Jean-Baptiste Andrea

Jean-Baptiste Andrea

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (61)

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    marie calvin sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    Belle histoire , poésie, rêve, enfance

    Belle histoire , poésie, rêve, enfance

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Dominique Sudre sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    En 1965 Shell, un jeune garçon de 12 ans, vit avec des parents âgés dans une vallée de haute-Provence. L’école n’est pas faite pour lui car il est trop différent des autres. A la station-service de ses parents, entre deux catastrophes, il sert l’essence comme un vrai champion. Un jour il manque...
    Voir plus

    En 1965 Shell, un jeune garçon de 12 ans, vit avec des parents âgés dans une vallée de haute-Provence. L’école n’est pas faite pour lui car il est trop différent des autres. A la station-service de ses parents, entre deux catastrophes, il sert l’essence comme un vrai champion. Un jour il manque mettre le feu à la garrigue. Cette bêtise décourage ses parents qui décident alors de l’envoyer dans une institution spécialisée.
    Shell se rebelle, il décide de partir à la guerre pour prouver à sa sœur et à ses parents qu’il est capable de faire des choses extraordinaires. Il s’engage de nuit dans la et part à l’aventure à quelques centaines de mètres de chez lui. Il dépérit, jusqu’au jour où il rencontre Viviane, une jeune fille incroyable et mystérieuse, c’est la reine de son royaume. Une relation singulière s’instaure peu à peu entre eux, mi conte, mi féerie, et devient la raison de vivre de Shell...
    Mais si les contes ne finissent pas toujours bien, Jean-Baptiste Andrea signe pourtant là un roman qui parle de différence avec beaucoup d’émotion. Il évoque cette difficulté de vivre avec des personnages si touchants qu’on s’y attache. Ma reine est assurément un roman dont on se souvient.
    Chronique complète ici https://domiclire.wordpress.com/2018/02/14/ma-reine-jean-baptiste-andrea/

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Colette LORBAT sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    « A force de m’entendre répéter que je n’étais qu’un enfant, et que c’était très bien comme ça, l’inévitable est arrivé. J’ai voulu leur prouver que j’tais un homme. Et les hommes ça fait la guerre, je le voyais tous le temps à la télé, un vieil appareil bombé devant lequel mes parents...
    Voir plus

    « A force de m’entendre répéter que je n’étais qu’un enfant, et que c’était très bien comme ça, l’inévitable est arrivé. J’ai voulu leur prouver que j’tais un homme. Et les hommes ça fait la guerre, je le voyais tous le temps à la télé, un vieil appareil bombé devant lequel mes parents mangeaient quand la station était fermée. »
    Nous sommes en 1965. Celui qui parle, c’est Shell, 12 ans, ainsi surnommé à l’école parce que ses parents tiennent une station-service peu fréquentée. L’école, d’ailleurs, il n’y va plus car il n’est pas tout-à-fait comme les autres. C’est le toubib qui l’a dit à ses parents, sa tête ne grandira plus.
    Il surprend une conversation au téléphone entre sa mère et sa grande sœur et comprend qu’il va être placé dans un centre pour des enfants comme lui. Il décide de partir à la guerre, lui qui n’est jamais sorti de sa station. Alors, il grimpe jusqu’au plateau en pleine nuit et s’y endort. A son réveil, une belle apparition le regarde. Elle s’appelle Viviane, c’est elle qui l’a dit, comme la fée. Commence un jeu à l’instigation de Viviane. Il devra la servir, lui obéir et l’appeler Ma Reine. Son royaume ? Le haut plateau et la cabane effondrée où s’est réfugié le gamin.
    Shell, pas contrariant, accepte le jeu et débute ainsi une amitié un peu spéciale fondée sur le pouvoir de Viviane sur le gamin et cela ira loin. Un beau jour, elle disparait après pris soin de lui laisser un sac à dos bourré de nourriture et une lettre. Le hic, c’est que Shell ne sait pas lire. Il se sent vraiment abandonné, tombe malade et, un jour, se réveille dans un lit inconnu. Non, il n’est pas à l’hôpital mais chez Matti, vieil homme solitaire, gardien de troupeau Il apprendra le métier de berger. Pour une fois on lui fait confiance, on ne le considère pas comme l’idiot du village, mais comme un humain. J’ai aimé ce passage où le vieux berger transmet quelque chose au gamin
    N’allez pas croire que Shell est un gamin malheureux, non. Ses parents l’aiment, il est heureux de faire quelques bricoles, est heureux de l’air du temps. Pourquoi est-ce que tout devrait changer ? Dans sa petite tête, il veut leur montrer qu’il peut être comme les autres et quelque part, il se le prouve à lui-même.
    Ce livre est une ode à la nature, aux paysages de la Haute-Provence qui baignent et entourent Shell. Les descriptions et les sensations qu’ils s’en dégagent font que je m’y suis sentie bien.
    Un roman lu d’une seule traite, une charmante parenthèse que j’ai pris plaisir à lire. Pourtant il m’a manqué un petit quelque chose, peut-être plus de coffre.

  • add_box
    Couverture du livre « Ma reine » de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L'iconoclaste

    Claudia Charrier sur Ma reine de Jean-Baptiste Andrea

    Ma première impression, c’est l’originalité de ce roman, tant par le thème que par la manière dont l’auteur raconte cette histoire.


    J’ai été touchée par cet enfant, différent des autres. Il passe auprès de son entourage pour un jeune garçon « attardé », subi des moqueries et des brimades de...
    Voir plus

    Ma première impression, c’est l’originalité de ce roman, tant par le thème que par la manière dont l’auteur raconte cette histoire.


    J’ai été touchée par cet enfant, différent des autres. Il passe auprès de son entourage pour un jeune garçon « attardé », subi des moqueries et des brimades de ses camarades. Ses parents sont guère affectueux avec lui et sont dépassés par le comportement de leur fils. Il a pourtant des attentes simples dans la vie, même si parfois il est en proie à des crises de panique.

    Sa naïveté, son innocence et son imagination vont lui permettre de s’échapper de chez lui et il va découvrir un monde qui lui est complètement inconnu ! Et lors de sa fuite, il va rencontrer deux personnes cabossées de la vie. Ces rencontres vont chambouler sa vie car il va apprendre à vivre autrement et éprouver des choses qu’il n’a jamais eu l’occasion de ressentir comme la liberté, la confiance, les sentiments, l’entraide. Mais aussi la peur, la douleur et les désillusions.

    Mais c’est surtout l’histoire de deux enfants écorchés, qui essayent de s'en sortir en se plongeant dans un monde imaginaire pour fuir la réalité et la dureté de la vie.
    Un univers qui embarque le lecteur dans le monde de Shell.
    Pour ma part, il me fera frissonner et m’inquiéter pour lui, car au fond, cet enfant
    ne souhaite qu’une chose, continuer à faire le plein d’essence, des voitures qui passent à la station-service de ses parents !

    C’est une lecture tendre, lumineuse comme peut être un enfant tout simplement ! Un joli roman…

    L’auteur a reçu le prix Femina des lycées 2017.

    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.fr/2018/01/ma-reine-titre-ma-reine-auteur-isabelle.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !