Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jeanne Benameur

Jeanne Benameur
Jeanne Benameur est née en Algérie en 1952. Sa famille gagne la France en 1958 pour s'installer à La Rochelle. Elle vit à La Rochelle et consacre l'essentiel de son temps à la littérature : roman, théâtre, poésie. Elle a publié de nombreux romans pour la jeunesse, essentiellement chez Thierry Mag... Voir plus
Jeanne Benameur est née en Algérie en 1952. Sa famille gagne la France en 1958 pour s'installer à La Rochelle. Elle vit à La Rochelle et consacre l'essentiel de son temps à la littérature : roman, théâtre, poésie. Elle a publié de nombreux romans pour la jeunesse, essentiellement chez Thierry Magnier. Elle est aussi l'auteur de romans pour adultes parmi lesquels : Les Demeurées (Denoël, 2001 ; Folio), Présent ? (Denoël, 2006), Laver les ombres (Actes Sud, 2008, prix du livre en Poitou-Charentes ; Babel n° 1021), Les Reliques (Babel n° 1049) et Les Insurrections singulières (Actes Sud, 2011).

Articles en lien avec Jeanne Benameur (2)

  • #Reportage : nos lecteurs participent aux salons littéraires
    #Salon : Quand les lecteurs rencontrent les auteurs

    Quand nos lecteurs participent aux salons littéraires Retrouvez leur reportage : Lire en Poche à Gradignan, la fête du livre au Château du Clos de Vougeot, La Fête du livre de Merlieux, Lisle Noir, les vendanges du Polar,

  • "Otages intimes" de Jeanne Benameur (Actes Sud)
    #Chronique : "Otages intimes", prisonnier de sa liberté

    Étienne, photographe de guerre pris en otage par des hommes qui l'ont poussé dans une voiture, a passé des mois dans une petite pièce où il était entravé, pieds attachés, yeux bandés. Mais aujourd'hui, il est libre… ou plus exactement, il parcourt le chemin qui le mène de la captivité à la liberté.  

Avis sur cet auteur (112)

  • add_box
    Couverture du livre « Les mains libres » de Jeanne Benameur aux éditions Gallimard

    Catherine saunier sur Les mains libres de Jeanne Benameur

    Et l'on retrouve le style et la poésie de Jeanne Benameur ... Encore un petit bijou !

    Et l'on retrouve le style et la poésie de Jeanne Benameur ... Encore un petit bijou !

  • add_box
    Couverture du livre « Les insurrections singulières » de Jeanne Benameur aux éditions Actes Sud

    Denis Arnoud sur Les insurrections singulières de Jeanne Benameur

    Antoine a la quarantaine et il revient vivre chez ses parents. Karima, sa compagne l'a mis à la porte, l'usine dans laquelle il travaille est au bord de la fermeture. Antoine est perdu dans sa vie. Il l'a toujours été. Il a toujours trouvé la vie de ses parents trop étriquée pour lui. Une vie...
    Voir plus

    Antoine a la quarantaine et il revient vivre chez ses parents. Karima, sa compagne l'a mis à la porte, l'usine dans laquelle il travaille est au bord de la fermeture. Antoine est perdu dans sa vie. Il l'a toujours été. Il a toujours trouvé la vie de ses parents trop étriquée pour lui. Une vie se résumant à un travail harassant pour son père à l'usine et la gestion de la maison pour sa mère. Une petite vie à l'image des maquettes que son père fabrique lors de son temps libre

    "Les maquettes, c'était le monde en miniature, un monde qui tenait dans le creux d'une main. Réduit. Moi, le monde, je le voulais grand. Pas réduit.
    Et ma respiration se cognait contre les bords."


    Depuis qu'il est tout enfant, Antoine a ce désir d'ailleurs, d'autre chose, un désir non articulé qui se manifeste par la rage. La rage contre l'usine qui détruit son père, la rage contre ses parents qui ne cherchent pas à se sortir de leur petite vie, la rage contre son incapacité à communiquer avec Karima. il n'arrive à se fixer sur rien. Il entreprend des études dans divers domaines qui ne mènent à rien, il lâche en cours de route. Ce qui le passionne ce sont les mots et les pierres. Il aurait aimé être architecte mais ne s'en est jamais donné les moyens. Comme avec les mots qu'Antoine n'arrive pas à articuler entre eux avec Karima, il n'arrive pas à articuler ses désirs, ses projets. Les seules occasions où il trouve les mots, c'est en groupe à l'usine, ce sont des mots engendrés par sa rage, des mots violents à l'égard des actionnaire qui veut délocaliser la production au Brésil.

    Un dimanche matin Antoine accompagne sa mère sur le marché où elle tient un étal de mercerie pour arrondir les fins de mois. Il y fait la connaissance de Marcel, ami et voisin de ses parents, qui vend des livres sur les marchés. Avec Marcel, il va découvrir les livres, ces livres qui vont l'attirer dans ce joyeux désordre qu'est la maison de Marcel. L'homme va le prendre sous son aile, l'aider à poser des mots sur ses maux, l'aider à oublier sa rage, à articuler ses désirs. Ils vont partir tous les deux pour le Brésil sur les lieux-mêmes ou les emplois vont être délocalisés. Un voyage à la découverte des autres, à la découverte de lui-même, un voyage renaissance.

    Les insurrections singulières sur fond de délocalisation et de tensions dans le monde du travail est un roman sur la révolution personnelle. Un roman sur la recherche des mots à poser sur ses maux, sur l'exploration de ce qu'il y a de plus obscur en nous, pour en faire jaillir la lumière, sur la nécessité de ce voyage intérieur pour vivre sa vie, et non celle qui nous est imposée par les événements ou le milieu social. Un roman fort, bouleversant, plein d'espoir porté par la plume exceptionnelle de Jeanne Benameur. Un style plein de rythme, de souffle, d'émotion, de sincérité. Un livre qui m'a secoué profondément, un gros coup de coeur et la découverte d'une auteure dont je vais rapidement lire les autres romans.

    "Dans les toilettes du bar, je pleure comme un môme.
    De tout.
    De ce monde où je ne peux serrer dans mes bras une femme qui n'est pas morte et que j'aime toujours.
    De ce monde où un vieux types aux cheveux blancs va lire sur une tombe de banlieue des pages et des pages depuis des années.
    De ce monde où je suis en RTT forcées et où je n'ai plus envie d''aller me battre contre des moulins.
    De ce monde où Franck et tant d'autres ne savent plus que dire à leurs mômes pour tracer une route de vie.
    De ce monde que mes parents vont quitter un jour aussi humblement qu'ils l'ont habité.
    Je pleure."

    "Tu vois, moi j'ai des passions, les livres, ça me sauve... je traverse mes temps morts avec des gens qui ont oeuvré pour ça, ceux qui ont écrit... je les aime et je leur suis infiniment reconnaissant du temps passé devant leur table... ils m'aident à traverser. Et qu'eux soient morts ou vivants, ça n'a plus aucune importance. J'ai le livre en main et c'est du carburant pour ma vie à moi. C'est pour ça que j'en fais le commerce, je ne connais pas de meilleur commerce."

    "Aujourd'hui je sais que les zones obscures sont des zones pleines et que les mots, les vrais, c'était là qu'ils étaient à attendre."

  • add_box
    Couverture du livre « Les insurrections singulières » de Jeanne Benameur aux éditions Actes Sud

    Anne Marie PHILIPPE sur Les insurrections singulières de Jeanne Benameur

    Ce roman est une réflexion sur le sens de la vie. Pour Antoine, les soucis se cumulent, sa compagne lui demande de quitter sa vie, l’usine où il travaille est en difficulté économique et les licenciements se dessinent dans un avenir proche. Sans toit, il retourne vivre chez ses parents,...
    Voir plus

    Ce roman est une réflexion sur le sens de la vie. Pour Antoine, les soucis se cumulent, sa compagne lui demande de quitter sa vie, l’usine où il travaille est en difficulté économique et les licenciements se dessinent dans un avenir proche. Sans toit, il retourne vivre chez ses parents, s’interroge sur ses choix de vie et son avenir lui paraît sans beaucoup d’intérêt. L’usine est délocalisée au Brésil, il décide de partir à la rencontre de ces ouvriers Brésiliens. Ce départ lui permettra de rebondir… Un peu déçue de ce petit roman, et puis j’avais tant aimé « les demeurées », celui-ci m’a semblé bien insipide, il ne laissera pas de trace dans ma mémoire.

  • add_box
    Couverture du livre « Les demeurées » de Jeanne Benameur aux éditions Gallimard

    Anne Marie PHILIPPE sur Les demeurées de Jeanne Benameur

    Les Demeurées est le premier roman pour adultes que signe Jeanne Benameur. Auparavant, elle a publié de la poésie (Naissance de l'oubli), des pièces de théâtre (Fille d'Ulysse) et des nouvelles (Une bouffée de lilas), mais surtout de nombreux ouvrages pour la jeunesse (...Ça t'apprendra à...
    Voir plus

    Les Demeurées est le premier roman pour adultes que signe Jeanne Benameur. Auparavant, elle a publié de la poésie (Naissance de l'oubli), des pièces de théâtre (Fille d'Ulysse) et des nouvelles (Une bouffée de lilas), mais surtout de nombreux ouvrages pour la jeunesse (...Ça t'apprendra à vivre), tous profondément ancrés dans l'humain.
    Les demeurées, ce sont une idiote du village et sa fille. Entre ces deux êtres d'infortune, nulle parole. Leur amour est silencieux, bâti sur leur seule présence l'une à l'autre. Leur vie recluse, solitaire, doit cependant prendre fin lorsque la petite Luce prend le chemin de l'école. Là, le monde l'attend et mademoiselle Solange, l'institutrice, est décidée à rompre l'ignorance, à faire jaillir les mots. La Varienne et sa fille vivent cette intrusion de l'extérieur comme une menace. Ensemble, elles renforceront leur lien qui les unit : un amour quasi mystique, indéfectible, originel. Beaucoup d'émotions dans ce livre