Jean Ray

Jean Ray
Jean Ray (1887-1964), né et mort à Gand (Belgique), s'est imposé dès les années 1920 comme un maître de l'étrange, de l'imaginaire et du fantastique d'expression française. Il reprend et développe également la série des aventures de Harry Dickson. Ses principales œuvres romanesques, notamment Mal... Voir plus
Jean Ray (1887-1964), né et mort à Gand (Belgique), s'est imposé dès les années 1920 comme un maître de l'étrange, de l'imaginaire et du fantastique d'expression française. Il reprend et développe également la série des aventures de Harry Dickson. Ses principales œuvres romanesques, notamment Malpertuis (1943), ont été traduites dans le monde entier. Jean Ray s'inscrit dans la lignée d'Hoffmann, de Poe et de Lovecraft.

Avis (4)

  • Couverture du livre « La cité de l'indicible peur » de Jean Ray aux éditions Alma Editeur

    Bookliseuse sur La cité de l'indicible peur de Jean Ray

    Sidney Terence triggs surnommé sigma Triggs est un policier relégué au fin fond d'un bureau de police, une mise au placard due à ces multiples gaffes quand il était sur le terrain.
    Une fois à la retraite il décide de s'installer à Ingersham où il a hérité d'une maison.

    Hors, cette petite...
    Voir plus

    Sidney Terence triggs surnommé sigma Triggs est un policier relégué au fin fond d'un bureau de police, une mise au placard due à ces multiples gaffes quand il était sur le terrain.
    Une fois à la retraite il décide de s'installer à Ingersham où il a hérité d'une maison.

    Hors, cette petite ville perdue au milieu de nulle part et la scène de plusieurs disparitions étranges, et d'apparition de fantôme et d'horribles créatures.
    Dès les premières pages du roman on ressent  l'ambiance de peur qui flotte sur cette ville.

    Après la disparition étrange de 3 soeurs, et à la demande du maire, Triggs décide d'enquêter, en effet n'est t'il pas un fameux enquêteur du Yard, du moins c'est ce que pense la population de cette ville, sans qu'il ait réussi à les détromper.

    Les habitants vivent dans la terreur, la peur des "Ils", qu'ils n'ont jamais vu mais dont on entend parler depuis des années, déjà avant eux leurs parents en avaient peur.

    Après une succession de meurtre et tentative sur sa propre vie, Triggs décide de demander de l'aide à Basket un inspecteur de Scotland Yard

    Je qualifierais ce livre de roman sombre, il y règne une impression d'être dans l'obscure, d’étouffer, l'auteur réussi à installer une ambiance bien particulière. J'avais vraiment la sensation que sur cette ville ne brillait pas un seul rayon de soleil, qu'il y faisant tout le temps sombre. D'être observée...
    La fin est une explosion de génie, brillante, ma partie préférée, ce livre vaut la peine d'être lu non seulement pour cette fin si brillante mais aussi pour l'ambiance que l'auteur réussi à installer par des mots soigneusement choisis.

  • Couverture du livre « Bande de l'araignee, suivi de : les spectres bourreaux (la) » de Jean Ray aux éditions J'ai Lu

    Virginie Vuidart sur Bande de l'araignee, suivi de : les spectres bourreaux (la) de Jean Ray

    petit polar que j'ai lu au collège. Agréable. Bonne intrigue.

    petit polar que j'ai lu au collège. Agréable. Bonne intrigue.

  • Couverture du livre « Harry Dickson t.10 ; les tableaux hantés » de Jean Ray aux éditions Le Cri

    Pauline Bacquelin sur Harry Dickson t.10 ; les tableaux hantés de Jean Ray

    Mon préféré de Jean Ray.

    Mon préféré de Jean Ray.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com