Javier Sebastian

Javier Sebastian

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (2)

  • Couverture du livre « Le cycliste de Tchernobyl » de Javier Sebastian aux éditions Metailie

    Isabelle PAGES sur Le cycliste de Tchernobyl de Javier Sebastian

    l'idée est très intéressante: raconter la vie des gens dans l'après Tchernobyl, et surtout la vie de Vassili Nesterenko, physicien spécialiste du nucléaire, devenu l'homme traqué par le KGB car il a tenté de dévoiler la vérité autour de Tchernobyl.Mais j'ai eu des difficulté à le lire car...
    Voir plus

    l'idée est très intéressante: raconter la vie des gens dans l'après Tchernobyl, et surtout la vie de Vassili Nesterenko, physicien spécialiste du nucléaire, devenu l'homme traqué par le KGB car il a tenté de dévoiler la vérité autour de Tchernobyl.Mais j'ai eu des difficulté à le lire car beaucoup de terme technique .

  • Couverture du livre « Le cycliste de Tchernobyl » de Javier Sebastian aux éditions Metailie

    Max Buvry de VAUX LIVRES sur Le cycliste de Tchernobyl de Javier Sebastian

    Un vieil homme avec deux sacs de vêtements est abandonné sur les Champs-Élysées par une femme qui semble pourtant attentionnée. Un fonctionnaire venu assister à la Conférence des Poids et Mesures assiste à la scène. Il signale au serveur cet abandon et ce petit geste irrémédiable lui vaut...
    Voir plus

    Un vieil homme avec deux sacs de vêtements est abandonné sur les Champs-Élysées par une femme qui semble pourtant attentionnée. Un fonctionnaire venu assister à la Conférence des Poids et Mesures assiste à la scène. Il signale au serveur cet abandon et ce petit geste irrémédiable lui vaut d'hériter du vieil homme qui reste muet quelques jours avant de répéter «Ne les laissez pas me tuer». Le récit oscille alors entre présent et passé, entre témoignage et enquête. Le lecteur assiste à la survie d'une petite communauté à Pripriat après Tchernobyl : «Je n'ai plus rien à perdre et à Pripiat on n'est pas si mal. Sauf qu'on y meurt, mais on meurt partout.». Ces samosiols, «- c'est comme ça qu'on appelle ceux qui sont retournés chez eux - C'est un peu une insulte... Ils reviennent car ils n'ont pas d'autres endroits où aller.», continuent de vivre dans une terre morte et dangereuse. Des éclairs de vie jaillissent, furtifs, et ils ne les ratent pas. L'homme s'adapte à tout... Certains semblent garder illusion d'un nouveau monde mais sont vite rappeler à la raison («- c'est précisément ce que nous voulons, aller nulle part. On est très bien comme ça.»). Les trafics s'organisent, le voyeurisme les atteint aussi... Cette petite communauté est rejointe par un scientifique résistant, Vassili Nesterenko, qui n'a pas cru en la thèse officielle, et que les services secrets ont repoussé jusque là. Cet homme qui a été ébranlé dans ses convictions, dans sa croyance absolue en la science et dans le progrès associé, parcourt la ville sur sa bicyclette et continue de croire que leur communauté posera les fondements d'un nouveau monde. Un roman magistral par sa construction mais aussi par son spectre, à la fois roman historique, enquête scientifique, témoignage, polar, portrait libre du scientifique Vassili Nesterenko qui paiera cher sa volonté d'informer des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl. Après "la nuit tombée" de Antoine Choplin, essentiel pour ne pas oublier...

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !