Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean Rolin

Jean Rolin
Né en 1949 à Boulogne-Billancourt, Jean Rolin a passé son enfance entre la Bretagne et le Sénégal. Son oeuvre, qui se construit ici et ailleurs, fait alterner romans et récits. Il a publié une vingtaine d'ouvrages, dont L'Organisation (Gallimard, prix Médicis 1996), L'Explosion de la durite (2007... Voir plus
Né en 1949 à Boulogne-Billancourt, Jean Rolin a passé son enfance entre la Bretagne et le Sénégal. Son oeuvre, qui se construit ici et ailleurs, fait alterner romans et récits. Il a publié une vingtaine d'ouvrages, dont L'Organisation (Gallimard, prix Médicis 1996), L'Explosion de la durite (2007) et Un chien mort après lui (2009), tous deux chez POL.

Avis sur cet auteur (35)

  • add_box
    Couverture du livre « Le ravissement de Britney Spears » de Jean Rolin aux éditions Gallimard

    Clo Brion de VANDROMME sur Le ravissement de Britney Spears de Jean Rolin

    Jean Rolin, l'Homme qui marche. Infatigable, à travers tous les mondes. Et son nouveau roman, dont le narrateur, agent secret, a pour mission de prévenir une tentative d'assassinat sur la personne de Britney Spears, se déroule à Los Angeles, mégalopole dédiée aux stars et déplacements...
    Voir plus

    Jean Rolin, l'Homme qui marche. Infatigable, à travers tous les mondes. Et son nouveau roman, dont le narrateur, agent secret, a pour mission de prévenir une tentative d'assassinat sur la personne de Britney Spears, se déroule à Los Angeles, mégalopole dédiée aux stars et déplacements automobiles. Sauf pour l'auteur, incurable piéton urbain, incollable des horaires de cars dont il reconnaît par avance le numéro aux bruits du moteur et la couleur qu'il partage avec les femmes de ménage hispaniques, les fous et handicapés. Une balade extravagante dans l'industrie du spectacle, miroir d'une société armée de paparazzis cyniques et désabusés, de tabloïds et autres excès. Mais aussi, percevoir, entendre et reconnaître l'oiseau moqueur des parcs de cette jungle des temps modernes.
    Un roman d'espionnage au nom de code «Poisson d'avril» - ce qui ne prouve rien - débordant d'humour, d'intelligence et d'une rare acuité.
    Un excellent Rolin, jubilatoire.

  • add_box
    Couverture du livre « Un chien mort après lui » de Jean Rolin aux éditions Gallimard

    Etienne Ducroc sur Un chien mort après lui de Jean Rolin

    Olivier Rolin, ex grand reporter à Libé, a cette écriture dépouillée et blanche que l'on admire (ou qui agace). Il a surtout eu l'idée géniale avec ce tour du monde de raconter la guerre, les pays du tiers-monde, toutes ces zones en marge, à travers les chiens. Une parabole prend alors forme :...
    Voir plus

    Olivier Rolin, ex grand reporter à Libé, a cette écriture dépouillée et blanche que l'on admire (ou qui agace). Il a surtout eu l'idée géniale avec ce tour du monde de raconter la guerre, les pays du tiers-monde, toutes ces zones en marge, à travers les chiens. Une parabole prend alors forme : celle du devenir canin de l'homme, l'homme qui traite trop souvent son semblable comme un chien... Et de se réapproprier pour ainsi dire la morale Hobbesiennne : L'homme est un chien pour l'homme !

  • add_box
    Couverture du livre « Un chien mort après lui » de Jean Rolin aux éditions Gallimard

    Clo Brion de VANDROMME sur Un chien mort après lui de Jean Rolin

    Suivant la trace de chiens errants aux quatre coins du monde, le dernier livre de Jean Rolin se savoure comme une invitation au voyage, bien loin des clichés touristiques ! Du Turkménistan au désert australien via Moscou, Miami, Bangkok et bien d'autres, l'auteur nous conduit dans l'errance,...
    Voir plus

    Suivant la trace de chiens errants aux quatre coins du monde, le dernier livre de Jean Rolin se savoure comme une invitation au voyage, bien loin des clichés touristiques ! Du Turkménistan au désert australien via Moscou, Miami, Bangkok et bien d'autres, l'auteur nous conduit dans l'errance, tant des chiens que des hommes et leurs désordres partagés à voir de l'autre côté du miroir.
    De ces chroniques mosaïques où se côtoient avec bonheur Flaubert, Malaparte, Lowry, spécialistes de canidés, cireur de chaussures, gardiens de clôture, terrains vagues, ports, palais, décombres et autres places désertes, les chiens féraux (ceux qui errent en toute liberté, sans domicile, sans maître ni puce... électronique !) sortent de l'ombre, agressifs ou indifférents, rhétoriques ou réels, bien ou plutôt maltraités, sous le regard attentif quoique parfois apeuré mais plein d'humour d'un écrivain restant lui-même un électron libre.

Ils suivent Jean Rolin

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !