Jean-Baptiste Andrea

Jean-Baptiste Andrea

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (61)

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Yves MABON sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    Chronique pré-adolescente vue à travers les yeux d'un jeune garçon hors la norme qui voudrait que chacun entre dans un moule éducatif et d'apprentissages. Shell est différent : pas intellectuel, ne sachant pas lire, peu doué pour les études, mais assez débrouillard dès lors qu'il s'intéresse. A...
    Voir plus

    Chronique pré-adolescente vue à travers les yeux d'un jeune garçon hors la norme qui voudrait que chacun entre dans un moule éducatif et d'apprentissages. Shell est différent : pas intellectuel, ne sachant pas lire, peu doué pour les études, mais assez débrouillard dès lors qu'il s'intéresse. A 12 ans, il subit déjà et depuis longtemps les quolibets, les moqueries et les coups. A l'école, mais aussi à la maison où son père ne manque jamais de le rabaisser. Aussi lorsqu'il quitte la station, on sent bien que tout ne se déroulera pas bien pour lui, et sa rencontre avec Viviane, sa reine, à laquelle, il se dévouera totalement, risque bien de l'emmener loin de sa zone de sécurité.

    C'est bien écrit, très agréable à lire, et pourtant je ne suis pas amateur des romans écrits du point de vue des enfants, qui parfois cachent ainsi des faiblesses et des maladresses. Ce n'est pas le cas ici, et Jean-Baptiste Andrea ne s'embourbe pas dans le piège de la facilité. Il fait évoluer son personnage pendant cet été, par ses rencontres, sa solitude, les paysages superbes qui se prêtent à l'introspection, aux questionnements, car même si Shell est l'idiot du village, il se pose pas mal de questions, les mêmes que chacun d'entre nous au même âge, mais sans doute d'une manière différente. Le romancier tire souvent des sourires, par des formules, la candeur de son héros ou des trouvailles : "Parmi les missions qui m'étaient confiées, je devais remettre du papier toilette dans le réduit marqué C -le W était tombé et on ne l'avait jamais remis quand on avait constaté qu'il faisait un excellent dessous-de-plat." (p.17)

    Franchement, j'ai hésité avant d'ouvrir ce livre, parce qu'a priori, ce n'est pas trop mon style, mais je ne regrette pas du tout. Une très belle histoire, des beaux personnages et de superbes paysages, que vouloir de plus ? Un peu plus d'infos sur le site de l'éditeur : Folio.

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Regine B sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    Ce premier roman de Jean-Baptiste Andrea est une belle découverte et sa lecture ne peut laisser insensible.
    Le narrateur est un jeune garçon déscolarisé parce que différent. Il n'a pas grandi dans sa tête. Il aide ses parents qui tiennent une petite station essence où passe peu de monde
    Un...
    Voir plus

    Ce premier roman de Jean-Baptiste Andrea est une belle découverte et sa lecture ne peut laisser insensible.
    Le narrateur est un jeune garçon déscolarisé parce que différent. Il n'a pas grandi dans sa tête. Il aide ses parents qui tiennent une petite station essence où passe peu de monde
    Un jour il comprend qu'on veut le placer dans un endroit spécialisé; alors il décide de partir mais pas n'importe où, partir à la guerre "A la guerre, je me battrais, on me donnerait des médailles e je reviendrais et là, tout le monde serait bien forcé d'admettre que j'étais un adulte, ou tout comme"
    Sa fuite le conduit sur le plateau où il rencontre Viviane qui sait arrêter le vent et qui lui apporte de quoi manger; Il t doit lui obéir, elle est sa reine. Elle le nomme Shell à cause du logo de la marque d'essence sur son blouson. A eux deux, ils vont réinventer un monde fait de secrets, de sorts jetés et de grottes cachées.
    Un jour, elle disparait. Shell va trouver refuge chez un berger, un muet plutôt sauvage qui se mat à parler. Shell va garder les moutons en espérant le retour de sa reine.
    Viviane va revenir, mais en la retrouvant il rompt le serment et elle redevient une fille banale dans une maison qui n'est plus un château. Pourtant, il est toujours ébloui comme au premier jour et prêt à lui obéir jusqu'à l'impensable.
    Cette histoire racontée avec la naiveté de l'enfant qui n'a pas grandit est pleine de poésie, de vent et d'odeurs du maquis. On s'attache à suivre le destin de ces deux enfants solitaires qui réinventent un monde à l'aune de leurs rêves, un monde où tout est possible. .

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Nath Bertrand sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    Ma Reine est le premier roman de Jean-Baptiste Andrea.

    Si j’ai une réelle tendresse pour les premiers romans, celle-ci est accrue dès lors qu’il s’agit de récits poétiques, de personnages hors normes que l’on a juste envie de serrer dans ses bras, et de quête initiatique.

    L’auteur réunit...
    Voir plus

    Ma Reine est le premier roman de Jean-Baptiste Andrea.

    Si j’ai une réelle tendresse pour les premiers romans, celle-ci est accrue dès lors qu’il s’agit de récits poétiques, de personnages hors normes que l’on a juste envie de serrer dans ses bras, et de quête initiatique.

    L’auteur réunit ici tous ses ingrédients, et sort de son chaudron magique une histoire d’une beauté à couper le souffle.

    Shell est un gamin pas comme les autres. Solitaire, Il ne va plus à l’école, se sent incompris tant par sa famille que par ses amis, et fait, il faut bien le reconnaître, quelques bêtises. Le jour où il apprend qu’il risque d’être placé dans une institution, il décide de partir…à la guerre. Il prouvera ainsi qu’il est un homme. Un soldat. Un adulte. Il prend donc la décision de quitter le foyer familial, une station-service, loin de tout.

    « J'avais un plan. À la guerre, je me battrais, on me donnerait des médailles, je reviendrais, et là, tout le monde serait bien forcé d'admettre que j'étais un adulte, ou tout comme »

    A douze ans, on n’en sait pas plus sur le monde que sur la guerre.

    A douze ans, que sait-on au juste ?

    Ses pas le conduisent sur « le plateau ». C’est là qu’il a rencontrer Viviane, sa Reine. Celle qui le comprend. Celle qu’il va aimer d’amour. Comme on aime quand on a douze ans, et qu’on n’est pas comme les autres.

    « ... Viviane est entrée, elle s'est faufilée entre mes grandes plaques de peur et elle est venue s'asseoir près de moi… Elle était tellement belle que j'avais envie de me glisser dans sa peau et de devenir elle pour savoir ce que c'était. Puis j'ai pensé que je ne pourrais plus la voir si j'étais dans sa peau, sauf dans un miroir, et que ce serait peut-être mieux si c'était elle qui se glissait dans ma peau à moi. Je ne pourrais pas la voir non plus mais au moins, je pourrais l'emmener partout. »

    A eux deux, ils vont refaire le monde. Un monde à hauteur d’enfants, un monde fait de poésie, de couleurs, de tendresse, de magie, de lumière. Un monde où rien n’est impossible.

    Ma Reine est un magnifique hymne à l’Amour, à la Liberté, à la Nature, au soleil, à la pluie, aux étoiles, à l’enfance, au parfum de la Terre, à la pureté et à la sensualité. Plus qu’un roman, c’est un conte qui se lit d’une seule traite, c’est un monde onirique, un univers somptueusement solaire. C’est un récit initiatique tout en poésie.

    « J’ai voulu la pluie. Je l’ai tant voulue que quand elle est venue, je ne savais plus comment l’arrêter. C’était une grosse pluie rose, vert, bleu, elle prenait la couleur d’un rien. Elle assommait les oiseaux. Il a plu comme ça pendant je ne sais pas combien de temps. Les vieux disaient qu’ils n’avaient jamais vu ça. Ils parlaient de leurs ancêtres et de Dieu
et du ciel et de tout sauf de la raison de la pluie : moi. »

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Les livres de K79 sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    A l’époque de sa sortie, j’avais lu beaucoup de bonnes choses sur ce premier roman. Pour ma part, je me suis lancé dans cette lecture sans en connaître ni le thème ni l’histoire.

    Le lecteur entre dans la tête de Shell, jeune garçon simplet, qui a des envies d’ailleurs. Il veut se prouver...
    Voir plus

    A l’époque de sa sortie, j’avais lu beaucoup de bonnes choses sur ce premier roman. Pour ma part, je me suis lancé dans cette lecture sans en connaître ni le thème ni l’histoire.

    Le lecteur entre dans la tête de Shell, jeune garçon simplet, qui a des envies d’ailleurs. Il veut se prouver qu’il est un homme et selon lui, cela passe par la guerre. On le suit donc dans sa fuite en avant vers son objectif. En route, il rencontre une fille. Elle représente à ses yeux la promesse d’un monde meilleur où il est enfin accepté comme il est. Il va tomber sous le charme de cette fille de caractère.

    Même s’il semble parler d’une réalité, le récit nous est conté à la manière d’un rêve. L’esprit sous développé de Shell nous montre le monde sous un angle différent. Autant ses idées sont restreintes, autant ses ambitions sont sans limites. Comme un très jeune enfant, tout lui apparaît blanc ou noir. Les nuances ne font pas partie de son mode de réflexion. Mais la naïveté dont il fait preuve, qui semblait être son salut face à son handicap, pourrait tout aussi bien le conduire à sa perte.

    Ce genre de roman produit le même effet qu’un songe. Quand l’histoire proprement dite s’efface avec le temps, le souvenir des sensations et des émotions persiste. Ce texte touchant fait appel à nos souvenirs d’enfance et nous libère des contraintes de l’âge adulte. C’est un plaisir de l’instant, un moment poétique qui nous élève en dehors du quotidien le temps d’une lecture. Jean-Baptiste Andrea a écrit une belle histoire onirique, courte mais intense, sur l’innocence de la jeunesse et la puissance des illusions. Auteur à suivre…

    http://leslivresdek79.com/2019/02/07/430-jean-baptiste-andrea-ma-reine/

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !