Jean-Paul Delfino

Jean-Paul Delfino

Jean-Paul Delfino, romancier et scénariste, vit et travaille à Aix-en-Provence. Il a publié Corcovado (2005, Prix Amerigo Vespucci), Dans l'ombre du Condor (2006), Samba triste (2007), Zumbi (2009), Pour tout l'or du Brésil (2011), Pour l'amour de Rio (2012) et Brasil (2013). Il est aussi scénari...

Voir plus

Jean-Paul Delfino, romancier et scénariste, vit et travaille à Aix-en-Provence. Il a publié Corcovado (2005, Prix Amerigo Vespucci), Dans l'ombre du Condor (2006), Samba triste (2007), Zumbi (2009), Pour tout l'or du Brésil (2011), Pour l'amour de Rio (2012) et Brasil (2013). Il est aussi scénariste (notamment de United Passions, un film sur l'histoire de la FIFA avec Gérard Depardieu et Tim Roth, dont la sortie est prévue en juin 2014 à l'occasion de la coupe du monde de football au Brésil). Il est également l'auteur de deux ouvrages sur la musique populaire brésilienne qui font aujourd'hui référence, Brasil bossa nova et Brasil a música.

Articles en lien avec Jean-Paul Delfino (2)

Avis sur cet auteur (22)

  • add_box
    Couverture du livre « Assassins ! » de Jean-Paul Delfino aux éditions Heloise D'ormesson

    Dominique Sudre sur Assassins ! de Jean-Paul Delfino

    En cette nuit du 28 septembre de 1902, alors qu’il est couché dans son lit, Zola ressent douleurs et malaises, sa femme également. Il mourra finalement au petit matin, asphyxié par un poêle à bois défectueux. Mais pour nous Jean-Paul Delfino fait une incursion dans les pensées du célèbre...
    Voir plus

    En cette nuit du 28 septembre de 1902, alors qu’il est couché dans son lit, Zola ressent douleurs et malaises, sa femme également. Il mourra finalement au petit matin, asphyxié par un poêle à bois défectueux. Mais pour nous Jean-Paul Delfino fait une incursion dans les pensées du célèbre écrivain et le laisse dérouler toute sa vie dans sa tête.
    Son enfance à Aix en Provence, son père émigré italien, les espoirs de fortune grâce au canal qu’il rêvait de construire, puis la faillite à la suite de la mort prématurée du père, la famille ruinée, les procès et la déchéance dans les appartements successifs toujours de plus en plus exigus, la folie de la mère, les difficultés des études pour ce fils d’émigré qui s’est construit tout seul, depuis le poste salvateur chez Hachette, où il va gravir les échelons et apprendre les ficelles du métier d’écrivain jusqu’au succès que l’on connait.

    Car vint ensuite le succès et l’affirmation du talent de celui qui se rêvait poète. Il sera avant tout le génial auteur des Rougon-Macquart, cette fresque qui en vingt 20 romans retrace la vie parisienne des années 1870 à 1893, personnifiant non seulement l’époque mais aussi la société du Second Empire dans laquelle il évolue.
    Zola, c’est aussi un engagement dans cette société largement et ouvertement antisémite, et le « J’accuse ! » qu’il publie pour défendre Dreyfus, alors injustement accusé et condamné et dont l’affaire divise la France, lui a valu bien des inimitiés.

    Car n’oublions pas qu’à cette époque, l’antisémitisme occupe une grande place. Édouard Drumont (comme Maurice Barrès ou Maurras pour ne citer qu’eux) proclame ouvertement sa haine des juifs et la prône avec virulence dans les colonnes de La Libre Parole, sans parler de son best-seller, La France juive. Il n’hésite pas à tout faire pour soulever le peuple, mais aussi à avoir recours à des hommes de mains pour réaliser les basses besognes qui pourront lui permettre de faire triompher cet antisémitisme largement répandu dans le pays.
    La réponse de Zola en faveur d’une république fraternelle aurait-elle déclenché une vengeance ? C’est en tout cas ce qu’imagine Jean-Paul Delfino au fil des pages.
    C’est tout simplement passionnant. Plus facile à lire qu’une biographie qui aurait pu être fastidieuse, l’intrigue est prenante, l’homme est passionnant, l’écrivain est à la fois charismatique et symbolique de cette époque, dans le Paris de la fin du XIXe-début XXe.

    lire ma chronique comlppète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2020/01/16/assassins-jean-paul-delfino/

  • add_box
    Couverture du livre « Assassins ! » de Jean-Paul Delfino aux éditions Heloise D'ormesson

    Michel Giraud sur Assassins ! de Jean-Paul Delfino

    Nuit du 28 au 29 septembre 1902. Emile Zola et son épouse Alexandrine sont incommodés. Ils pensent d'abord à une légère intoxication alimentaire... Le mal empirant, l'écrivain passe sa vie en revue : gamin désargenté à Aix-en-Province copain de Paul Cézanne ; lycéen boursier à Paris, rêvant...
    Voir plus

    Nuit du 28 au 29 septembre 1902. Emile Zola et son épouse Alexandrine sont incommodés. Ils pensent d'abord à une légère intoxication alimentaire... Le mal empirant, l'écrivain passe sa vie en revue : gamin désargenté à Aix-en-Province copain de Paul Cézanne ; lycéen boursier à Paris, rêvant d'écriture et de célébrité ; premiers pas dans le monde de la littérature en tant que coursier chez un éditeur ; jusqu'au J'accuse de l'affaire Dreyfus. Il s'interroge : qui peut bien vouloir sa mort : les anti-dreyfusards, ses domestiques, son épouse, sa maîtresse ?
    Pendant ce temps, divers membres de l'extrême-droite française, Drumont, Barrès, Daudet et consort, se réjouissent d'avoir organisé son assassinat et armé le bras de Henri Buronfosse, un jeune fumiste.

    Jean-Paul Delfino épouse ici clairement la thèse de l'assassinat d'Emile Zola par des fiers à bras d'extrême-droite. Il exploite la nuit d'agonie de l'écrivain pour revenir sur sa jeunesse d'orphelin pauvre, ses premiers pas en littérature, sa vie avec Alexandrine son épouse, et avec Jeanne sa maîtresse et leurs deux enfants, et le fin de sa vie, marquée notamment par l'affaire Dreyfus.
    L'auteur imagine également le complot, ourdi par des anti-dreyfusards revanchards, conduisant à la mort de celui qui est devenu un écrivain célèbre et controversé.

    J.P. Delfino nous livre un roman historique qui ne prétend pas à l'exactitude de l'historien, mais qui resitue la mort de Zola dans son contexte. Il le fait avec son style narratif assez particulier, que j'avais apprécié dans Les pêcheurs d'étoiles et que j'ai retrouvé ici avec plaisir.

    Un très bon roman historique, donc.

  • add_box
    Couverture du livre « Assassins ! » de Jean-Paul Delfino aux éditions Heloise D'ormesson

    yves MONTMARTIN sur Assassins ! de Jean-Paul Delfino

    Vingt tomes, mille deux cents personnages, au moins dix mille pages, il a bâti une oeuvre. À soixante-deux ans, il a transformé en or le plomb qui coule dans son crâne. Il a tout réussi, du moins presque. L'Académie française l'a méprisé dix-neuf fois.

    La troisième République est à terre....
    Voir plus

    Vingt tomes, mille deux cents personnages, au moins dix mille pages, il a bâti une oeuvre. À soixante-deux ans, il a transformé en or le plomb qui coule dans son crâne. Il a tout réussi, du moins presque. L'Académie française l'a méprisé dix-neuf fois.

    La troisième République est à terre. Depuis longtemps, elle se traîne dans sa fange, il ne manque plus que le coup de poignard qui mettra un terme à son existence. L'assassinat de Zola, l'homme de l'affaire Dreyfus, le métèque, le rital, le Gorgonzola. La France aux Français, demain on marchera sur l'Élysée, le grand jour, le jour de la Saint-Barthélemy des juifs. Zola sera crevé. L'ordre reviendra, les juifs, les étrangers, les francs-maçons, les protestants feront leurs malles. Il n'y aura plus d'antisémitisme, car il n'y aura plus de juifs.

    Edouard Drumont un polémiste aidé par un réseau de complotistes compte prendre le pouvoir et débarrasser la France de toute sa juiverie. Il a demandé à un fumiste de boucher la cheminée de Zola, le traite à la France, et de l'enfumer, un accident domestique en somme.

    Jean-Paul Delfino nous raconte la dernière nuit de Zola et en parcourant ce roman, j'ai vraiment eu l'impression de lire du Zola, tant l'écriture est précise dans les descriptions des lieux, des situations et des caractères des personnages. Dans ce roman naturaliste, l'auteur sait à merveille nous plonger dans Paris, celui des politiques, des intrigants, mais aussi dans le ventre de Paris là où se trouvent les petites gens, le peuple si cher à l'auteur des Rougon-Macquart. Il nous dépeint avec force le climat délétère et rempli de haine de la France du tout début du XXème siècle. La peur de l'étranger, le rôle actif de l'Église dans cette montée de l'antisémitisme.

    En alternance nous suivons les complotistes et Emile Zola qui, à l'heure de passer de vie à trépas, revient sur les événements de sa vie, tout en s'interrogeant sur qui aurait voulu sa mort. Une occasion pour l'auteur de faire une biographie de cet immense écrivain de son enfance jusqu'à son dernier souffle.

    Ce roman est inspiré de faits réels et notamment de la mort suspecte d'Emile Zola asphyxié par du monoxyde de carbone, Jean-Paul Delfino nous dresse un portrait peu reluisant d'une France gangrenée par l'extrême droite où nationalistes, racistes, traditionalistes s'unissent sur des idées populistes et fascistes portées par une presse de caniveau. Un roman social avec une galerie de portraits sans concession, où l'on sent poindre les idées haineuses qui conduiront à la montée du nazisme et à ses horreurs. Un roman très bien documenté et d'un réalisme glaçant.

  • add_box
    Couverture du livre « Assassins ! » de Jean-Paul Delfino aux éditions Heloise D'ormesson

    Berenice974 sur Assassins ! de Jean-Paul Delfino

    Dans la nuit du 29 septembre 1902, Emile Zola et sa femme Alexandrine sont victimes d'une intoxication due à un dysfonctionnement de leur cheminée. Si Alexandrine s'en sort, le célèbre écrivain tire, lui, définitivement sa révérence. Le livre de Jean-Paul Delfino est le récit de ces dernières...
    Voir plus

    Dans la nuit du 29 septembre 1902, Emile Zola et sa femme Alexandrine sont victimes d'une intoxication due à un dysfonctionnement de leur cheminée. Si Alexandrine s'en sort, le célèbre écrivain tire, lui, définitivement sa révérence. Le livre de Jean-Paul Delfino est le récit de ces dernières heures, où Zola, se sentant de plus en plus mal, se remémore sa vie : un début d'enfance ensoleillée, l'insouciance bientôt remplacée par le décès d'un père et la pauvreté qui s'installe, le désir d'écriture, les expériences diverses chez un éditeur ou dans le journalisme, la double vie, l'envie d'écrire toujours, et puis le succès. Mais aussi le naturalisme conspué et puis l'affaire Dreyfus dans laquelle l'engagement de Zola lui a peut-être coûté la vie. Assassins !, le titre du dernier livre de Delfino résonne comme un cri adressé à ces nantis, notables, petits bourgeois, ouvriers unis par le même antisémitisme et qui auraient comploté à l'assassinat de Zola. Delfino reprend ici une thèse connue, relancée notamment en 1928 par la confession sur son lit de mort d'un certain Buronfosse, couvreur : il aurait avoué avoir obstrué le conduit de la cheminée des Zola puis l'avoir débouché le lendemain matin pour effacer toute trace de la tentative d'homicide.
    Le roman relate cette dernière nuit, tant du côté de l'écrivain agonisant que du côté de ses présumés commanditaires : pendant que l'écrivain s'éteint douloureusement, l'association de malfaiteurs attend de savoir si leur plan a fonctionné. Un roman intéressant tant pour la biographie qu'il dresse du maître du naturalisme que pour la plongée historique qu'il offre dans la France de l'époque, où l'antisémitisme s'affichait sans honte et dévorait nombre d'esprits.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !