Jean Rouaud

Jean Rouaud

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Kiosque » de Jean Rouaud aux éditions Grasset Et Fasquelle

    yves MONTMARTIN sur Kiosque de Jean Rouaud

    Dans ce roman, Jean Rouaud nous raconte l'époque où il vendit des journaux dans un kiosque situé rue de Flandre à Paris de 1983 à 1990.

    L'auteur tel La Bruyère dans les « Caractères » nous dresse avec humour et tendresse des portraits savoureux de ceux qui fréquentaient le kiosque. Tout...
    Voir plus

    Dans ce roman, Jean Rouaud nous raconte l'époque où il vendit des journaux dans un kiosque situé rue de Flandre à Paris de 1983 à 1990.

    L'auteur tel La Bruyère dans les « Caractères » nous dresse avec humour et tendresse des portraits savoureux de ceux qui fréquentaient le kiosque. Tout d'abord P. le gérant petit homme à la barbe roussie par sa pipe, un homme pacifique, méticuleux, honnête, se contentant de brandir ses convictions quand il a un coup dans le nez. Ensuite Chirac un SDF et Norbert son copain communiste, tels Laurel et Hardy toujours se chamaillant. Claude, un vieil homo provocateur, qui devant le kiosque s'extasie devant des photos d'hommes nus. Bien d'autres personnages vont compléter cette galerie.

    Un récit nostalgique donc de ce Paris populaire où les habitués chaque matin analysent les actualités du jour, internationales, nationales ou les potins du quartier dans la diversité des opinions, mais sans aucun ressentiment afin de maintenir un esprit de tolérance.

    Jean Rouaud, prix Goncourt en 1990 pour les « Champs d'honneur » a choisi ce métier essentiellement alimentaire dans le long et obscur chemin de l'apprenti écrivain qui a tout misé sur son écriture, essuyant refus sur refus des éditeurs et espérant toujours le salut.

    L'auteur nous dépeint le dur travail du kiosquier, la température, glaciale l'hiver, brûlante l'été, ni chauffage, ni toilettes, un local de plus en plus exigu face à l'inflation galopante des revues publiées. Mais aussi son rôle social en participant à l'animation du quartier, en brisant la solitude de certains, une sorte de café du commerce de la culture.

    Jean Rouaud évoque aussi la fin de l'âge d'or de la presse avec l'arrivée concomitante des journaux gratuits, des versions numériques des publications et d'internet, une mort clinique inévitable.

    Mais souvent ce livre devient long et ennuyeux, car l'auteur part dans des digressions par exemple sur la modernité dont le centre Beaubourg et la pyramide du Louvre sont les piliers ou sur les Haïkus, petits poèmes japonais en trois vers et aussi sur quelques personnages célèbres.

    Quel dommage que Jean Rouaud ne se soit pas contenté d'évoquer simplement ce petit théâtre, petite lucarne à travers laquelle il apercevait les scènes de la vie quotidienne, cela aurait été dans ce cas un véritable coup de coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Kiosque » de Jean Rouaud aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Laulau06_M_lire etdécouvrir sur Kiosque de Jean Rouaud

    L'histoire se situe dans la rue de Flandre à Paris entre 1983 et 1990, un kiosque, d'architecture moderne, exigu, fenêtre ouverte sur rue (sans toilette,ni chauffage) où différents kiosquiers se relayent et notamment Mr Rouaud.
    Il a exercé ce métier pendant 7 ans, il essuyait régulièrement des...
    Voir plus

    L'histoire se situe dans la rue de Flandre à Paris entre 1983 et 1990, un kiosque, d'architecture moderne, exigu, fenêtre ouverte sur rue (sans toilette,ni chauffage) où différents kiosquiers se relayent et notamment Mr Rouaud.
    Il a exercé ce métier pendant 7 ans, il essuyait régulièrement des lettres d'éditeurs négatives, jusqu'à son premier roman "les champs d'honneur" qui a reçu le prestigieux Prix Goncourt.
    Il raconte en ce lieu rempli de presses écrites et de magazine aussi différents que les personnages (meltin pot de nationalités : yougoslave, vietnmien, etc...) leur déboire, leur état d'âme, leur vie. Certains comme Mr Chirac, le SDF qui attend despéremment un logement par la mairie de Paris ou Norbert, le communiste, un peu dérouté devant cette nouvelle pyramide (le Louvre) en ficelle que la "ville offrait comme un leurre politique aux badauds" sont désemparés face à ce début de modernité.
    *************
    Ce livre s'adresse à un lecteur aguerri et éveillé, il déroute par la logorrhée de l'auteur : phrases longues, complexes, boulimie de sens et d'idée.
    Il reste quand même une belle histoire, une beauté d'humanité, une histoire vraie où l'on s'intéresse à ce que l'auteur raconte surtout parceque c'est autobiographique.

  • add_box
    Couverture du livre « Kiosque » de Jean Rouaud aux éditions Grasset Et Fasquelle

    carole laulhere sur Kiosque de Jean Rouaud

    Avec Kiosque, Jean Rouaud livre un kaléidoscope de la société parisienne du 19e arrondissement dans les années 1980, à travers le prisme d’un kiosque à journaux. N’est-il pas meilleur lieu pour sentir et analyser la diversité de la population, l’intimité des habitants ? En clair : une analyse...
    Voir plus

    Avec Kiosque, Jean Rouaud livre un kaléidoscope de la société parisienne du 19e arrondissement dans les années 1980, à travers le prisme d’un kiosque à journaux. N’est-il pas meilleur lieu pour sentir et analyser la diversité de la population, l’intimité des habitants ? En clair : une analyse politique de la cité nous est livrée ici.

    Les personnages sont hauts en couleurs et en sensibilité. Les mots sonnent justes, le récit est des plus vivant. On sent du respect et de la considération de la part de l’auteur pour les habitants de ce quartier.

    On peut également y voir un plaidoyer pour les kiosques comme lieu de lien social qui luttent pour ne pas disparaître du paysage urbain, et probablement de façon plus générale pour tous ces lieux humains qui s’effacent peu à peu de nos vies.

    Enfin, Jean Rouaud nous interroge sur tous ces métiers de l’ombre, aux conditions de travail difficiles, qui permettent juste de survivre. L’auteur en parle d’autant mieux qu’il a été lui-même kiosquier le temps de l’écriture de son livre Les champs d’honneur qui lui valut le prix Goncourt.

    Vous l’aurez compris : un livre engagé, courageux, politique mais jamais polémique !
    https://accrochelivres.wordpress.com/2019/04/08/kiosque-jean-rouaud/

  • add_box
    Couverture du livre « Kiosque » de Jean Rouaud aux éditions Grasset Et Fasquelle

    fflo sur Kiosque de Jean Rouaud

    https://ffloladilettante.wordpress.com/2019/02/23/kiosque-de-jean-rouaud/
    Dans ce joli récit tout empreint de nostalgie Jean Rouaud se rappelle ses 7 années de kiosquier parisien pendant lesquelles il a côtoyé tout le petit peuple d'autochtones et d'immigrés qui a forgé l'écrivain qu'il est...
    Voir plus

    https://ffloladilettante.wordpress.com/2019/02/23/kiosque-de-jean-rouaud/
    Dans ce joli récit tout empreint de nostalgie Jean Rouaud se rappelle ses 7 années de kiosquier parisien pendant lesquelles il a côtoyé tout le petit peuple d'autochtones et d'immigrés qui a forgé l'écrivain qu'il est devenu. Il leur rend un bel hommage plein de tendresse dans cette immersion dans les années 1980. Cet emploi uniquement alimentaire devait lui laisser du temps et l'esprit libre pour devenir l'écrivain qu'il se rêvait d'être, mais cette expérience va faire de lui un écrivain bien différent. Dans un style travaillé avec des phrases souvent très longues, en se répétant parfois, il nous parle de ses doutes, ses idéaux d'écriture de jeune homme, ses réflexions sur les écrivains, les éditeurs, son enfance. Nous assistons au lent processus d'élaboration de son roman de veine autobiographique Les Champs d'honneur qui obtiendra le prix Goncourt en 1990.
    Ce livre est plein d'humanité, de sensibilité, de générosité, de bon sens, d'humour. Certains ont parlé de comédie humaine et s'est bien ce que j'ai ressenti.