lucide, plein d’amour où chaque mot frappe juste
    C’est comme un hommage qu’elle ferait à ces paumés de la vie que l’on aime avec elle.
    Et quel bel hommage !

    Une autobiographie réussie, sincère qui ne peut laisser indifférent.

  • Couverture du livre « La dérobade » de Jeanne Cordelier aux éditions Phebus

    Françoise Gosselin sur La dérobade de Jeanne Cordelier

    Un bon bouquin, une histoire vraie, bouleversante. Très bonne adaptation au ciné également, Miou Miou superbe dans ce rôle

    Un bon bouquin, une histoire vraie, bouleversante. Très bonne adaptation au ciné également, Miou Miou superbe dans ce rôle

  • Couverture du livre « Reconstruction » de Jeanne Cordelier aux éditions Libretto

    Laura VANEL-COYTTE sur Reconstruction de Jeanne Cordelier

    Pour qui a lu et vu la dérobade,, ce livre doit être lu.
    Une femme comme je les aime

    Pour qui a lu et vu la dérobade,, ce livre doit être lu.
    Une femme comme je les aime

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com