Janis Otsiemi

Janis Otsiemi
Janis Otsiémi est né en 1976 à Franceville dans la province du Haut-Ogooué au Gabon. Il vit et travaille aujourd'hui à Libreville. Nourri à la double source du polar français, « auquel il emprunte le goût de l'argot, de la marge, de la description sociale », et du polar américain, « pour la visio... Voir plus
Janis Otsiémi est né en 1976 à Franceville dans la province du Haut-Ogooué au Gabon. Il vit et travaille aujourd'hui à Libreville. Nourri à la double source du polar français, « auquel il emprunte le goût de l'argot, de la marge, de la description sociale », et du polar américain, « pour la vision sombre et pessimiste du monde », Janis Otsiémi brosse dans ses romans et avec une belle vitalité un tableau dont la noirceur n'a d'égale que la dureté... Invité à Brazzaville, Bamako, Alger ou Saint-Malo au festival Étonnants Voyageurs, Janis OTSIEMI est devenu en quelques romans d'exception un des ambassadeurs avisés du polar de la brousse tendance social et urbain et l'un des auteurs phare du polar africain actuel. Son roman "La Vie est un sale boulot" (Éditions Jigal) a reçu le Prix Gabonais du Roman 2010.

Avis (29)

  • Couverture du livre « Le festin de l'aube » de Janis Otsiemi aux éditions Jigal

    Yves Mabon sur Le festin de l'aube de Janis Otsiemi

    Après de bons polars chez Jigal dont La bouche qui mange ne parle pas et Les voleurs de sexe, et un moins bon chez Plon Tu ne perds rien pour attendre, Janis Otsiemi revient en très grande forme pour cet opus. Ces deux flics, Kouba et Owoula rencontrent ces deux gendarmes, Boukinda et Envame...
    Voir plus

    Après de bons polars chez Jigal dont La bouche qui mange ne parle pas et Les voleurs de sexe, et un moins bon chez Plon Tu ne perds rien pour attendre, Janis Otsiemi revient en très grande forme pour cet opus. Ces deux flics, Kouba et Owoula rencontrent ces deux gendarmes, Boukinda et Envame pour tenter de tirer au clair plusieurs affaires a priori sans lien et qui, bien sûr, en auront un. Mené tambour battant et sans temps mort, ce polar se suit avec attention et beaucoup d'intérêt. D'abord parce que les intrigues sont crédibles et tiennent le lecteur jusqu'au bout sans aucune once d'ennui. Ensuite, parce que le contexte du Gabon, en attente des élections présidentielles avec des candidats controversés dont l'actuel président, fils de l'ancien -qui a tenu plusieurs décennies- qui se représente malgré des doutes et protestations sur la validité de sa candidature est très présent et fournit la couleur du livre. Et enfin, parce que l'écriture de Janis Otsiemi est particulièrement vivante et donne un rythme soutenu et énergique.

    Janis Otsiemi écrit des polars qui sont bien plus que cela. Ils parlent de son pays, de la pauvreté, de la corruption, de la politique, de la société gabonaise. C'est du noir sociétal permet d'apprendre sur le Gabon, sur les gabonais. J'aime beaucoup ça dans les polars quand ils m'offrent plus qu'une simple énigme à résoudre. C'est la raison pour laquelle, par exemple, j'aime beaucoup Henning Mankell qui a décrit son pays et ses mœurs à travers son héros Kurt Wallander et bien d'autres auteurs aussi, mais c'est le nom qui me vient à l'esprit présentement. La plume de Janis Otsiemi est plus fantasque que celle du Suédois, plus imagée, décalée, argotique. Elle est un vrai plus, un ravissement supplémentaire que l'on déguste au fil des pages.

    Très bon retour de Janis Otsiemi dans le giron Jigal polar.

  • Couverture du livre « Tu ne perds rien pour attendre » de Janis Otsiemi aux éditions Plon

    Anne Marie PHILIPPE sur Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi

    Beaucoup de promesses sur ce livre, pour moi beaucoup de déceptions. Histoire sans intérêt, pas de suspense, écriture trop simple...Désolée de décevoir ceux qui ont aimé, mais je n'ai pas accroché, je suis allée jusqu'au bout dans l'espoir d'un revirement mais rien, aucune émotion.

    Beaucoup de promesses sur ce livre, pour moi beaucoup de déceptions. Histoire sans intérêt, pas de suspense, écriture trop simple...Désolée de décevoir ceux qui ont aimé, mais je n'ai pas accroché, je suis allée jusqu'au bout dans l'espoir d'un revirement mais rien, aucune émotion.

  • Couverture du livre « La vie est un sale boulot » de Janis Otsiemi aux éditions Jigal

    Carole Eschalier sur La vie est un sale boulot de Janis Otsiemi

    Rencontre avec cet auteur lors de quai du Polar, je me suis rendue compte que j'avais déjà lu un roman (gagné lors d'un concours lecteurs.com).
    J'avais plutôt bien aimé celui que j'avais déjà lu. j'ai aimé celui ci également, l'utilisation que l'auteur fait de la langue, le choix des mots y...
    Voir plus

    Rencontre avec cet auteur lors de quai du Polar, je me suis rendue compte que j'avais déjà lu un roman (gagné lors d'un concours lecteurs.com).
    J'avais plutôt bien aimé celui que j'avais déjà lu. j'ai aimé celui ci également, l'utilisation que l'auteur fait de la langue, le choix des mots y est pour beaucoup.
    Dans l'histoire, j'ai préféré l'autre roman (tu ne perds rien pour attendre), même si elle était plus "irréelle".
    Ce livre traite, entre autre, de la corruption au sein de la police, et de "loubards".
    On découvre un personnage, on s'y "attache", et tout change.
    la fin est très surprenante, je me serai attendue à (ou j'aurai aimé) avoir encore quelques chapitres.
    je le recommande car la lecture en est vraiment agréable.

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !