Jean-Baptiste Andrea

Jean-Baptiste Andrea

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (61)

  • add_box
    Couverture du livre « Cent millions d'années et un jour » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Les Lectures de Cannetille sur Cent millions d'années et un jour de Jean-Baptiste Andrea

    Juillet 1954. Les récits d’un vieil homme aujourd’hui décédé ont convaincu Stan, paléontologue français d’une cinquantaine d’années, qu’un exceptionnel spécimen de squelette de dinosaure est caché dans une grotte, à proximité d’un glacier du massif des Dolomites, entre France et Italie. Se...
    Voir plus

    Juillet 1954. Les récits d’un vieil homme aujourd’hui décédé ont convaincu Stan, paléontologue français d’une cinquantaine d’années, qu’un exceptionnel spécimen de squelette de dinosaure est caché dans une grotte, à proximité d’un glacier du massif des Dolomites, entre France et Italie. Se basant sur les maigres indices en sa possession, il entraîne trois hommes : son meilleur ami et scientifique Umberto, l’assistant de ce dernier, Peter, et un guide de haute montagne, Gio, dans une expédition de plusieurs semaines dont il espère enfin le couronnement de sa carrière.

    Quel enchantement que ce livre ! C’est d’abord la beauté de l’écriture, le juste choix des mots, la poésie et l’humour des tournures, qui sautent aux yeux dès les premières pages. Puis, très vite, on se retrouve en apnée, embarqué dans une aventure dont l’issue dépendra autant des lois de la haute montagne, que des personnages venus dans cet implacable et dangereux huis-clos chargés des fantômes de leur passé.

    Le récit, court et intense, est mené avec une efficace sobriété, dans un impitoyable enchaînement dont la fatalité et l’ironie se retrouvent jusque dans le titre, et où l’émotion, embusquée au plus profond des protagonistes, finira par prendre le lecteur à la gorge.

    Récit d’aventure faisant la part belle à la montagne, cette histoire est aussi celle de la poursuite d’un rêve, le rêve de l’enfant blessé par la vie que fut Stan, et que l’adulte qu’il est devenu tentera finalement de réaliser à tout prix. Car quelle est la plus grande folie : perdre le sens de son existence en renonçant à ses rêves, ou risquer sa vie pour les réaliser ? Un livre coup de foudre, bien au-delà du coup de coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Cent millions d'années et un jour » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Les livres de K79 sur Cent millions d'années et un jour de Jean-Baptiste Andrea

    Le premier roman de Jean-Baptiste avait été une belle révélation pour moi. Ce texte touchant avait marqué mes esprits. J’étais donc impatient de voir ce que l’auteur allait nous proposer ensuite.

    Le narrateur de ce livre et ses collègues se lancent dans une expédition au fin fond des...
    Voir plus

    Le premier roman de Jean-Baptiste avait été une belle révélation pour moi. Ce texte touchant avait marqué mes esprits. J’étais donc impatient de voir ce que l’auteur allait nous proposer ensuite.

    Le narrateur de ce livre et ses collègues se lancent dans une expédition au fin fond des montagnes à la recherche d’une chose invraisemblable. Se basant sur une comptine et semblant sortir de nulle part, cette quête acharnée va les isoler dans un univers hostile. Ils vont devoir se battre contre les éléments et contre eux-mêmes afin de remplir leur mission. Mais cette exploration improbable est aussi un prétexte qui vient en écho au passé du narrateur. En effet, celui-ci a été tourmenté par la disparition de sa mère et par la sévérité de son père. Grâce à plusieurs flashbacks, on découvre l’éducation assez rude, pleine de clichés et dénigrements qu’il a toujours voulu fuir. Avec son aventure farfelue, le narrateur veut se prouver à lui-même et à son père, qui l’a toujours rabaissé, qu’il est capable du meilleur.

    Comme le précédent, ce nouvel opus fait partie de ces livres qu’il est difficile à résumer. L’intérêt de l’histoire n’est pas dans les faits ou dans le scénario. Tout se passe au niveau du ressenti. Jean-Baptiste Andrea manie avec dextérité une plume à la fois poétique et visuelle. Lorsque l’on entre dans cette histoire, on est happé par l’atmosphère et on tourne les pages comme dans un songe. Les évènements racontés ne sont pas romanesques mais la magie agit quand même. Le texte prend le lecteur dans ses filets pour ne pas lâcher avant la fin.

    Même si le thème de la poursuite d’un rêve est au cœur de ses œuvres, Jean-Baptiste Andrea a su parfaitement se renouveler. Il confirme ainsi toutes ses qualités d’écrivain avec cette nouvelle aventure, encore une fois ensorcelante.

    http://leslivresdek79.com/2019/10/04/494-jean-baptiste-andrea-cent-millions-dannees-et-un-jour/

  • add_box
    Couverture du livre « Cent millions d'années et un jour » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Cathfd sur Cent millions d'années et un jour de Jean-Baptiste Andrea

    Dès les premières pages, j'ai su que j'étais piégée, embarquée et heureuse de l'être. Dès les premières pages, je me suis dit que je n'avais pas lu Ma reine, le premier roman de Jean Baptiste Andrea et qu'il fallait que je répare cette erreur dès que possible. Dès les premières pages je me suis...
    Voir plus

    Dès les premières pages, j'ai su que j'étais piégée, embarquée et heureuse de l'être. Dès les premières pages, je me suis dit que je n'avais pas lu Ma reine, le premier roman de Jean Baptiste Andrea et qu'il fallait que je répare cette erreur dès que possible. Dès les premières pages je me suis dit que cette plume était merveilleuse, que c'était celle d'un conteur amoureux de la nature, au regard bienveillant sur ses personnages.

    Stan est paléontologue et sur les dires d'une enfant, à cause d'un bout d'os posé sur une caisse de déménagement qui a aussitôt parlé à son œil exercé, il va poursuivre un rêve censé lui apporter gloire et reconnaissance, à lui l'obscur scientifique travaillant dans les sous-sols de l'université .

    Pour cette quête chimérique il part entre la France et l'Italie, vers"un pays où les querelles durent mille ans", une zone où "à qui savaient les lire, ces courbes de niveaux parlaient d'une verticalité hostile, effrayante... Le dragon s'était bien protégé, au sein d'un cirque de pierre que les hommes d'autrefois avaient dû croire habité par des dieux".

    Il y retrouve Umberto, son ancien assistant, devenu professeur en Italie, accompagné de Peter, son jeune assistant allemand. Umberto avec qui il a découvert la grappa :"A la première gorgée, un vent de montagnes m'avait frappé, une aria de pentes et de fleurs de prairies qui m'avait fait monter les larmes aux yeux".
    Et celui qui va les guider, Gio le vieil italien, le meilleur, le plus demandé, qui pose ses outils de couvreur le temps d'une ascension. "Gio se moque du but de notre expédition. Monter, survivre, redescendre, voilà sa Trinité. "

    Et commence un huis-clos absolument incroyable, où les passions vont s'exacerber, les souvenirs affluer et les blessures d'enfance ( ou pas) remonter... L'expédition prendra un tour imprévu...

    J'ai adoré cette histoire rythmée par les saisons et le bouleversant épilogue 40 ans après. A lire pour faire un bond dans le temps( les années 50) et vivre une expérience sensorielle en haute montagne. Vous aurez froid, peur, serez tour à tour découragés, abattus, plein d'espoir...

  • add_box
    Couverture du livre « Cent millions d'années et un jour » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Emma C sur Cent millions d'années et un jour de Jean-Baptiste Andrea

    Quel plaisir de retrouver l’écriture de Jean Baptiste Andrea ! Après la lumière et la chaleur du sud de la France avec Ma Reine, il nous plonge dans la froid et la pierre de la haute montagne mais toujours dans une grande luminosité.

    Un paléontologue qui joue son va-tout, vend son appartement...
    Voir plus

    Quel plaisir de retrouver l’écriture de Jean Baptiste Andrea ! Après la lumière et la chaleur du sud de la France avec Ma Reine, il nous plonge dans la froid et la pierre de la haute montagne mais toujours dans une grande luminosité.

    Un paléontologue qui joue son va-tout, vend son appartement pour financer une expédition à la recherche d’un squelette de « dragon » sur les dires d’une petite fille a qui l’on a raconté ce squelette, qu’est ce que cela dit de l’état de cet homme ?

    Qu’il est devenu fou, qu’il n’a plus rien à perdre, qu’il a décidé de suivre ses rêves d’enfant et se lance dans une chasse au trésor grandeur nature ?

    Stan est cet homme que sa vie n’a pas comblé et qui refuse de partir autrement qu’en feu d’artifice.

    Arrivé dans la montagne, sur le glacier, personnage vivant à part entière, le vertige des hauteurs va le prendre et ne plus le lâcher.

    Un récit splendide et poétique porté par une écriture lumineuse qui vos emporte dans un voyage extraordinaire sur les crêtes.

    Magnifique !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !