Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Marie Blas De Roblès

Jean-Marie Blas De Roblès

Jean-Marie Blas De Robles  est né en 1954 à Sidi-Bel-Abbès dans les départements français d'Algérie, Jean-Marie Blas de Roblès est un philosophe et écrivain français, lauréat du prix Médicis en 2008.

Après des études de philosophie à la Sorbonne et d'histoire au Collège de France, il part au Bré...

Voir plus

Jean-Marie Blas De Robles  est né en 1954 à Sidi-Bel-Abbès dans les départements français d'Algérie, Jean-Marie Blas de Roblès est un philosophe et écrivain français, lauréat du prix Médicis en 2008.

Après des études de philosophie à la Sorbonne et d'histoire au Collège de France, il part au Brésil enseigner et prend la direction de la Maison de la Culture française à Fortaleza. Il reçoit en 1982 le prix de la nouvelle de l'Académie française pour La Mémoire de riz. La Chine populaire sera sa destination suivante et il aura le privilège de donner les premiers cours sur Jean-Paul Sartre et Roland Barthes à l'université de Tianjin. En 1987 paraît son premier roman L'Impudeur des choses, suivi du Rituel des dunes en 1989. Pendant ce temps, il enseigne à Palerme, en Italie, ou encore à Taïwan. En 2017, son dernier livre, Dans l'épaisseur de la chair,  paraît aux éditions Zulma.  C’est le roman d’un hommage d’un fils à son père Manuel Cortes.

Articles en lien avec Jean-Marie Blas De Roblès (3)

Avis sur cet auteur (42)

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'ici bas nous sommes » de Jean-Marie Blas De Roblès aux éditions Zulma

    Chantal Lafon sur Ce qu'ici bas nous sommes de Jean-Marie Blas De Roblès

    Ce livre est déjà un bel objet, original qui va entraîner ses lecteurs sous d’autres cieux dans d’autres temps.
    Personnellement je l’ai appréhendé par ses dessins et légendes pour me faire une idée de l’histoire ou plutôt des histoires que l’auteur va nous conter. A la fin il y a une apostille...
    Voir plus

    Ce livre est déjà un bel objet, original qui va entraîner ses lecteurs sous d’autres cieux dans d’autres temps.
    Personnellement je l’ai appréhendé par ses dessins et légendes pour me faire une idée de l’histoire ou plutôt des histoires que l’auteur va nous conter. A la fin il y a une apostille sorte de clin d’œil pour nous dire le vrai du faux, ce distinguo ne m’était pas nécessaire tant lors de ma lecture j’ai été dans une bulle où plus rien n’avait d’importance que les aventures d’Augustin Harbour.
    Dire d’emblée que ma bulle était emplie d’érudition, d’intelligence et d’humour et d’un imaginaire galopant. Le livre le plus fou et réjouissant lu cette année.
    Lorsqu’Augustin écrit les souvenirs de son expédition il est dans une clinique de luxe au Chili. Moments présents ponctués par les paragraphes intitulés Ricordi.
    Notre aventurier, Augustin fuit Paris après les attentats de la rue des rosiers, donc en 1982 pour faire une expédition dans le désert sud-Libyen.
    Pour cela il a un guide Hamza, ils se dirigent vers Garama à la rencontre des vestiges de la Cité Perdue. Mais leur boussole de détraque et ils arrivent à Zindãn.
    « J’eus vite la conviction, cependant, qu’on arrivait à Zindãn d’à peu près n’importe où, mais qu’on y arrivait aussi d’à peu près n’importe quand. Si tout le monde s’y trouve nu ou presque après un certain temps, les coiffes, les casques, perruques ou chapeaux de différentes sortes que les habitants continuent de porter confirment une hypothèse qui apparaîtra plus clairement, sinon de façon moins insensée, lorsque j’en viendrai à exposer la découverte majeure de mes investigations. Je n’en diffère sciemment le résultat que par souci de méthode. »
    A Zindãn règne Hadj Hassan Abou Hassan le Dieu de tous et la belle Maruschka.
    Toutes les religions cohabitent avec une prééminence pour l’animisme qui donne lieu à des scènes aussi cocasses que « délicieuses ».
    « J’expose ces loufoqueries avec la distance que permet le passage des années, tout en étant conscient du trouble qu’elles suscitent chez mon lecteur. On se fiche de moi, songe-t-il. A tort. Qu’il sache que je partageais cette même stupeur teintée d’acrimonie. »
    Mais que le lecteur ne s’y trompe pas le sujet de ce roman démesuré est l’attraction exercée par Hadj Hassan Abou Hassan. En effet au fil de la lecture, le lecteur essaie de dénouer les fils de ce mystère, pourquoi et comment cette « créature » attire-t-elle toutes sortes de personnes venues de partout et de tout temps ?
    « Un murmure d’adoration s’éleva de la place du mûrier ; tous ceux qui avaient assisté au châtiment de l’hérésiarque, les barbéliotes en tête, se précipitèrent aux pieds du chaman pour implorer son pardon d’avoir douté de lui, regardant comme un bonheur de parvenir à effleurer seulement le bord de sa bassine. »
    Ne serait-ce pas une réflexion sur notre époque ?
    C’est une aventure à travers les siècles qui nous est proposée.
    L’auteur a un imaginaire fertile qui fait de son roman un grand livre philosophique.
    Cela m’a rappelé mes lectures de Claude Lévi-Strauss et de Théodore Monod, une sensation d’être ailleurs, résolument et inépuisablement, si ces deux grands avaient été sous LSD.
    Ce livre fait partie des livres dont la substantifique moelle ne s’offre pas d’emblée et c’est une bonne chose.
    Chaque lecteur y trouvera la sève de la culture qu’il aura en lui, une belle façon de regarder notre monde dans le miroir. Et de déjouer les feux d’artifice du miroir aux alouettes.
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 19 décembre 2020.

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'ici bas nous sommes » de Jean-Marie Blas De Roblès aux éditions Zulma

    Valerie Brz sur Ce qu'ici bas nous sommes de Jean-Marie Blas De Roblès

    Bon ....j'avoue un abandon avec une petite pointe de tristesse.
    J'ai eu du mal entre ma réalité du moment et le côté carnet de voyage un peu rocambolesque du roman
    Cependant l'idée est très originale et magnifiquement accompagnée de croquis de qualité mais .......parfois on loupe des rendez vous.

    Bon ....j'avoue un abandon avec une petite pointe de tristesse.
    J'ai eu du mal entre ma réalité du moment et le côté carnet de voyage un peu rocambolesque du roman
    Cependant l'idée est très originale et magnifiquement accompagnée de croquis de qualité mais .......parfois on loupe des rendez vous.

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'ici bas nous sommes » de Jean-Marie Blas De Roblès aux éditions Zulma

    Les livres de K79 sur Ce qu'ici bas nous sommes de Jean-Marie Blas De Roblès

    Il y a des livres qui vous plaisent grâce à leurs personnages, grâce à leur ambiance, grâce à leur message ou grâce à leur scénario. Il y en a d’autres qui semblent tout simplement faits pour vous, sans véritables raisons. A contrario, il existe des ouvrages avec lesquels vous n’êtes pas...
    Voir plus

    Il y a des livres qui vous plaisent grâce à leurs personnages, grâce à leur ambiance, grâce à leur message ou grâce à leur scénario. Il y en a d’autres qui semblent tout simplement faits pour vous, sans véritables raisons. A contrario, il existe des ouvrages avec lesquels vous n’êtes pas compatibles. Et, je crois bien que « Ce qu’ici-bas nous sommes » fait partie de cette catégorie.

    Pour ma plus grande peine de lecteur, je suis un être très cartésien. J’ai des difficultés à croire à l’impensable. Dès que l’histoire s’emballe dans l’extraordinaire, mon cerveau peut dire stop. Il me met des barrières et je ne peux alors plus entrer dans le monde ou être en empathie avec les personnages. Autant vous dire que dans le cas présent, l’alerte rouge s’est très vite déclenchée.

