Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Paul Didierlaurent

Jean-Paul Didierlaurent
Jean-Paul Didierlaurent habite dans les Vosges. Nouvelliste exceptionnel lauréat de nombreux concours, trois fois finaliste et deux fois lauréat du Prix Hemingway, Le Liseur du 6h27 est son premier roman.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Jean-Paul Didierlaurent (4)

Avis sur cet auteur (119)

  • add_box
    Couverture du livre « Le liseur du 6h27 » de Jean-Paul Didierlaurent aux éditions Au Diable Vauvert

    Christine GAZO sur Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent

    Décalé, poétique... Jolie lecture !

    Décalé, poétique... Jolie lecture !

  • add_box
    Couverture du livre « Le reste de leur vie » de Jean-Paul Didierlaurent aux éditions Au Diable Vauvert

    Mireille B sur Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent

    Pour l’histoire, les commentaires écrits par les lecteurs précédents sont suffisamment explicites pour ne pas en rajouter une couche. Je me permets juste une petite réflexion, dommage qu’à la lecture de certains, la fin est presque dévoilée, car elle est le côté positif de mon avis. En effet, à...
    Voir plus

    Pour l’histoire, les commentaires écrits par les lecteurs précédents sont suffisamment explicites pour ne pas en rajouter une couche. Je me permets juste une petite réflexion, dommage qu’à la lecture de certains, la fin est presque dévoilée, car elle est le côté positif de mon avis. En effet, à partir d’un certain voyage, on imagine la suite et je rejoins la plupart des amis lecteurs, on se senti bien en refermant le livre.

    Malgré cela, je mettrais un petit bémol à l’ensemble -histoire, écriture, style- parce que « le liseur du 6H27 » du même auteur, m’a laissé un tel souvenir que je cherchais les mêmes émotions…. Que je n’ai pas trouvées dans ce roman. En revanche, il m’a paru beaucoup plus naïf, jolie histoire, beaux personnages, bref, trop « gentillet ». Pas à la hauteur du précédent, simplement.

  • add_box
    Couverture du livre « Le reste de leur vie » de Jean-Paul Didierlaurent aux éditions Au Diable Vauvert

    Line Begot sur Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent

    Un très bon roman sur la mort, mais une lecture qui apaise et fait du bien. j'ai passé de très bons moment avec les personnages de cette tendre histoire.

    Un très bon roman sur la mort, mais une lecture qui apaise et fait du bien. j'ai passé de très bons moment avec les personnages de cette tendre histoire.

  • add_box
    Couverture du livre « Le reste de leur vie » de Jean-Paul Didierlaurent aux éditions Au Diable Vauvert

    Mélanie D. sur Le reste de leur vie de Jean-Paul Didierlaurent

    Comme l’année dernière, j’ai eu l’occasion de pouvoir participer à l’opération #Explobook. Déjà en 2015, ma participation s’était faite autour d’un recueil de nouvelles de Jean-Paul Didierlaurent, "Macadam". En voyant son nouveau roman dans la liste proposée, c’est donc sans hésiter que j’ai...
    Voir plus

    Comme l’année dernière, j’ai eu l’occasion de pouvoir participer à l’opération #Explobook. Déjà en 2015, ma participation s’était faite autour d’un recueil de nouvelles de Jean-Paul Didierlaurent, "Macadam". En voyant son nouveau roman dans la liste proposée, c’est donc sans hésiter que j’ai tenté ma chance pour explorer encore une fois un livre de l’auteur.

    Ambroise est thanatopracteur, il embaume les corps des défunts pour le compte d’une entreprise de pompes funèbres. Homme plutôt solitaire, sans plus aucun contact avec son père, éminent médecin duquel il s’est éloigné avec l’âge, il n’a pour seul famille que sa grand-mère Beth. Manelle est aide à domicile. Elle se rend quotidiennement chez des personnes âgées, parmi lesquelles Samuel Dinsky. Plus qu’une aide, un véritable lien s’est créé entre le vieux monsieur et Manelle. Rien ne devait amener ces deux binômes à se rencontrer, et c’est pourtant ensemble qu’ils vont se lancer dans un voyage complètement improbable, au dénouement plus que surprenant…

    Ce que j’avais entrevu de l’histoire avant même d’ouvrir le roman avait grandement éveillé ma curiosité. Au début, les chapitres se succèdent, racontent alternativement le quotidien d’Ambroise et de Manelle. Deux solitaires, deux personnes qui semblent avoir renoncé à une part d’elles-mêmes et à leurs vies personnelles pour accompagner les autres, pour rendre la fin de vie et la mort plus douces. C’est un invraisemblable road-trip vers la Suisse, accompagnés de Beth et de Samuel Dinsky, qui va tous les réunir…

    Jean-Paul Didierlaurent semble avoir un don pour mettre en avant des personnages à la fois uniques et semblables à tout à chacun avec talent. Les personnages sont attachants et singuliers. Le lecteur ressentira au fil des pages beaucoup de tendresse et d’empathie envers tous ces protagonistes que rien ne semblait devoir réunir. Ce roman se démarque également par les thèmes qu’il aborde : la vieillesse, la mort, et la façon dont chaque personne, jeune ou moins jeune, vit au travers de ces sujets. Une originalité qui n’a pourtant rien de triste et de glauque. Au contraire, c’en devient émouvant de justesse et de sincérité.

    "Le reste de leur vie" n’est pas un roman « feel good » au sens où on l’entend actuellement, mais c’est un livre qui fait quand même du bien à celui qui le lit. Il redonne foi en la vie et en l’être humain, bon et tourné vers son prochain, jusqu’au bout. Malgré la sensibilité des thèmes abordés, ce livre vous procurera de bonnes bouffées d’espoir, de surprise et de rebondissements. Plus la fin approche, plus notre cœur se serre à l’idée de se séparer de tout ce petit monde…

    Et une fois le livre refermé, le titre du roman prend alors un sens que nous n’aurions pas imaginé. On comprend alors qu’à tout instant de la vie, le hasard peut décider de changer le cours de destins que l’on pensait tout tracés…

    Incontestablement, "Le reste de leur vie" est un livre qui ne pourra pas vous laisser indifférent…

    Un grand merci à Lecteurs.com et aux éditions Au Diable Vauvert.