Jean Emelina

Jean Emelina
Jean Emelina est né et a passé toute son enfance dans l'arrière-pays niçois. Il est professeur honoraire de littérature française à l'Université de Nice-Sophia Antipolis et conférencier à l'Université de Nice Inter-Ages. Spécialiste du théâtre, il a publié de nombreux articles et divers essais, n... Voir plus
Jean Emelina est né et a passé toute son enfance dans l'arrière-pays niçois. Il est professeur honoraire de littérature française à l'Université de Nice-Sophia Antipolis et conférencier à l'Université de Nice Inter-Ages. Spécialiste du théâtre, il a publié de nombreux articles et divers essais, notamment sur Molière et Racine. D'autre part, sous le pseudonyme de Michel Léman, il a publié des romans et des contes (La salle de bains, La vive saison (Julliard), Mathusalem le sanglier (La Farandole), et donné dans « Nice-Matin », pendant de nombreuses années, une chronique d'humeur intitulée : A Rebrousse poil. Ecrire (et lire) des fictions, c'est mieux respirer. Il s'oxygène donc avec des histoires policières haletantes et douces-amères où chacun trouvera à son gré matière à palpiter, phosphorer, sourire ou rêver.

Avis sur cet auteur (3)

  • add_box
    Couverture du livre « Rda mon amour - autant en emporte le mur » de Jean Emelina aux éditions Librinova

    Sophie Songe sur Rda mon amour - autant en emporte le mur de Jean Emelina

    Michel Lombard a plus de quatre-vingts ans : cet ancien professeur français à la retraite, veuf laisse le temps maintenant s'écouler lentement, laborieusement... Quand une vieille photo le ramène tout droit à ses souvenirs de RDA et d'amour évaporé...

    C'est un roman sensible, profond sur les...
    Voir plus

    Michel Lombard a plus de quatre-vingts ans : cet ancien professeur français à la retraite, veuf laisse le temps maintenant s'écouler lentement, laborieusement... Quand une vieille photo le ramène tout droit à ses souvenirs de RDA et d'amour évaporé...

    C'est un roman sensible, profond sur les souvenirs d'une jeunesse passée, d'une situation politique unique et révolue.

    De mémoire, Michel Lombard se rappelle cette époque avec joie, folie, mélancolie. Une tranche de vie, qui alors qu'il avait déjà la cinquantaine, retrouvait son élan de jeune adolescent. Il y évoque ses relations, ses absences, l'intensité des moments esquissés, des émotions fulgurantes, défendues.

    L'écriture est poignante, intime, presque secrète. On se laisse imprégner, glisser dans la confidence. Il y a quelque chose de rétro, de baroque qui nous touche dans cette rétrospective. On ressent chez le vieil homme, le vide, la douleur, la gravité qu'il effeuille avec poésie et pleine intensité. L'écriture se veut projet et espoir dans une cavalcade de passé-présent. Comme le mur, cette fusion des corps et de l'âme a bel et bien réellement existé. L'homme dans un dernier témoignage ne peut plus l'oublier, le renier.

    C'est écrit, la réunification a deux cœurs, deux patries, une unité. Un récit fin, émotionnel, culturel, remarquablement bien développé. Je recommande !

  • add_box
    Couverture du livre « Alerte à coco beach » de Jean Emelina aux éditions Baie Des Anges

    manue fais-moi peur sur Alerte à coco beach de Jean Emelina

    Le roman se déroule à Nice, ville près de laquelle j’habite. C’est donc toujours intéressant de lire un livre dont on connaît les lieux.
    Ici c’est la place de Coco Beach qui est mise en avant.
    J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteur change de points de vue. Ce qui est par contre un peu dommage...
    Voir plus

    Le roman se déroule à Nice, ville près de laquelle j’habite. C’est donc toujours intéressant de lire un livre dont on connaît les lieux.
    Ici c’est la place de Coco Beach qui est mise en avant.
    J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteur change de points de vue. Ce qui est par contre un peu dommage c’est que l’auteur nous donne trop de « pistes » sur le tueur et ses motivations… J’aurais peut-être voulu que Jean Emelina garde le nom des meurtriers secrets pour que le lecteur essaye lui-même de découvrir cette partie.

    Les idées sont intéressantes en général. L’histoire n’avance pas trop vite pour vraiment laisser le lecteur le temps de tout assimiler.
    L’auteur s’adresse de temps en temps aux lecteurs, c’est assez surprenant… Je pense qu’il aurait fallu ou en mettre plus ou alors que les protagonistes eux-mêmes s’adressent aussi aux lecteurs. Là il y en a trop peu et à chaque fois cela m’a un peu surprise…

    En ce qui concerne les descriptions, seuls quelques personnages sont décrits et l’auteur ne nous indique que certaines choses en rapport avec leur physique. Pour ce qui est des autres protagonistes ils ne sont presque pas détaillés.
    J’aurais souhaité avoir plus de précisions liées aux descriptions des personnages et surtout des lieux.
    Je connais ces derniers mais je pense qu’un lecteur qui n’est jamais venu à Nice ne pourra pas vraiment s’imaginer les différents endroits.

    La fin est un peu trop romancée, c’est un peu dommage pour un roman policier.
    En résumé, un roman dans lequel il n’y pas vraiment de suspense mais qui reste tout de même assez agréable à lire.

    http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2016/04/affaire-n163-alerte-coco-beach-de-jean.html

  • add_box
    Couverture du livre « Cyanure à Valrose » de Jean Emelina aux éditions Baie Des Anges

    manue fais-moi peur sur Cyanure à Valrose de Jean Emelina

    Le roman nous raconte l’histoire d’un professeur d’université qui a été assassiné.
    Tout au long l’auteur nous présente deux points de vue. Le plus présent est celui de l’enquêteur. Celui du tueur, moins important, s’effectue plus sous la forme d’explications ou de notes.
    L’histoire est bien...
    Voir plus

    Le roman nous raconte l’histoire d’un professeur d’université qui a été assassiné.
    Tout au long l’auteur nous présente deux points de vue. Le plus présent est celui de l’enquêteur. Celui du tueur, moins important, s’effectue plus sous la forme d’explications ou de notes.
    L’histoire est bien menée, on suit l’enquête pas à pas.

    Ce qui est un peu dommage c’est que Jean Emelina ne joue pas assez avec les suspects et il les innocente un peu trop vite. J’aurais aimé que les auditions durent plus longtemps et qu’ils ne passent pas tout de suite aux aveux. Cela aurait pu être bien de mettre les lecteurs sur de fausses pistes mais ce n’est pas vraiment le cas ou alors on se rend assez rapidement compte qu’ils ne sont pas les coupables.

    L’auteur se concentre un peu trop sur l’Université Valrose et sur le milieu universitaire. J’ai un peu eu l’impression que Nice se résumait à cela. Habitant la région je sais que ce n’est pas le cas et j’aurais aimé retrouver l’ambiance de Nice, du vieux-Nice et de la région… Il n’y a pas de découverte de cette dernière c’est un peu frustrant.

    J’ai beaucoup aimé le personnage du commissaire même si par rapport aux autres il manque un peu de personnalité et d’un caractère qui lui est propre.
    Pour autant, c’est un protagoniste qui ne paraît pas irréaliste comme on peut parfois en trouver dans certains polars.
    Quelques parties du roman sont intéressantes et j’aurais apprécié que le point de vue concernant le coupable soit plus développé.
    Ce dernier nous est dévoilé un peu avant la fin et un point de vue le concernant aurait permis de mieux le comprendre et de savoir comment il avait vécu la situation.

    La fin m’a un peu déçue, j’aurais aimé que le roman s’arrête avant la dernière scène pour finir sur une plus tragique que sur celle qui clôture le roman.
    En résumé un bon roman, avec un sujet et un cadre dans le milieu "universitaire" que l’on ne trouve pas dans tous les romans.

    http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2015/05/affaire-n054-cyanure-valrose-de-jean.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !