Janis Otsiemi

Janis Otsiemi
Janis Otsiémi est né en 1976 à Franceville dans la province du Haut-Ogooué au Gabon. Il vit et travaille aujourd'hui à Libreville. Nourri à la double source du polar français, « auquel il emprunte le goût de l'argot, de la marge, de la description sociale », et du polar américain, « pour la visio... Voir plus
Janis Otsiémi est né en 1976 à Franceville dans la province du Haut-Ogooué au Gabon. Il vit et travaille aujourd'hui à Libreville. Nourri à la double source du polar français, « auquel il emprunte le goût de l'argot, de la marge, de la description sociale », et du polar américain, « pour la vision sombre et pessimiste du monde », Janis Otsiémi brosse dans ses romans et avec une belle vitalité un tableau dont la noirceur n'a d'égale que la dureté... Invité à Brazzaville, Bamako, Alger ou Saint-Malo au festival Étonnants Voyageurs, Janis OTSIEMI est devenu en quelques romans d'exception un des ambassadeurs avisés du polar de la brousse tendance social et urbain et l'un des auteurs phare du polar africain actuel. Son roman "La Vie est un sale boulot" (Éditions Jigal) a reçu le Prix Gabonais du Roman 2010.

Avis (32)

  • Couverture du livre « Les voleurs de sexe » de Janis Otsiemi aux éditions Jigal

    Bill sur Les voleurs de sexe de Janis Otsiemi

    Un roman où j'ai eu un peu de mal à entrer ... mais que j'ai été triste de terminer !

    S'y trouvent mêlées plusieurs affaires : des voleurs de sexe (oui !) qui sèment la panique dans les rues de Libreville, des photos compromettantes du Président en passe d'être vendues à la presse et le...
    Voir plus

    Un roman où j'ai eu un peu de mal à entrer ... mais que j'ai été triste de terminer !

    S'y trouvent mêlées plusieurs affaires : des voleurs de sexe (oui !) qui sèment la panique dans les rues de Libreville, des photos compromettantes du Président en passe d'être vendues à la presse et le braquage de la paie d'une usine

    Le tout dans une langue locale très imagée qui fait le charme et l'exotisme de ce roman policier pas comme les autres

    Un auteur que j'ai découvert par hasard, mais dont je vais rechercher l'es autre sur productions !

  • Couverture du livre « Tu ne perds rien pour attendre » de Janis Otsiemi aux éditions Plon

    Nathalie Orace sur Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi

    Malgré un démarrage un peu compliqué, beaucoup de personnages et un vocabulaire surprenant, je me suis vite laissée porter par cette histoire.
    Jean Marc a près une rencontre très particulière se lance dans une enquête de meurtre vieille de plus de 2 ans et nous fait découvrir les dessous peu...
    Voir plus

    Malgré un démarrage un peu compliqué, beaucoup de personnages et un vocabulaire surprenant, je me suis vite laissée porter par cette histoire.
    Jean Marc a près une rencontre très particulière se lance dans une enquête de meurtre vieille de plus de 2 ans et nous fait découvrir les dessous peu reluisants de son pays, magouille, trafic, ...Mais il saura trouver les bons alliés pour mener à bien sa mission.
    Dans un langage coloré, c'est une enquête qui n'a rien d'extraordinaire mais qui avance peu à peu, qui est scénarisée comme un bon épisode de série policière où tout s'enchaine bien sans nous mener en bateau.
    Jean Marc est attachant et ne revient pas trop souvent sur son drame personnel mais essaie plutôt d'avancer au coté de sa compagne Marie qui lui est d'un grand soutien.

  • Couverture du livre « Le festin de l'aube » de Janis Otsiemi aux éditions Jigal

    Chantal LAFON sur Le festin de l'aube de Janis Otsiemi

    A Libreville, sur fond de succession de Papa Roméo père, Essomo chef de la PJ somme Koumba et Owoula d’enquêter toutes affaires cessantes sur le vol de tout un arsenal, qui met les hautes instances en émoi et la promesse de faire tomber des têtes est un engagement ferme.
    Plus tôt dans la nuit,...
    Voir plus

    A Libreville, sur fond de succession de Papa Roméo père, Essomo chef de la PJ somme Koumba et Owoula d’enquêter toutes affaires cessantes sur le vol de tout un arsenal, qui met les hautes instances en émoi et la promesse de faire tomber des têtes est un engagement ferme.
    Plus tôt dans la nuit, vers 3h30 du matin le gendarme Boukinda accompagné de sa femme rendre d’un mariage et heurte sous une pluie dru le corps d’une jeune femme. Il appelle son collègue Envame à la rescousse. La victime transportée au CHUL, va succomber deux heures plus tard.
    Mais ce n’est pas le choc avec le véhicule qui a causé sa mort, mais quelque chose de bien plus originale. Que faisait-elle au sortir d’une zone industrielle, à cette heure, sous une pluie battante, seulement vêtue d’un slip ?
    L’énigme est posée.
    « Dans le couloir, le patricien retint Boukinda par l’épaule. Il se délunetta et se frotta les yeux comme s’il se donnait du temps pour trouver les mots justes. »
    Eh oui, les deux enquêtes entreront en collision car la collusion règne.
    Nos quatre enquêteurs vont en baver, et personnellement les passages sur l’herpétoculture m’ont ravie.
    Mais, heureusement pour eux il y a des pauses déjeuners telles que celle-ci : « Puis il était allé manger un morceau à « La Marmite Bantu », un restaurant local où on mangeait le meilleur plat Lacoste. »
    Avec Janis Otsiemi vous êtes à Libreville comme si vous y viviez, ses enquêtes sont menées de main de maître, sans temps mort, avec réalisme et une langue riche.
    Il a son style, ce qui pour moi est une qualité rare, c’est noir, incisif, drôle et totalement dépaysant. L’enquête lui sert à raconter le Gabon, dans sa magnificence comme dans sa noirceur. Il a une écriture intransigeante qui colle parfaitement avec ses exigences d’auteur.
    Dans sa façon de procéder, il est comparé souvent à Henning Mankell qui avec son personnage de Wallander mettait en exergue ses analyses sur son pays, et effectivement il y a de cela.
    Janis Otsiemi dit tant sur géopolitique de son pays…
    De plus j’adore l’émaillage de proverbes gabonais.
    Il fait partie des auteurs qui m’ont reconciliée avec le polar. J’ai l’intention d’ailleurs de découvrir ses autres écrits des essais sur le Gabon.
    Merci à Masse critique Babelio et aux éditions Jigal Polar pour cette lecture.
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 21 avril 2018

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com