Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Marc Rochette

Jean-Marc Rochette
Jean-Marc Rochette est peintre, illustrateur et auteur de bande dessinée. Il commence sa carrière au cours des années 1970 dans Actuel et L'Écho des Savanes. Avec Martin Veyron, il crée la série Edmond le cochon (1979). Il succède ensuite au dessinateur Alexis pour la série Le Transperceneige, sc... Voir plus
Jean-Marc Rochette est peintre, illustrateur et auteur de bande dessinée. Il commence sa carrière au cours des années 1970 dans Actuel et L'Écho des Savanes. Avec Martin Veyron, il crée la série Edmond le cochon (1979). Il succède ensuite au dessinateur Alexis pour la série Le Transperceneige, scénarisée par Jacques Lob, dans (À SUIVRE) où il scénarise et dessine aussi Claudius Vigne. Par la suite, il se penche sur la littérature jeunesse et participe notamment au journal Okapi. Il se remet à la science-fiction à la fin des années 1990 en reprenant Le Transperceneige et en créant la série L'or de l'esprit avec Benjamin Legrand, avec qui il avait déjà réalisé Requiem blanc en 1987. En 2003, avec René Pétillon, il donne naissance à la série burlesque Louis et Dico, qui paraît dans L'Écho des Savanes, une histoire de fous qui n'est pas sans rappeler son Napoléon et Bonaparte, prix de l'humour au festival d'Angoulême en 2001. En parallèle, il poursuit un travail de peintre et d'illustrateur.

Avis sur cet auteur (28)

  • add_box
    Couverture du livre « La dernière reine » de Jean-Marc Rochette aux éditions Casterman

    Orely sur La dernière reine de Jean-Marc Rochette

    Une BD dure et poétique en milieu montagnard

    Cet ouvrage aborde un thème difficile et douloureux, les gueules cassées de la 1ere Guerre Mondiale : un homme qui va être réparé dans tous les sens du terme, par une sculptrice et avec laquelle il vivra une histoire d’amour passionnelle.

    Un...
    Voir plus

    Une BD dure et poétique en milieu montagnard

    Cet ouvrage aborde un thème difficile et douloureux, les gueules cassées de la 1ere Guerre Mondiale : un homme qui va être réparé dans tous les sens du terme, par une sculptrice et avec laquelle il vivra une histoire d’amour passionnelle.

    Un récit aux multiples entrées, un hymne au Vercors et à la vie sauvage. Rochette questionne ici notre rapport à la nature et à l’animal.

    Le style graphique est brut, sombre, tout comme l’histoire qui l’accompagne. Ce n’est pas vraiment ma sensibilité mais, il faut reconnaitre le travail et le savoir-faire du dessinateur.

  • add_box
    Couverture du livre « La dernière reine » de Jean-Marc Rochette aux éditions Casterman

    Isa Pouteau sur La dernière reine de Jean-Marc Rochette

    Une légende venue du fond des âges disait que « le jour où disparaîtra la dernière reine, alors sera venu le temps des ténèbres ».

    Lorsqu’en 1898, le dernier ours du plateau du Vercors est abattu par un berger, Edouard Roux n’est alors qu’un enfant mais déjà il sait que ce n’est pas une bonne...
    Voir plus

    Une légende venue du fond des âges disait que « le jour où disparaîtra la dernière reine, alors sera venu le temps des ténèbres ».

    Lorsqu’en 1898, le dernier ours du plateau du Vercors est abattu par un berger, Edouard Roux n’est alors qu’un enfant mais déjà il sait que ce n’est pas une bonne chose. Celui que le village dit être le fils d’une sorcière et d’un ours, gardera le cœur lourd d’avoir vu disparaître cet animal que vénéraient les ancêtres.

    Revenu défiguré de la première Guerre Mondiale, il rencontre Jeanne Sauvage, une plasticienne animalière qui lui refera un visage et avec qui il partagera son amour pour la montagne et pour les ours qui la peuplaient autrefois.

    Traversant l’âge de pierre, la préhistoire, le Moyen Âge et la guerre de 14-18, ce roman graphique nous emmène jusque dans les années 20, sur les traces de cet animal inquiétant, symbole de puissance.

    Les illustrations sont superbes, toutes dans les tons sombres comme l’est cette histoire. Les paysages du Vercors sont grandioses avec des textes sobres, parfois inexistants. Les personnages sont souvent terrifiants, seuls les animaux restent magnifiques. L’imprégnation est totale et j’ai été happée par l’ambiance dure et sauvage qui règne dans cette longue BD.

    Et pourtant c’est cette noirceur que j’ai regrettée dans un récit qui ne laisse pas beaucoup de place à l’espoir et où chacun se voit contraint de renoncer à ses idéaux.
    Même si j’ai aimé la magie des images du passé qui nous racontent l’histoire de la cohabitation de l’ours et de l’homme à travers les siècles, j’aurais préféré une vision un peu plus positive qui, aux mains de l’imaginaire, aurait pu laisser une petite chance aux éternels perdants.

  • add_box
    Couverture du livre « Le loup » de Jean-Marc Rochette et Isabelle Merlet aux éditions Casterman

    Manika sur Le loup de Jean-Marc Rochette - Isabelle Merlet

    Un vieu berger solitaire est confronté à un jeune loup, à qui il a laissé la vie sauve quand il n'était d'un louveteau. Devenu adulte, il se nourrit et l'attitude du berger change il doit protéger ses bêtes. Une sorte de conflit s'installe entre l'homme et l'animal.

    Nous voilà au coeur du...
    Voir plus

    Un vieu berger solitaire est confronté à un jeune loup, à qui il a laissé la vie sauve quand il n'était d'un louveteau. Devenu adulte, il se nourrit et l'attitude du berger change il doit protéger ses bêtes. Une sorte de conflit s'installe entre l'homme et l'animal.

    Nous voilà au coeur du parc des Ecrins face à une problèmatique bien réelle : le réintroduction du loup face à la préservation des troupeaux. Mais c'est surtout la rudesse de la vie en montagne qui nous est montrée ici, rudesse qui n'épargne pas plus l'homme que l'animal.

    Quasiment monochromes les illustrations n'en montrent pas moins la beauté et la grandeur des paysages.

    Une BD qui transporte tout en abordant des sujets d'actualité.

  • add_box
    Couverture du livre « La dernière reine » de Jean-Marc Rochette aux éditions Casterman

    ziggy sur La dernière reine de Jean-Marc Rochette

    Avec son personnage d’Edouard Roux, Rochette nous plonge dans le passé du Vercors et rend un vibrant hommage à la nature et aux quelques espèces sauvages qui ont encore la chance d’y vivre en toute tranquillité.
    Edouard est issu d’une longue lignée de femmes qui ont de tout temps vénéré les...
    Voir plus

    Avec son personnage d’Edouard Roux, Rochette nous plonge dans le passé du Vercors et rend un vibrant hommage à la nature et aux quelques espèces sauvages qui ont encore la chance d’y vivre en toute tranquillité.
    Edouard est issu d’une longue lignée de femmes qui ont de tout temps vénéré les ours. Enfant, il a assisté avec révolte à la mise à mort du dernier ours du Plateau du Vercors dont le corps supplicié fut exposé à la vindicte populaire avant d’être empaillé et exposé au musée de Grenoble. Gueule cassée de la guerre 14-18, il se terre à Grenoble jusqu’à sa rencontre avec Jeanne, sculptrice animalière qui lui confectionne un masque et lui redonne goût à la vie. Pour lui exprimer sa gratitude, il va lui faire découvrir les secrets du plateau du Vercors dont sa famille est gardienne depuis la nuit des temps. Il va lui montrer qu’elle peut vivre de sa passion et l’amener à réaliser le chef d’œuvre qui la fera reconnaitre.
    Les dessins de Rochette, au style brut, épais, comme tracés dans l’urgence sont faits de tonalités froides et sombres comme l’est l’âme de ces hommes avec leur violence, leur peur et leur bêtise. Par cette magnifique et bouleversante histoire, Rochette rend hommage à la nature et aux ours . Ces ours qui, depuis des millénaires sont les cibles de la sauvagerie des hommes.
    C’est un album plein d’humanité qui nous amène à réfléchir sur cette société qu’est la nôtre, qui exploite le monde, épuise les ressources de la nature et non seulement réduit de plus en plus les territoires sauvages mais déciment les derniers représentants d’espèces animales ancestrales. Un album qui ne laisse aucun doute sur la nature humaine.
    Et si l’homme était un loup pour l’homme ?