Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Loup Trassard

Jean-Loup Trassard
Jean-Loup Trassard est né à la campagne, l'été 1933. Il publie pour la première fois dans la N.R.F. en 1960 puis, à partir de l'année suivante, plusieurs récits chez Gallimard. Outre quelques livres de prose, nous avons publié dans la série «Textes & Photographies» Territoire (1989), Images de la... Voir plus
Jean-Loup Trassard est né à la campagne, l'été 1933. Il publie pour la première fois dans la N.R.F. en 1960 puis, à partir de l'année suivante, plusieurs récits chez Gallimard. Outre quelques livres de prose, nous avons publié dans la série «Textes & Photographies» Territoire (1989), Images de la terre russe (1990), Ouailles (1991), Archéologie des feux (1993), Inventaire des outils à main dans une ferme (1981 & 1995), Objets de grande utilité (1995), Les derniers paysans (2000), La compo-sition du jardin (2003), Nuisibles (2005), Le voyageur à l'échelle (2006), Sanzaki (2008), Eschyle en Mayenne (2010) et Causement (2012). L'homme des haies, paru en 2013 aux éditions Gallimard, a obtenu plusieurs prix littéraires.

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Verdure » de Jean-Loup Trassard aux éditions Le Temps Qu'il Fait

    fredleg sur Verdure de Jean-Loup Trassard

    Verdure est un recueil d'articles écrit par Jean-Loup TRASSARD. Il retrace l'évolution du paysage bocager mayennais sur une quarantaine d'années. Lire ce livre éveille la conscience. De fait, nous évoluons les uns et les autres dans des environnements qui, au fil du temps, changent peu à peu...
    Voir plus

    Verdure est un recueil d'articles écrit par Jean-Loup TRASSARD. Il retrace l'évolution du paysage bocager mayennais sur une quarantaine d'années. Lire ce livre éveille la conscience. De fait, nous évoluons les uns et les autres dans des environnements qui, au fil du temps, changent peu à peu sans que cela nous alarme. Nous subissons ces changements quelquefois radicaux sans réellement les voir. Jean-Loup TRASSARD nous invite à nous arrêter, observer, réfléchir, retrouver notre bon sens si nous l'avions perdu... Il nous interroge sur l'objectif recherché : faut-il sacrifier à ce point la nature, notre milieu nourrissier -dans tous les sens du terme- pour satisfaire l'ego, le porte-monnaie au risque de créer un déséquilibre bientôt irréversible ?
    Jean-Loup TRASSARD possède une belle écriture, sobre, poétique, qui permet à tous les publics de s'approprier le sujet.
    Verdure a reçu le prix des lecteurs Ouest-France Terre de France début décembre 2019.

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme des haies » de Jean-Loup Trassard aux éditions Gallimard

    (M.) Dominique Léger sur L'homme des haies de Jean-Loup Trassard

    La France rurale est engloutie par la France urbaine, les terres se couvrent du bitume des lotissements et du béton des parkings de grandes surfaces, les paysans sont devenus agriculteurs, ils ont arraché les haies pour que passent les moissonneuses-batteuses et les "round-ballers". Une...
    Voir plus

    La France rurale est engloutie par la France urbaine, les terres se couvrent du bitume des lotissements et du béton des parkings de grandes surfaces, les paysans sont devenus agriculteurs, ils ont arraché les haies pour que passent les moissonneuses-batteuses et les "round-ballers". Une civilisation rurale, née au XIXe siècle, ancrée dans la nuit des temps, est morte dans les années 50. On peut être nostalgique ou tourné vers l'avenir, métropolitain enragé ou campagnard indécrottable, réactionnaire ou progressiste, le fait est. Cela mérite bien que la littérature y jette encore son œil, comme un devoir de mémoire.

    Jean-Loup Trassard plonge en immersion totale, forme et fond, style caméra-vérité, façon Depardon. Il déroule un récit ininterrompu, sans intrigue ni chapitres, une suite de travaux et de jours d'un ancien, dans le désordre du coq à l'âne, passé et présent mêlés, à la diable. C'est l'après-guerre il est veuf, son fils a repris la ferme, il mène une vie retirée auprès du jeune ménage, le tracteur a poussé le cheval mais par bonheur il reste quelques haies entre les parcelles du cadastre mayennais. Son boulot de vieux c'est de les entretenir, jardinier éternel de ce bout de nature, hors le temps et l'espace.

    Rendu là, on serait dans le régionalisme, moins littéraire que folklorique. Le miracle du livre est que l'auteur adopte une langue entre écriture et "parlure", français et patois, cour de l'école et cour de ferme, disert de Saint-Germain-des-Prés et taiseux des champs. Il en émane une petite musique, un souffle d'émotion, une poésie toute nue qui câlinent la mémoire comme le parfum du foin coupé ou le goût d'une petite madeleine.
    Mon seul regret est que le patois ne soit pas morvandiau, qui m'est plus familier que celui du bocage.