    Jean-Marie Blas de Roblès nous présente un ancien carnet de voyage écrit par un explorateur. Il a découvert par hasard une communauté loufoque régie par des règles qui le sont tout autant. Il raconte les us et coutumes de cette ethnie hors du temps.

    Les habitants de cette oasis sont parfois victimes d’auto-combustion, ils sont cannibales, ils traient les chiennes, ils croisent les lapins et les poules, leurs bambins fument, leurs hommes accouchent… n’en jetez plus la coupe est pleine ! Le texte est en plus parsemé de croquis et de définitions aux quatre coins de la page. J’ai donc eu l’impression de lire une encyclopédie anthropologique et ma lecture s’en est trouvée laborieuse.

    Définitivement, je ne suis pas programmé pour ce type de romans. Cela n’enlève rien à la qualité du travail, de l’écriture et de l’imagination de l’auteur qui ravira sûrement les autres lecteur.rice.s. Pour ma part, ce fut une véritable épreuve. J’ai essayé de m’accrocher, mais la magie n’a jamais opéré !

    http://leslivresdek79.com/2020/10/19/593-jean-marie-blas-de-robles-ce-quici-bas-nous-sommes/

  • add_box
    Couverture du livre « Ce qu'ici bas nous sommes » de Jean-Marie Blas De Roblès aux éditions Zulma

    Tanguy Duchene sur Ce qu'ici bas nous sommes de Jean-Marie Blas De Roblès

    Tanguy Duchene
    Explorateurs de la rentrée 2020.

    Que dire? Que cet ouvrage est épatant, étonnant,phénoménal, hallucinant, extravagant,eh bien nous serons loin de la vérité, car dans ce roman celle-ci la vérité est absente car tout est inventé et donc faux et qui,plus est volontairement...
    Voir plus

    Tanguy Duchene
    Explorateurs de la rentrée 2020.

    Que dire? Que cet ouvrage est épatant, étonnant,phénoménal, hallucinant, extravagant,eh bien nous serons loin de la vérité, car dans ce roman celle-ci la vérité est absente car tout est inventé et donc faux et qui,plus est volontairement erroné.

    Reprenons notre affaire à son début. Un célèbre historien d'art sombre dans la folie et est interné pendant cinq ans dans un hôpital psychiatrique avec comme compagnons le danseur Nijinski ou le peintre Kitchner. Je pensais découvrir la vie d'une clinique Suisse. Eh bien pas du tout. L'imagination de notre Professeur s'enflamme et son esprit s'envole à la découverte d'une cité perdue dans le sud de la Libye. L'auteur Jean-Marie Blas de Robles nous affirme que cette fantasmagorie s'inspire d'un fait réel , " l'épreuve de lucidité" qui permet. a un homme d'échapper à son enfermement.

    Nous voila bombardé dans une drôle de cité Zindan ou cohabitent sous l'œil orgueilleux d'un Dieu et de sa Princesse, des communautés qui ne se rencontrent pas bien qu'ayant oubliées l'origine de leur différents, les Trayeurs de Chiennes, les Mangeurs de Crevettes, Ceux du Jujubier et enfin les Amazones. A chacun, ses us et coutumes aussi étranges les unes que les autres.

    Particularité de ce roman, une invasion féerique de dessins de la plume de l'auteur. Jean-Maris Blas de Roblès est non seulement écrivain mais aussi dessinateur. Non seulement il écrit par la plume mais il décrit par son crayon des corps humains, des animaux sortis de son imagination mais aussi des visages provenant des journaux illustrés de leur époque, Hugo voisine avec Bismarck et même à un tour de page apparaît Antoine de Saint Exupery.

    Pour bien mettre en avant ce qui m'a enthousiasmé il me faudrait 500 pages d'un ouvrage qui n'en compte que 250. Bref, j'ai été emballé.

Ils suivent Jean-Marie Blas De Roblès

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !