Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Baptiste Del Amo

Jean-Baptiste Del Amo

Jean-Baptiste Del Amo, de son vrai nom Jean-Baptiste Garcia, est un écrivain français, vivant à Montpellier.

Après avoir suivi un cursus littéraire, le jeune homme travaille pendant un temps comme animateur socio-culturel. Il part ensuite pour une mission humanitaire en Afrique.

En 2006, il reç...

Voir plus

Jean-Baptiste Del Amo, de son vrai nom Jean-Baptiste Garcia, est un écrivain français, vivant à Montpellier.

Après avoir suivi un cursus littéraire, le jeune homme travaille pendant un temps comme animateur socio-culturel. Il part ensuite pour une mission humanitaire en Afrique.

En 2006, il reçoit le Prix du jeune écrivain francophone pour sa nouvelle « Ne rien faire », écrite à partir de son expérience de quelques mois au sein d'une association de lutte contre le VIH en Afrique.

Fin août 2008, son premier roman, « Une Éducation libertine », paraît dans la collection « blanche » chez Gallimard. Il est favorablement accueilli par la critique et reçoit le prix Laurent-Bonelli, fin septembre 2008. Le roman est à mi-chemin entre le roman historique et le roman d'apprentissage. Il évoque l'homosexualité, la prostitution et le libertinage bourgeois.

En mars 2009, Jean-Baptiste Del Amo se voit finalement attribuer le Prix Goncourt du premier roman, à l'unanimité dès le premier tour de scrutin.

Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 25/11/1981

Articles en lien avec Jean-Baptiste Del Amo (3)

Avis sur cet auteur (43)

  • add_box
    Couverture du livre « Le fils de l'homme » de Jean-Baptiste Del Amo aux éditions Gallimard

    Mumu Dans le Bocage sur Le fils de l'homme de Jean-Baptiste Del Amo

    Il y aurait tant à dire et pourtant il ne faut pas trop en dévoiler car c'est par séquences, par époques, que l'on découvre peu à peu cette histoire car pour la comprendre il faut remonter le temps, car rien n'arrive par hasard et n'est que le résultat d'une enfance, de blessures. Tout commence...
    Voir plus

    Il y aurait tant à dire et pourtant il ne faut pas trop en dévoiler car c'est par séquences, par époques, que l'on découvre peu à peu cette histoire car pour la comprendre il faut remonter le temps, car rien n'arrive par hasard et n'est que le résultat d'une enfance, de blessures. Tout commence par une chasse en des temps préhistoriques où le chasseur part en quête de sa proie et l'abat, initiant ainsi son fils à la survivance. Puis il y a l'arrivée, de nos jours, de ce père, accueilli par un fils qui se souvient à peine de lui et qui les emmène, lui et sa mère aux Roches, l'auteur entremêlant cette arrivée et le séjour pour mieux comprendre le contexte des retrouvailles puis de la progression du plan ourdi par le père et surtout de la progression, dans chacun des esprits, de ce qui se trame, de l'angoisse qui s'installe aux Roches.

    Avec une écriture taillée au scalpel, parfaitement relayée par la voix de Mathurin Voltz qui lui donne toute sa sècheresse, sa dureté, Jean-Baptiste Del Amo restitue l'ambiance pesante et lourde qui règne au sein de cette famille, où la parole et les sentiments sont réduits au minimum. C'est un roman noir, épuré, chargé d'angoisse où l'on pressent que rien ne sera simple, que chacun cache quelque chose, où l'enfant écoute, observe, porte un regard sur les adultes, ses parents, qu'il découvre partagé qu'il est entre amour avec celle qui partageait sa vie jusqu'à maintenant et cet inconnu qu'il craint mais dont il ne peut s'empêcher de se rapprocher.

    On ressent que chaque mot, chaque scène ont été taillés, sculptés pour être au plus près de ce huis-clos oppressant, Jean-Baptiste Del Amo ne faisant pas dans les fioritures, dans la dentelle. C'est sec, implacable et donne à l'ensemble du récit une noirceur dont on comprend très vite qu'elle va envahir la maison des Roches, car elle est là? tapie, silencieuse, omniprésente car on le sait, on le sent : la famille n'en ressortira pas indemne. Le fils de l'homme va faire un rude apprentissage résultant de blessures du passé, va devoir apprendre vite et de façon brutale qu'il y a des choix inéluctables. 

    Le gris du début du roman sombre dans le noir avec des tâches de rouge mais l'écriture colle tellement au contexte que même si c'est dur, fort, on ne peut que reconnaître la virtuosité de l'écrivain à faire transpirer sa plume de l'encre dans laquelle il l'a trempée, celle de la jalousie, la rancœur, la folie et la violence.

    Une mention spéciale pour la fin du roman, pour une phrase qui claque et qui vous laisse sans voix, tellement elle vous gifle.

    J'ai beaucoup aimé.

  • add_box
    Couverture du livre « Le fils de l'homme » de Jean-Baptiste Del Amo aux éditions Gallimard

    NATHALIE BULLAT sur Le fils de l'homme de Jean-Baptiste Del Amo

    "Et la rage des pères revivra chez les fils à chaque génération " ( Sénèque)
    La préface de ce roman brillant et bouleversant donne le ton. Est-ce une fatalité d'hériter des dérives des parents ?
    Le prologue peut surprendre car il nous plonge dans le début de l'humanité ou il faut lutter à...
    Voir plus

    "Et la rage des pères revivra chez les fils à chaque génération " ( Sénèque)
    La préface de ce roman brillant et bouleversant donne le ton. Est-ce une fatalité d'hériter des dérives des parents ?
    Le prologue peut surprendre car il nous plonge dans le début de l'humanité ou il faut lutter à tout prix pour survivre. Cette violence transmise par les pères ne vient-elle pas de terreurs ancestrales ?
    Chez Del Amo, ils n'ont pas de nom, c'est le père, la mère, le fils, le vieux, la voisine. Sauf Tony, le complice de jeux dangereux.
    Le père a abandonné femme et enfant pour réapparaître après six ans d’absence afin de démarrer une nouvelle vie. Il décide de passer l'été dans la vieille maison familiale délabrée " les roches ", une bicoque en ruine, au toit éventré perdue au cœur de la montagne, laissant derrière eux s'éloigner le monde réel.
    "on est ensemble rien ne peut nous arriver" dit il .Pourtant l'enfant semble être le plus lucide ,le plus attentif devant sa mère en détresse et son père à l'amour totalitaire, rongé par la jalousie.
    " il n'y a pas pire qu'un homme blessé" nous dit l'auteur . Ce père-là est un homme brisé par une enfance difficile sans mère, dont le propre père autoritaire n'a connu qu'une vie de labeur et de misère. Ce père-là joue sans cesse avec les limites.
    Il apprend au fils à chasser, à pêcher, à se servir du vieux revolver ayant appartenu au grand père.
    Il a toute une histoire ce vieux revolver. Le lecteur craint qu'il ne reste pas si longtemps au fond d'un tiroir .
    La nature magnifiquement dépeinte et les quelques passages paisibles entre les trois personnages permettent de souffler à travers des chapitres durs, oppressants. La construction roman est basée sur de nombreux retours dans le passé.
    Malgré la colère atavique du père, je le préfère au père tyrannique et cruel de "my absolute darling" ou au père lâche de "Sukkwan island".
    C'est un père en manque d'amour qui a été trahi et entraîne les siens dans sa folie.

  • add_box
    Couverture du livre « Une éducation libertine » de Jean-Baptiste Del Amo aux éditions Folio

    Tolstoï sur Une éducation libertine de Jean-Baptiste Del Amo

    J'ai découvert Jean Baptiste Del Amo dès la parution de ce premier livre. Son écriture m'éblouit par sa beauté, même dans les mots crus tout en gardant un style très classique qui m'emporte à chacun de ses livres. Un très grand auteur pour moi.

    J'ai découvert Jean Baptiste Del Amo dès la parution de ce premier livre. Son écriture m'éblouit par sa beauté, même dans les mots crus tout en gardant un style très classique qui m'emporte à chacun de ses livres. Un très grand auteur pour moi.

  • add_box
    Couverture du livre « Le fils de l'homme » de Jean-Baptiste Del Amo aux éditions Gallimard

    charlene_bzh sur Le fils de l'homme de Jean-Baptiste Del Amo

    Il y a le père, la mère et le fils. Un roman écrit comme dans un huis-clos, dans une maison isolée dans la montagne. Un récit tout en description, la nature omniprésente.

    Une plume très belle. C'est ce que j'ai aimé dans ce roman. Il est magnifiquement écrit, une belle découverte.

    J'ai...
    Voir plus

    Il y a le père, la mère et le fils. Un roman écrit comme dans un huis-clos, dans une maison isolée dans la montagne. Un récit tout en description, la nature omniprésente.

    Une plume très belle. C'est ce que j'ai aimé dans ce roman. Il est magnifiquement écrit, une belle découverte.

    J'ai beaucoup moins accroché à l'histoire, à sa noirceur qui m'a engloutie toute entière. Cela m'a rebuté. Je me suis sentie envahir par toutes les émotions négatives du roman. Ma lecture en a pâti. Cela a été laborieux et sans plaisir.

    J'ai donc été déçue, d'autant plus que j'ai aimé le style de l'auteur. Si il y a des lecteurs de Jean-Baptiste Del Amo par ici, avez vous un autre roman à me conseiller ?

Ils suivent Jean-Baptiste Del Amo

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !