Jean-Marc Rochette

Jean-Marc Rochette
Jean-Marc Rochette est peintre, illustrateur et auteur de bande dessinée. Il commence sa carrière au cours des années 1970 dans Actuel et L'Écho des Savanes. Avec Martin Veyron, il crée la série Edmond le cochon (1979). Il succède ensuite au dessinateur Alexis pour la série Le Transperceneige, sc... Voir plus
Jean-Marc Rochette est peintre, illustrateur et auteur de bande dessinée. Il commence sa carrière au cours des années 1970 dans Actuel et L'Écho des Savanes. Avec Martin Veyron, il crée la série Edmond le cochon (1979). Il succède ensuite au dessinateur Alexis pour la série Le Transperceneige, scénarisée par Jacques Lob, dans (À SUIVRE) où il scénarise et dessine aussi Claudius Vigne. Par la suite, il se penche sur la littérature jeunesse et participe notamment au journal Okapi. Il se remet à la science-fiction à la fin des années 1990 en reprenant Le Transperceneige et en créant la série L'or de l'esprit avec Benjamin Legrand, avec qui il avait déjà réalisé Requiem blanc en 1987. En 2003, avec René Pétillon, il donne naissance à la série burlesque Louis et Dico, qui paraît dans L'Écho des Savanes, une histoire de fous qui n'est pas sans rappeler son Napoléon et Bonaparte, prix de l'humour au festival d'Angoulême en 2001. En parallèle, il poursuit un travail de peintre et d'illustrateur.

Avis (13)

  • add_box
    Couverture du livre « Le loup » de Jean-Marc Rochette et Isabelle Merlet aux éditions Casterman

    Yves MABON sur Le loup de Jean-Marc Rochette - Isabelle Merlet

    Album scénarisé et dessiné par Rochette à qui l'on doit aussi les dessins du célèbre et fameux Transperceneige, et mis en couleurs par Isabelle Merlet. Les thèmes sont sans surprise : la nature, la place de l'homme en icelle et la manière dont l'homme l'a colonisée et dont il peut vivre avec et...
    Voir plus

    Album scénarisé et dessiné par Rochette à qui l'on doit aussi les dessins du célèbre et fameux Transperceneige, et mis en couleurs par Isabelle Merlet. Les thèmes sont sans surprise : la nature, la place de l'homme en icelle et la manière dont l'homme l'a colonisée et dont il peut vivre avec et laisser la place aux autres espèces.

    L'histoire très réaliste bascule parfois dans la fable et même si l'on sait ce qui est de l'un ou de l'autre on se voit rêver de la réalité de la fable. Rochette dessine et parle des peurs, des angoisses et des difficultés des bergers confrontés aux loups, et aussi de la vie des loups dans les Alpes, mais il ne se pose pas en juge de l'un ou de l'autre, ne prend pas parti.

    Le dessin est beau, entre un trait représentatif, figuratif et un plus abstrait. On reconnaît le loup ou Gaspard dans les gros plans, mais dès que le dessinateur s'éloigne, les traits sont plus flous, plus épurés. La montagne est belle en été et en hiver également, les couleurs rendant bien les changements de saisons.

    Un très bel album qui ne réconciliera pas les pro-loups et les anti-loups, mais le sont-ils de toute manière ?

  • add_box
    Couverture du livre « Ailefroide ; altitude 3954 » de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet aux éditions Casterman

    Yaki sur Ailefroide ; altitude 3954 de Jean-Marc Rochette - Olivier Bocquet

    Fin des années 60, Jean-Marc Rochette est un ado qui se cherche et qui va se trouver dans l’ascension des sommets alpins. On suit son parcours, ses aventures, ses accidents,…

    Ce récit de vie est intéressant et malgré les longues ascensions dans les montagnes, on ne s’ennuie pas. C’est en...
    Voir plus

    Fin des années 60, Jean-Marc Rochette est un ado qui se cherche et qui va se trouver dans l’ascension des sommets alpins. On suit son parcours, ses aventures, ses accidents,…

    Ce récit de vie est intéressant et malgré les longues ascensions dans les montagnes, on ne s’ennuie pas. C’est en effet plutôt dynamique et l’on suit avec intérêt les aventures du jeune garçon. J’ai beaucoup aimé les illustrations très heurtées, fidèles aux paysages montagneux, tout comme les couleurs. A découvrir.

  • add_box
    Couverture du livre « Ailefroide ; altitude 3954 » de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet aux éditions Casterman

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur Ailefroide ; altitude 3954 de Jean-Marc Rochette - Olivier Bocquet

    Je lis très peu de BD, sauf s’il s’agit de l’adaptation d’un roman connu, tant je suis persuadé qu’il est intéressant d’avoir un regard différent sur une œuvre.

    Rien de tel ici, « Ailefroide, altitude 3954 » est une autobiographie dans laquelle l’auteur évoque sa passion pour le dessin et...
    Voir plus

    Je lis très peu de BD, sauf s’il s’agit de l’adaptation d’un roman connu, tant je suis persuadé qu’il est intéressant d’avoir un regard différent sur une œuvre.

    Rien de tel ici, « Ailefroide, altitude 3954 » est une autobiographie dans laquelle l’auteur évoque sa passion pour le dessin et pour la montagne.

    Nous le découvrons au musée de Grenoble où sa mère soucieuse de sa santé le tira de sa contemplation d’une toile de Soutine, pour l’emmener sous une pluie battante faire une marche en montagne.
    Rapidement, le jeune garçon ne se contente pas de ces sentiers balisés pour promeneurs du dimanche, il voit plus haut, beaucoup plus haut.

    Sa première ascension, c’est avec son copain Sempé qu’il la fera, après avoir emprunté le matériel nécessaire, faute de moyen pour en faire l’acquisition.
    Les deux jeunes garçons vont escalader d’abord des rochers proches de la ville, puis se former, grimper de plus en plus haut, prendre des risques, se régaler et devenir accro à ces montagnes.

    Au fil des pages, Jean-Marc Rochette nous expose les risques pris par les alpinistes mais aussi le bonheur d’atteindre les sommets tant convoités. Il rend hommage à ceux qui ont laissé à jamais leurs noms sur les parois, en y perdant parfois la vie.

    Lorsqu’il ne grimpe pas, le jeune garçon s’adonne à son autre passion, le dessin.
    « Ailefroide, altitude 3954 » se lit comme un roman d’apprentissage. J’ai adoré cette BD, les dessins sont magnifiques, d’une grande précision et reflètent parfaitement les difficultés de ce sport extrême.
    Ce livre, véritable ode à l’alpinisme est magnifique, j’ai adoré cette lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Ailefroide ; altitude 3954 » de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet aux éditions Casterman

    Lionel Arnould sur Ailefroide ; altitude 3954 de Jean-Marc Rochette - Olivier Bocquet

    Chronique précédemment publiée sur le blog www.sambabd.net


    Je dois vous avouer non sans un certain sentiment de honte que je ne connais pas vraiment Rochette. Enfin, je ne suis pas familier avec son œuvre même si je fais bien la connexion entre ce patronyme minéral et le monde de la bande...
    Voir plus

    Chronique précédemment publiée sur le blog www.sambabd.net


    Je dois vous avouer non sans un certain sentiment de honte que je ne connais pas vraiment Rochette. Enfin, je ne suis pas familier avec son œuvre même si je fais bien la connexion entre ce patronyme minéral et le monde de la bande dessinée. Pourtant, cela ne m’a pas empêché de dévorer goulument les 296 pages de son roman (autobio)graphique Ailefroide altitude 3954 paru chez Casterman.

    Cet exercice, l’autobiographie, en BD comme dans d’autres domaines artistiques, implique pour l’auteur d’être capable de se livrer un minimum afin d’engendrer avec le lecteur cette proximité qui le fera s’intéresser au déroulé des événements marquants (ou pas…) de sa vie. Rochette ne fait pas exception à cette règle et nous fait pénétrer au cœur de son enfance de pupille de la nation (son père médecin est mort en Algérie) élevé par une mère indépendante et exigeante. Il embraye ensuite sur son amitié avec le jeune Sempé (pas le dessinateur, juste un homonyme qui, pourtant, en contient un…) qui va l’initier aux plaisirs de la montagne.

    Ces deux thèmes universels : les parents (absents ou trop présents, pesants…) et l’amitié d’enfance contribuent très clairement à ce que le lecteur puisse s’identifier à l’auteur. Cela permet ensuite à Rochette de nous entraîner vers le véritable sujet de son livre : la passion de la montagne.

    Et quelle passion ! La BD regorge d’explications techniques, de descriptions de sommets et autres voies plus ou moins célèbres, d’anecdotes concernant d’héroïques alpinistes ou bien d’illustres précurseurs de cette discipline, et, bien sûr, de récits précis, étonnants et haletants d’ascensions réalisées par l’auteur lui-même. Le tout est magnifiquement illustré par un dessin aux traits hachurés et aux couleurs parfaitement travaillées. C’est d’autant plus remarquable que la montagne, surtout en haute altitude, quand elle n’est plus que minérale, n’est vraiment pas facile à dessiner.

    On finit totalement captivé par l’histoire de la jeunesse de Rochette dont on se demande presque jusqu’au bout ce qui a pu le faire dévier de la trajectoire qu’il s’était tracée (devenir guide de montagne) pour devenir finalement (et heureusement pour nous !) dessinateur de bandes dessinées.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !