Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Christophe Portes

Jean-Christophe Portes

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (28)

  • add_box
    Couverture du livre « Le mystère du masque sacré » de Jean-Christophe Portes aux éditions Editions Du Masque

    Yv Pol sur Le mystère du masque sacré de Jean-Christophe Portes

    Deuxième tome des aventures du notaire, de sa grand-mère et de Nadget ex-journaliste devenue instragrameuse-influenceuse et qui va, elle aussi, reprendre du service au sein du commando ultra-secret. Et le moins que je puisse écrire, c'est que cette aventure ne sera pas de tout repos. Après...
    Voir plus

    Deuxième tome des aventures du notaire, de sa grand-mère et de Nadget ex-journaliste devenue instragrameuse-influenceuse et qui va, elle aussi, reprendre du service au sein du commando ultra-secret. Et le moins que je puisse écrire, c'est que cette aventure ne sera pas de tout repos. Après l'excellent Minuit dans le jardin du manoir, JC Portes place cette fois-ci son groupe dans les arcanes de la Françafrique, tout cela autour d'un masque sacré censé donner le pouvoir à qui l'arbore. Les coups par dessous, les manipulations, chantages, extorsions, enlèvements, séquestrations, empoisonnement se suivent et s'enchaînent à un rythme qui ne laisse que peu de répit. Le Groupe du Manoir est omniprésent, Denis et Colette en tête, mais aussi Nadget qui prend des risques au grand dam de Denis, très amoureux-qui-n'ose-pas-se-dévoiler, sans oublier les deux octogénaires Momo le geek et Raoul, qui, pour ceux qui ne le connaissent pas ne fait pas dans la diplomatie, mais travaille davantage dans la férocité, à coup de lattes.

    Tout cela pour dire que c'est un livre vachement bien, qu'il est drôle, très rythmé, qu'il met en scène des méchants très méchants et des gentils pas toujours très gentils, un Denis un peu naïf et très amoureux mais qui est efficace au bon moment, une Colette inénarrable, une petite bonne femme qui régente tout le monde et ne s'en laisse pas compter. Ne boudons pas notre plaisir, l'actualité n'est pas vraiment rose, alors changeons-nous les idées quelques instants, ce roman et si je puis donner un conseil, les deux premiers tomes de la série, sont d'excellent exutoires à la morosité ambiante.

  • add_box
    Couverture du livre « Le mystère du masque sacré » de Jean-Christophe Portes aux éditions Editions Du Masque

    Alex-Mot-à-Mots sur Le mystère du masque sacré de Jean-Christophe Portes

    Une nouvelle enquête du groupe du Manoir qui se déroulera encore sur les chapeaux de roues et qui m’a emmené cette fois en Afrique.

    Le point de départ est un masque punu que l’expédition de Brazza au Congo au 19e siècle avait rapporté en France.

    L’actuel chef d’état du Congo, Kibanga,...
    Voir plus

    Une nouvelle enquête du groupe du Manoir qui se déroulera encore sur les chapeaux de roues et qui m’a emmené cette fois en Afrique.

    Le point de départ est un masque punu que l’expédition de Brazza au Congo au 19e siècle avait rapporté en France.

    L’actuel chef d’état du Congo, Kibanga, cherche à le récupérer. Et pour cela, il est prêt à tout.

    Bien évidemment, toute ressemblance avec des situations ou des personnes existantes serait fortuite….

    J’ai aimé découvrir la grande famille des Mboundou : Albert-Felix, Jules-Felix, Jean-Felix….

    J’ai souri lorsque le groupe Wagner Günther est entré en scène.

    J’ai aimé les titres de chapitres au vocabulaire suranné.

    Bref, j’ai passé un excellent moment de lecture.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la potion verte au goût d’amande qui plonge le buveur en catalepsie.

    https://alexmotamots.fr/le-mystere-du-masque-sacre-jean-christophe-portes/

  • add_box
    Couverture du livre « Les enquêtes de Victor Dauterive t.5 ; la trahison des Jacobins » de Jean-Christophe Portes aux éditions City

    CATHIE LOUVET sur Les enquêtes de Victor Dauterive t.5 ; la trahison des Jacobins de Jean-Christophe Portes

    La Trahison des Jacobins a été publié par les éditions City en 2019. Les faits et l'ambiance politique qui règne dans Paris en cette époque troublée sont méthodiquement et clairement exposés. La plume de Jean-Christophe Portes est très agréable à lire, élégante et minutieuse, mais le style est...
    Voir plus

    La Trahison des Jacobins a été publié par les éditions City en 2019. Les faits et l'ambiance politique qui règne dans Paris en cette époque troublée sont méthodiquement et clairement exposés. La plume de Jean-Christophe Portes est très agréable à lire, élégante et minutieuse, mais le style est plus abrupt, plus râpeux que dans les opus précédents, à l'aulne de la misère plus présente dans cette cinquième enquête: "On n'y voyait pas grand chose à cause des fenêtres fermées, pour éviter que l'air extérieur ne vienne corrompre celui de l'intérieur, dit l'Econome qui déambulait un pas devant lui, penché sur les litières immondes...Il disait d'autres choses; qu'il avait tant d'enfants, si fragiles, si démunis, tant de misère et de morts. Que c'était l'été et qu"on n'attendait point pour enterrer, il faisait trop chaud." (Page 17).
    Construction: immédiate descente aux Enfers avec la visite de Dauterive dans la prison de Bicêtre, véritable antre du diable, à la recherche de Joseph, disparu à la fin de l'épisode précédent, illustrée par des descriptions imagées et terriblement évocatrices.
    Thèmes: trafic d'enfants; réseaux de prostitution; scandale financier (fausse monnaie).
    Sens de la mise en scène avec des descriptions précises, hautes en couleurs, révélant les tréfonds sordides de l'âme humaine: "Elle voulut crier mais ne réussit qu'à s'éloigner à pas hagards, le Hibou dans son sillage. Sur son chemin, elle vit d'autres fillettes ou des garçons (le plus âgé n'avait pas douze ans) satisfaire leurs clients de toutes les façons possibles, certaines offrant leurs croupes penchées en avant, comme dans les pires gravures licencieuses. D'affreux personnages de tous âges et de toutes conditions rôdaient autour, tous bien laids et bien répugnants, suant le vice...Souvent des filles perdues accompagnaient les enfants, se faisant passer pour leurs mères, de sorte que nul n'y trouvait à redire...Parfois les enfants sont prostitués par des maquerelles, dit Restif. Dans ce cas, le réceptacle de leurs ébats n'est pas le jardin mais le bordel." (Pages 168-169)...
    ..."Oui, certaines familles cédaient leurs propres fils ou filles aux marchands de sexe. Des femmes dix fois mères, qui abandonnaient le dernier rejeton non désiré - après tout c'était cela ou la famille crevait de faim, avec trop de bouches à nourrir. Le trafic s'alimentait aussi de fillettes ou de garçons enlevés, volés Dieu savait où, Dieu savait par qui. A Bicêtre? Peut-être bien! Dans les faubourgs, dans les campagnes...D'autres gosses étaient directement retenus à la source pour ainsi dire: des épouses désirant cacher leur grossesse à leur mari, des filles de maison, des cuisinières, des paysannes enceintes. Une négociante leur offrait des arrhes; en échange elles accouchaient chez cette dernière et lui abandonnaient le bébé. Et quelques années plus tard, celui-ci venait alimenter l'odieux marché." (Page 173). =>Pratiques malheureusement toujours d'actualité.

    A la fin de l'épisode précédent, L'Espion des Tuileries, Joseph est enlevé par Dossonville, afin de se venger de Dauterive, et emprisonné à Bicêtre. Déclaré mort, Victor rumine sa colère et son chagrin de n'avoir pas su protéger son petit valet. Afin de venger sa mort, il n'a plus qu'une seule idée en tête: tuer Dossonville. Mais Charpier a un autre plan pour lui: discréditer Danton afin de détruire Dossonville, son principal agent.
    C'est alors que le policier Bachelu est retrouvé mort dans un établissement de Bains Publics, en apparence suicidé mais plus certainement assassiné, supposément par Dossonville, sur les activités illicites duquel il enquêtait. A moins qu'il ne s'agisse d'un règlement de compte par Mariette, un médecin altruiste, criblé de dettes, dépensant tout son argent dans le jeu, complice de Bachelu dans son trafic d'alcool?
    Victor est chargé de l'enquête par Charpier, assisté par le policier Lacour: "Vous allez reprendre l'enquête contre Dossonville, et vous la mènerez à son terme avec monsieur Lacour. Vous aurez un mandat du Comité de surveillance de l'Assemblée. Je serai votre seul interlocuteur...N'oubliez pas que Dossonville travaille aussi pour le Comité de surveillance. Il s'occupe de la lutte contre les faux assignats..." (Pages 44-45).
    Quant à Olympe, persuadée que Joseph n'est pas mort mais tombé entre les mains de trafiquants d'enfants, part à sa recherche, écumant les bas-fonds de la capitale, sans se douter des dangers auxquels elle s'expose.
    Plus Victor avance dans son enquête, plus il a la conviction que la véritable raison du décès de Bachelu concerne un secret d'Etat bien plus important que le trafic de fausse monnaie. Tandis que la menace autrichienne se fait chaque jour plus présente, frappant aux portes de Paris, dans une ambiance de guerre civile: "Désormais, tout était clair: la Cour attendait l'arrivée des Autrichiens pour reprendre le pouvoir. Capet remonterait sur son trône millénaire comme si rien ne s'était passé, comme si les Droits de l'homme, comme si toutes les réformes ne comptaient pas. On fusillerait, on pendrait quelques centaines de meneurs, des députés ou des officiers, on raserait les clubs, on fermerait les journaux et l'Assemblée, et la vie d'autrefois reprendrait." (Pages 312-313) =>Comment Victor, dans de telles circonstances, parviendra-t-il à démêler les fils de cette intrigue complexe?

    Quelle admirable leçon d'histoire couplée d'un passionnant roman d'aventures policières!! La Trahison des Jacobins présente tous les ingrédients du polar historique de haut vol. Car désormais, Jean-Christophe Portes figure parmi les meilleurs auteurs du genre. J'ai bien plus appris sur cette période complexe en lisant ses romans que pendant les cours dispensés au lycée. L'auteur excelle à démêler les fils embrouillés de l'Histoire et à présenter le plus clairement possible les dessous politiques de la Révolution, tout en concoctant une intrigue policière bien ficelée. Je regrette toutefois que la haute qualité de l'ouvrage soit gâtée par les trop nombreuses coquilles dues au manque de soin apporté à son élaboration.

  • add_box
    Couverture du livre « Intouchable » de Jean-Christophe Portes aux éditions City

    Yv Pol sur Intouchable de Jean-Christophe Portes

    Je ne suis pas spécialiste ni très amateur de thriller, j'ai toujours l'impression qu'il y a des codes stricts, des passages obligés et un manque de surprises, ou disons que les surprises sont attendues ; mais comme icelui est écrit par Jean-Christophe Portes, l'auteur de la série historique...
    Voir plus

    Je ne suis pas spécialiste ni très amateur de thriller, j'ai toujours l'impression qu'il y a des codes stricts, des passages obligés et un manque de surprises, ou disons que les surprises sont attendues ; mais comme icelui est écrit par Jean-Christophe Portes, l'auteur de la série historique avec Victor Dauterive entre autres, je me suis laissé tenter. Cela commence difficilement avec une mise en place de l'intrigue et des différents intervenants que je trouve longue et des répétitions, des passages un peu bavards.

    Une fois ces bémols passés, je suis entré dans le cœur de l'action et des personnages, sans tergiversations, au plus profond d'eux, d'Anne en particulier. Et cela c'est un bon point qui me ramène dans ma lecture. Son mal de vivre depuis la mort de Manon est omniprésent, comme si elle s'empêchait de survivre à elle et que sa mission était de crier partout qu'elle ne s'était pas suicidée.

    L'on entre également dans la tête de Simon Bonnamy, JC Portes alternant les deux narrateurs, lui d'abord tout doucement, puis prenant plus de place au fil des pages. Le roman va assez vite, il est dense, à peine 250 pages, donc excellent format pour moi et se lit vite. JC Portes rajoute des éléments au cours de son histoire, renforçant la détermination de l'une et l'aspect inquiétant de l'autre. Ni Anne ni Simon ne sont des personnages vraiment sympathiques, lui semble être un monstre -mais je n'en dirai pas plus- et elle l'est un peu aussi tant sa vengeance l'a obsédée et l'obsède encore au point de négliger son autre fille et les gens qui l'entourent. La difficulté à vivre de l'une étant la conséquence des actes horribles de l'autre.

    Même -a priori, comme quoi, les a priori...- non-amateur du genre, je me suis laissé emporter, preuve que ce thriller est très bon. En outre, l'auteur évoque des lieux que j'aime beaucoup, Nantes, Pornic et Les Moutiers-en-Retz, station balnéaire que je fréquente souvent pour mes balades iodées.