Janine Boissard

Janine Boissard
Janine Boissard est née et a fait ses études à Paris. Très jeune, elle a choisi de se consacrer à l'écriture et publie son premier roman, "Driss", à vingt-deux ans chez René Julliard. Ce livre est signé, comme les trois suivants chez le même éditeur, de son nom de femme mariée : Janine Oriano. To... Voir plus
Janine Boissard est née et a fait ses études à Paris. Très jeune, elle a choisi de se consacrer à l'écriture et publie son premier roman, "Driss", à vingt-deux ans chez René Julliard. Ce livre est signé, comme les trois suivants chez le même éditeur, de son nom de femme mariée : Janine Oriano. Toujours sous le nom d'Oriano, elle se lance dans le roman noir: "Un peu par jeu, parce que toutes les formes d'écriture m'intéressent, et aussi parce qu'on m'avait dit que c'était une façon de vivre de sa plume..." Elle est ainsi la première femme à entrer dans la fameuse "Série Noire" avec "B comme Baptiste". En 1977, Janine Oriano reprend son nom de jeune fille pour publier aux éditions Fayard sa célèbre saga "L'Esprit de famille" (six volumes en tout, de 1977 à 1984). L'évolution de la société, les chambardements dans la famille, les problèmes de couple, ceux de l'adolescence, ceux de la femme moderne face au monde du travail sont ses thèmes favoris. En 1996, elle publie "Une Femme en blanc" (Robert Laffont), un formidable succès en librairie, traduit en Allemagne et en Italie; sans oublier la série télévisée en six épisodes, diffusée en 1997 sur France 2, avec Sandrine Bonnaire. Également scénariste, adaptatrice, dialoguiste pour la télévision, Janine Boissard a publié à ce jour une trentaine de livres. Décorée des Palmes Académiques pour son action auprès de la jeunesse, elle vit de sa plume depuis vingt ans. L'écriture est, dit-elle, "à la fois ma passion, un métier exigeant et ma façon de respirer".

Avis (18)

  • Couverture du livre « Une femme » de Janine Boissard aux éditions Pocket

    Christine Faura sur Une femme de Janine Boissard

    Janine Boissard
    200 pages
    Flammarion 2016 / Pocket, février 2018
    « L’esprit de famille » est une des sagas de mon adolescence. J’ai lu tous les livres, j’ai vu la série. J’avais oublié d’autres titres publiés ultérieurement, dont le superbe « Trois femmes et un empereur ».
    Croiser Janine...
    Voir plus

    Janine Boissard
    200 pages
    Flammarion 2016 / Pocket, février 2018
    « L’esprit de famille » est une des sagas de mon adolescence. J’ai lu tous les livres, j’ai vu la série. J’avais oublié d’autres titres publiés ultérieurement, dont le superbe « Trois femmes et un empereur ».
    Croiser Janine Boissard au coin d’un stand de Saint Maur en poche 2018 a fait remonter avec bonheur ces lectures.
    Dans mes souvenirs, une écriture pleine de tendresse pour les personnages « ordinaires » qui jalonnent les romans, une description de la vie « normale », celle qui nous est proche. Mais qui dit « ordinaire » ou « normal » ne signifie pas sans relief, bien au contraire! Des personnages au caractère bien trempé, avec des envies, des passions, des deuils.

    Alors découvrir la « femme » sous l’auteure m’a forcément séduite. Et la lecture ne m’a pas déçue. Parce que j’ai retrouvé dans les petits riens ou les grands tout de la vie de Janine Boissard ce qui transparaissait dans sa littérature : des blessures certaines dont il était malgré tout possible de faire un atout, comme la petite fille jamais à sa place est ainsi devenue la grande auteure et scénariste depuis longtemps reconnue.
    Avec pudeur et humour, Madame Boissard nous dévoile sa construction de petite fille à adulte, ses relations absentes ou conflictuelles avec ses parents, ses atermoiements entre différents métiers « artistiques », les amours heureuses et malheureuses qui ont marqué sa vie de femme et d’écrivaine.
    J’ai pris plaisir à découvrir comment l’écriture de certains livres avait débuté, ceux qui avaient été mis de côté, puis repris au fil du temps et des commandes des éditeurs. Cela éclaire aussi le métier d’écrivain et les relations avec le monde de l’édition pour la lectrice invétérée que je suis.

    Et plus que tout, ce qui m’a émue, c’est la constance des valeurs portées par « Une femme » : la place des femmes fortes, battantes, mais pas « écrasantes » qui luttent pour s’en sortir, mais pas au dépend des autres (les hommes notamment! Cf l’interview avec L. Zeimour), le désir de conserver le cercle familial, d’observer une pause dans un monde toujours plus rapide et avide de sensations.

    Tous ses lecteurs devraient remercier Jean Rossignol, son fidèle ami, qui l’a un jour incitée par ces mots « Et si tu parlais enfin de toi? » Sans lui, nous n’aurions sans doute pas connu « La Marette »!

    « Une femme », certes. Une grande dame, sans aucun doute.

    lirelanuitoupas.wordpress.com

  • Couverture du livre « La lanterne des morts » de Janine Boissard aux éditions Fayard

    Christelle KORCHI sur La lanterne des morts de Janine Boissard

    Une histoire de famille et particulièrement de deux soeurs dans le terroir du Périgord. On arrive facilement à rentrer dans l'histoire, les personnages sont crédibles et les descriptions de la région, des paysages sont vraiment belles. Les deux soeurs sont très différentes l'une est sage, posée,...
    Voir plus

    Une histoire de famille et particulièrement de deux soeurs dans le terroir du Périgord. On arrive facilement à rentrer dans l'histoire, les personnages sont crédibles et les descriptions de la région, des paysages sont vraiment belles. Les deux soeurs sont très différentes l'une est sage, posée, l'autre est plus délurée et changeante. Au détour d'une conversation qu'elle n'aurait pas dû entendre Adèle entend un mot qui lui permettra de mettre un nom sur la maladie de sa soeur atteinte de bipolarité.

    C'est un thème peu abordé dans les romans autres que policiers, c'est fait avec subtilité et la plume de l'auteur est juste. L'auteur sait comment nous émouvoir  et nous faire aimer ses personnages même les plus terribles.  Il y a du suspens, des meurtres, des disparitions, des secrets de famille, une région, des traditions, ce sont tout ces ingrédients qui donnent un roman qui vous fera passer deux bonnes heures de lecture. Si en plus, vous aimez les truffes, le bon vin alors ce roman est fait pour vous. Il faut dire que l'auteur décrit vraiment bien les paysages, les métiers du terroir périgourdin.

    Verdict

    Le livre parfait pour lire sous un arbre en vacances, pour se reposer et s'extraire du train train quotidien.
    https://revezlivres.wordpress.com/2017/08/12/la-lanterne-des-morts-jeanine-boissard/

  • Couverture du livre « La lanterne des morts » de Janine Boissard aux éditions Fayard

    FLaure sur La lanterne des morts de Janine Boissard

    Une lecture détente avec une écriture sensible, délicate. Le rythme est paisible, les "énigmes" qui sont liées à la maladie de Lila mettent un peu de suspense.
    J'ai passé un très bon moment avec les personnages et la vie en province dans une belle région si bien décrite.

    Lecture...
    Voir plus

    Une lecture détente avec une écriture sensible, délicate. Le rythme est paisible, les "énigmes" qui sont liées à la maladie de Lila mettent un peu de suspense.
    J'ai passé un très bon moment avec les personnages et la vie en province dans une belle région si bien décrite.

    Lecture numérique
    Ma chronique complète : https://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.fr/2017/05/la-lanterne-des-morts-par-Boissard-Janine.html

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !